Déclaration commune de la Communion mondiale d’Églises réformées et de la Fédération luthérienne mondiale 5 juillet 2017 (Témoignage de Wittenberg)

« Aujourd’hui, dans la ville de Martin Luther et dans l’église où il a prêché, nous voici rassemblés pour répondre aux exceptionnelles possibilités de renouveau que le 500ème anniversaire de la Réforme continue d’offrir à l’Église. En cette occasion capitale, la Communion mondiale d’Églises réformées et la Fédération luthérienne mondiale, en présence de représentants de l’ensemble de l’Église, rendent un témoignage commun. Ce témoignage de Wittenberg s’appuie sur les démarches vers l’unité effectuées par nos Églises membres dans le monde entier, ainsi que sur des décennies de dialogues théologiques dont nous revendiquons aujourd’hui les fruits. »

Préambule

Aujourd’hui, dans la ville de Martin Luther et dans l’église où il a prêché, nous voici rassemblés pour répondre aux exceptionnelles possibilités de renouveau que le 500ème anniversaire de la Réforme continue d’offrir à l’Église. En cette occasion capitale, la Communion mondiale d’Églises réformées et la Fédération luthérienne mondiale, en présence de représentants de l’ensemble de l’Église, rendent un témoignage commun. Ce témoignage de Wittenberg s’appuie sur les démarches vers l’unité effectuées par nos Églises membres dans le monde entier, ainsi que sur des décennies de dialogues théologiques dont nous revendiquons aujourd’hui les fruits.

1. Ensemble, nous rendons grâce à Dieu et nous nous réjouissons de l’unité qui déjà nous est accordée en Christ, unité que nous ne pouvons ni créer ni détruire, car l’Église est l’œuvre du Dieu trinitaire, la création de la Parole et de l’Esprit. Le don de l’unité n’exige pas l’uniformité, on la trouve et on la célèbre également dans la diversité. La diversité de nos traditions confessionnelles et de nos Églises reflète légitimement nos contextes respectifs, cette diversité nous unit et ne nous divise pas.

2. Ensemble, nous célébrons le fait d’être un en Christ, de partager l’héritage commun de la Réforme et une foi commune. Nous sommes unis dans la confession de l’évangile de Jésus Christ. Nous nous réjouissons de ce que rien n’exige plus que nous soyons séparés : nos différences ne sont pas de nature à diviser l’Église. Nous rendons grâce pour l’exemple de ces Églises luthériennes et réformées qui ont déjà déclaré leur communion et qui portent maintenant un témoignage commun par leur culte, leur témoignage et leur action pour le monde.

3. Ensemble, nous reconnaissons, nous confessons et nous déplorons le fait que notre unité continue d’être obscurcie et notre témoignage entravé par des divisions. Nous regrettons d’avoir, au cours de notre histoire, créé bien trop souvent des habitudes et des structures sources de division, en ne parvenant pas à discerner le corps du Christ. L’injustice et le conflit sont des cicatrices qui scandalisent le corps unique que nous formons. Nous avons été compromis avec le colonialisme et l’exploitation qui ont marqué notre histoire. Nous sommes affligés d’avoir permis à la race et à l’appartenance ethnique, aux classes et à l’inégalité, au patriarcat et à la discrimination sexuelle, à l’arrogance des nations, des langues et des cultures de provoquer des divisions et de l’oppression dans nos Églises et dans le monde.
Fédération Luthérienne Mondiale
Communion Mondiale d’Églises Réformées

Documents

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse