Échange de vœux de Pâques entre le Pape et le Grand Rabbin de Rome

À l’occasion de la concomitance entre la fête de Pessah (la Pâque juive) et les fêtes catholiques de Pâques, le Pape François et le Grand Rabbin de Rome, Riccardo di Segni, ont échangé leurs vœux.

À l’occasion de la concomitance entre la fête de Pessah (la Pâque juive) et les fêtes catholiques de Pâques, le Pape François et le Grand Rabbin de Rome, Riccardo di Segni, ont échangé leurs vœux.

« À Sa Sainteté le Pape François, écrit le Rabbin Di Segni, dans l’imminence des fêtes pascales, qui cette année coïncident dans la date, veuillez agréer mes vœux cordiaux de sérénité, de joie et de paix ».

Le Pape François, dans son message au Grand Rabbin, écrit pour sa part : « À l’approche de la fête de Pessah, je désire adresser le vœu le plus cordial et fraternel, à vous et à la communauté juive de Rome. Que le Tout-Puissant, dans sa bienveillance, vous bénisse et accompagne le chemin du peuple juif bien-aimé. Tout en assurant de mon souvenir, je demande de prier pour moi. Que le Très-Haut nous accorde de grandir toujours plus dans l’amitié et dans le fait d’être ensemble témoins de paix et de concorde. Chag sameach ! (Joyeuse Pâque juive) »
Photo janvier 2016
Source : Vatican news 29 mars 2018

Les racines juives de Pâques
Coïncidence de calendrier, cette année encore : les juifs célèbrent Pessa’h et les chrétiens, les fêtes de Pâques, à la même période. L’occasion de s’intéresser de plus près aux liens très étroits qui unissent ces deux fêtes.

Pessa’h est célébrée le 14 du mois de Nisan, qui correspond à la première lune de printemps. C’est l’une des fêtes les plus importantes du judaïsme, mémorial de l’événement fondateur du peuple d’Israël, narré dans le Livre de l’Exode : la sortie d’Égypte des Hébreux sous la conduite de Moïse, soit le passage de l’esclavage à la liberté, des ténèbres à la lumière.

La fête de Pâques commémore quant à elle, la mort et la Résurrection de Jésus, le cœur de la foi chrétienne. Jésus, le nouveau Moïse, libère l’humanité de la servitude du péché ; il est l’agneau pascal, qui par son sang, scelle une nouvelle alliance entre Dieu et les hommes.

La fête de Pâques trouve donc ses racines dans Pessa’h ; pour les chrétiens, elle en est l’accomplissement. La ritualité juive de Pessa’h et la liturgie pascale présentent d’ailleurs de nombreuses convergences.
Source : Vatican news 30 mars 2018

Actualité œcuménique

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse