Dessins en-quête de guérison

Olivier Lounissi

Face à l’église Saint-Séverin, la Galerie Saint-Séverin présente « Dessins en-quête de guérison », une exposition du plasticien Olivier Lounissi. Sur une proposition d’Yves Sabourin, l’œuvre conçue spécialement pour la Galerie est visible jour et nuit, 4 rue des Prêtres-Saint-Séverin, Paris 5e. M° Cluny-la-Sorbonne, Saint-Michel.

Agrandir l'invitation
- Olivier Lounissi, Dessins en-quête de guérison, 2016, dessin, mine graphite ©ACF/P 2016.
- Vernissage le 18 février 2016 de 19h à 21h

Infos
18 février 2016 au 17 avril 2016

Dessins en-quête de guérison

La représentation du corps humain dans les arts plastiques est sans doute « une affaire » propre à l’Europe occidentale puisqu’elle y est exercée depuis que l’Homme dessine et Olivier Lounissi, né en 1973, n’échappe pas à cette tradition culturelle judéo-chrétienne qui s’est développée sur notre « Vieux continent ». Comme nous le savons, chaque époque historique apporte des styles différents et propose de nouvelles techniques et des matériaux modernes mais le « primo » outil reste le même : la main superbement soutenue par l’esprit.

Faire référence à sa propre vie et prendre comme modèle sa propre histoire est une forme évidente dans la création contemporaine, mais ne l’oublions pas, nos artistes historiques mettaient aussi leurs sentiments et ressentiments dans leurs créations, même si ceux-ci n’étaient pas l’épicentre de leur réflexion ou restaient cachés ou enfouis. Les recherches scientifiques, qui passent par la dissection à l’instar de Leonard de Vinci (1452-1519) pour appréhender le fonctionnement du corps humain, ou bien par le besoin pour Michel-Ange (1475-1564) d’exprimer des corps humains dans des musculatures puissantes et exagérées comme pour le plafond de la Chapelle Sixtine, sont les résultats de leurs déterminations à s’exprimer même dans un enfermement voulu ou imposé. Même si à certaines époques les artistes bravaient les pouvoirs en place et les tabous populaires, leurs besoins d’exister en tant que créateur étaient les plus forts. Je cite souvent la Nécessité, une muse oubliée, comme argument majeur dans l’acte de créer et dans cette recherche de la connaissance de notre corps matériel car elle est incontournable.

L'Armada, détail © Olivier LounissiDans son cheminement, Olivier Lounissi interroge non sans humour, aux arrières plans grinçants, des techniques électroniques des plus sophistiquées comme pour sa vidéo Right – left (2007), qui montre la collectionnite aigue d’une femme pour les chaussures et qui se retrouve projetée sur un grand écran à changer de chaussure à chaque pas. L’artiste pratique aussi le dessin de façon « académique » et avec la série débutée en 2014, L’Armada, il dresse des petits bateaux faits en billets de banque pliés, ceux que l’on mettait enfant à l’eau dans le caniveau, et dessine aux crayons de couleur de fragiles embarcations avec un grand réalisme : une vanité toute « incarnée ».

Suite à un accident survenu en 2015 Olivier Lounissi face au choc, à la douleur et à l’horreur du résultat, réfléchit non seulement sur sa condition d’être humain face à la souffrance mais également à sa nouvelle condition d’homme immobilisé, « enfermé ». L’artiste, inspiré par le rendu sophistiqué et coloré de l’imagerie médicale de ses blessures, va instaurer, en trois actes, un protocole de travail salvateur jusqu’à la guérison et son après.

Avec la pleine maîtrise du dessin, Olivier Lounissi s’offre son exécutoire, sa façon d’assumer sa délivrance au regard de ce lourd accident (premier acte) qui a provoqué, dans des termes médicaux : une fracture du plateau tibial, une fracture métaphysaire du péroné, avec la pose d’une équerre en titane à 7 points de fixations pour aider à consolider ; en des termes plus triviaux : une sorte d’éclatement d’une portion de la jambe, os et chair à nus, douleurs comprises. Avec Dessins en-quête de guérison, Olivier Lounissi élabore un travail autobiographique, un moyen ferme de combattre son immobilité et de gagner, par le truchement de la création, sa « grande délivrance », celle qui est mentionnée par Friedrich Nietzsche (1844-1900) dans Ainsi parlait Zarathoustra (1983)*. Mais attention, la souffrance ne peut être portée à autrui. Elle est intime, elle peut être exaltée mais toujours en pleine possession de nos moyens, car sans choisir il ne peut y avoir d’acte de création.

C’est ainsi qu’Olivier Lounissi présente ses portraits de douleurs par paires et en reflet, selon le positionnement du modèle durant les séances de radiographie. Pour la Galerie Saint-Séverin, l’espace de monstration devient la scène du dernier acte, celui de la représentation. Olivier Lounissi recouvre de miroirs murs et plancher, suspend frontalement douze dessins encadrées et provoque ainsi une mise en abyme de la douleur dans la douleur, du dessin dans le dessin et sans doute de la douleur dans le dessin. C’est une mise en abyme d’une incarnation rythmée comme une psalmodie graphique égrainée pour obtenir la guérison jusqu’à provoquer, grâce aux effets baroques des reflets, la sensation d’un vertige, d’un étourdissement libérateur comme après une puissante émotion, une nouvelle leçon d’anatomie.

* “Créer - voilà la grande délivrance de la souffrance, voilà ce qui rend la vie légère.”

Olivier Lounissi

Né en 1973 en Lorraine (France), vit et travaille à Paris.
Diplômé de l’Ecole supérieure d’art de Metz, Olivier Lounissi a développé une pratique artistique polymorphe (installations, vidéo, animations 3D, dessin, peinture etc.), explorant les potentialités de chaque médium.
Ses premiers travaux interrogent la violence des rapports sociaux, le rôle et la perception du travail et de l’effort, le statut de l’artiste dans notre société (Jeune Artiste, 1997, 35 heures d’un dur labeur, 2000, Numérique Building, 2001). Déjà, l’artiste joue dans son œuvre de sa grande maîtrise des technologies numériques pour mieux en souligner les enjeux, les limites et les dérives : déréalisation, perte de repères, apologie de l’hyperviolence…
Depuis 2006, cette virtuosité technologique sert moins une visée narrative qu’elle ne rejoint des préoccupations graphiques : jeux d’échelles et de rythmes, sérialité, déclinaison, mutations des formes et des motifs sont autant de procédés développés dans ses récentes combinaisons vidéo (La tragédie du petit voisin, 2006, Gauche droite, 2007, Dentelle, 2008). Des procédés conçus comme des outils de variations du sujet, de la figure au motif géométrique, parfois jusqu’à l’abstraction. Cette recherche formelle trouve un écho dans un retour récent à la pratique du dessin, qu’Olivier Lounissi inscrit dans une même logique de décomposition / recomposition : de l’image vers la trame ou le pixel, de l’objet unique vers le motif reproductible à l’infini.

Si elle s’appuie sur des techniques récentes, en constante évolution (logiciels d’animations ou de 3D notamment), cette réflexion ne s’affranchit jamais d’une référence à l’histoire de l’art, et en particulier à celle de la peinture. Un double mouvement prospectif et rétrospectif, illustré sur un mode presque littéral par Jeune demoiselle au Louvre, Jeune orpheline au cimetière. Dans cette vidéo en forme d’hommage à un grand maître, la dimension autobiographique est également présente, comme dans de nombreux travaux de l’artiste. Elle est un des ressorts du renouvellement permanent d’une œuvre qui puise dans ses propres ressources et celles du monde qui l’entoure, tout en s’inscrivant dans une tradition librement revisitée. »
Site de l’artiste

- Le point de vue de Voir & Dire

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse