Dieu guérit-il encore ?

Les pratiques liturgiques de guérison connaissent un succès croissant au sein de l’Église catholique. Comment comprendre ce succès et accompagner ces pratiques ? Le colloque annuel des Facultés, rassemblant catholiques, orthodoxes et protestants au sein de l’Institut supérieur d’études œcuméniques, se penche du 28 au 30 janvier sur ces questions. Présentation du P. Luc Forestier, directeur de l’ISEO.

Le P. Luc Forestier est prêtre de l'Oratoire, docteur en théologie et directeur de l'Institut supérieur d'études œcuméniques (ISEO).
Le P. Luc Forestier est prêtre de l’Oratoire, docteur en théologie et directeur de l’Institut supérieur d’études œcuméniques (ISEO).
© D.R.

Paris Notre-Dame – « Dieu guérit-il encore ? Ressources liturgiques, discernement œcuménique ». Pourquoi avoir choisi ce thème ?

P. Luc Forestier – Parce que les pratiques liturgiques de guérison se développent de manière croissante dans nos paroisses, y compris à Paris. Et que la question de la guérison se pose aussi bien du point de vue œcuménique – ces pratiques sont nées dans le monde pentecôtiste puis ont été introduites en Europe avec les communautés nouvelles – que du point de vue liturgique. C’est d’ailleurs pourquoi, cette année, nous avons souhaité organiser ce colloque avec l’Institut supérieur de liturgie. On limite souvent les sacrements de guérison à l’onction des malades, en oubliant l’eucharistie, le baptême, la réconciliation, et cette expression de « guérison » peut être ambivalente car tout le monde ne sort pas guéri de ces célébrations. C’est pourquoi nous avons utilisé le verbe, en soulignant le fait que c’est bien Dieu qui guérit, afin de nous situer dans un axe théologal : qu’est-ce que Dieu fait aujourd’hui ?

P. N.-D. – Quel regard le prêtre catholique que vous êtes porte-t-il sur ces pratiques issues du pentecôtisme ?

L. F. – À titre personnel, je suis assez perplexe, et c’est pourquoi je suis heureux de participer à ce colloque. Mais il faut bien voir l’échelle de temps que nous considérons. Dans nos anciennes pratiques ecclésiales, ces liturgies de guérison existaient déjà. Sur la durée, on a toujours pensé la vie chrétienne comme une forme de guérison, car nous sommes « affectés » par le péché. La séparation entre la guérison physique et spirituelle a une histoire : on peut la dater et comprendre d’où elle vient. Même dans les communautés pentecôtistes, on peut en situer l’origine. C’est pourquoi ce colloque débute par un rappel historique. Aujourd’hui, les questions qui sont les nôtres s’inscrivent dans un contexte très particulier : celui du progrès médical et du transhumanisme. Elles résultent aussi de la prise de conscience que notre planète est fragile, que tout est lié, et nous invitent à reconsidérer ces modes de pensée qui séparaient jusque-là le corps et l’âme, l’homme et l’animal, l’humain et le vivant. Ce processus de séparation conduit aujourd’hui aux excès que nous connaissons sur le plan écologique. L’écologie intégrale pense l’être humain à l’intérieur d’un ensemble planétaire, sans séparation mais sans confusion, et nous amène à revenir sur une conception trop rationnelle de la foi chrétienne, sur la dévalorisation de la dévotion populaire au nom d’un cléricalisme ruineux. Pour moi, tout cela est lié à un grand mouvement de prise de conscience d’une vision plus holistique de la réalité. Le pari de ce colloque est que les approches liturgique et œcuménique, complémentaires, vont s’enrichir l’une l’autre et vont nous permettre de discerner, car tout n’est pas recommandable.

Propos recueillis par Priscilia de Selve@Sarran39

Programme et inscription : icp.fr

L’Institut supérieur d’études œcuméniques
Fondé en avril 1967, au lendemain du concile Vatican II, l’ISEO associe les trois confessions catholique, orthodoxe et protestante, grâce à la collaboration étroite du Theologicum de l’Institut catholique de Paris, de l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge et de l’Institut protestant de théologie. Enseignement, administration… « tout se fait à trois voix, précise le P. Luc Forestier, directeur de l’ISEO, ce qui permet à nos étudiants de voir comment nous traitons théologiquement nos désaccords. Cette pédagogie est unique. Nos études sont expérientielles : nous ne faisons pas que parler de l’œcuménisme, nous le vivons. En regardant les autres confessions réfléchir aux mêmes questions, nous apprenons à mieux comprendre ce qui fait l’originalité de chacune ».
Informations : icp.fr

Contact

Paris Notre-Dame
10 rue du Cloître Notre-Dame
75004 Paris
Tél : 01 78 91 92 04
parisnotredame.fr

Articles

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse