Dix minutes pour le Denier ; longue vie pour l’Eglise !

Une semaine de formation d’un séminariste représente 360 euros. Le traitement d’un prêtre, qu’il soit vicaire ou évêque, s’élève à 1014 euros nets par mois. Quant au salaire journalier d’un permanent en pastorale, il est de 74 euros. L’Église est gratuite, mais elle a un coût !

- Le Denier, c’est quoi ?
Le Denier de l’Église, c’est la contribution volontaire que chaque catholique est appelé à verser pour aider son Église à vivre et annoncer l’Évangile : l’Église ne reçoit pas de subvention, ni de l’État, ni du Vatican.

- Quand on donne au Denier, où va l’argent ?
Le Denier bénéficie avant tout à votre paroisse. Une quote-part est reversée au Diocèse pour alimenter un fonds de solidarité pour les paroisses moins favorisées de Paris.

- Votre don peut-il être déduit de vos impôts ?
Oui, le Diocèse de Paris est une association (numéro d’enregistrement : 784 313 116). 66% du montant de votre soutien financier est déductible de votre impôt sur le revenu dans la limite de 20% de votre revenu imposable.

- Concrètement, que finance le Denier de l’Église ?
Dans chaque paroisse, le Denier sert à payer le traitement des prêtres et des laïcs au service de l’Église catholique, ainsi que les charges de fonctionnement (impôts et assurances, chauffage et éclairage...).

Rendez-vous sur le site mondeniermaparoisse.fr pour tout comprendre sur le Denier de l’Église... dans la joie ! Donner 2€ (ou plus ;-)), si possible régulièrement, c’est le signe d’un engagement auprès de son Église. Donnez c’est participer !

Amusez-vous aussi avec l’arbre de décision "Tu fais quelque chose dimanche ?" en découvrant les a priori les plus courants sur le Denier !

Un article de Paris Notre-Dame : "Les trentenaires et le denier de l’Église : changer les mentalités".


Témoignage de Stéphane, 22 ans, étudiant en architecture

"C’est en arrivant à Paris en 2008, pour mes études, que ma foi est devenue une foi d’adulte, différente en termes de liberté et de choix. Comme ma famille n’était pas présente pour me rappeler d’aller à la messe le dimanche, il a fallu que je fasse seul cette démarche et donc que je pose un choix personnel.

La liberté de ce choix me permet d’être plus en communion avec les autres fidèles de ma paroisse ; je désire de plus en plus en faire partie car je me rends compte que ma foi n’est rien sans eux. Ma paroisse est une famille pour moi ; mon église est ma maison. C’est dans ce lieu, avec ces personnes, que je ressens plus particulièrement la présence de Dieu et son action.

Ainsi ai-je naturellement répondu à l’appel du Denier de l’Eglise. Mes parents n’étant pas à Paris, je ne pouvais pas me dire "ils participent ; je le ferai un jour". Mais surtout, apporter ma contribution financière à la vie de ma paroisse renforce ce lien qui m’unit à elle. En lui donnant quelques euros par mois je suis davantage sensible à ce qu’elle a à m’offrir.

Bien sûr, ma première réaction a été de me dire "je suis étudiant, je n’ai pas beaucoup de moyens, je ne peux pas donner". Mais en y réfléchissant, j’ai compris qu’on ne me demandais pas de donner un millier d’euros et qu’il y avait bien une dizaine d’euros que je pouvais réserver au Denier plutôt que de les dépenser... pour je ne sais quoi d’ailleurs, preuve que j’aurais pu m’en passer ! J’ai donc pris quelques minutes pour faire un virement automatique et depuis, je n’ai plus à m’en préoccuper.

Dix minutes pour le Denier ; longue vie pour l’Eglise ! "

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse