« Écouter la clameur de la terre et la clameur des pauvres »

Édito de décembre par Vianney Berlizot, coordinateur du WE "Quelle écologie intégrale ?"

« Écouter la clameur de la terre et la clameur des pauvres »

Début octobre, trois manifestations battaient le pavé de Paris : « Marchons enfants », « Extinction-Rebellion » et les « Gilets jaunes », soulevant des questions liées à l’être humain, à des inquiétudes écologiques et des revendications sociales.

« Écouter la clameur de la terre et la clameur des pauvres » : ce double cri n’en forme qu’un. C’est la création toute entière qui crie. La crise étant globale, il faut que notre réponse le soit également : face à une crise non seulement écologique mais aussi humaine, sociale, et plus profondément théologique, il faut travailler à une conversion de toute notre vie.

En cela, l’Église peut nous apporter beaucoup. La Bible nous propose une vision unifiée du monde, placée sous le regard bienveillant de son unique Créateur ; et en cherchant à porter sur le monde ce même regard bienveillant, la Tradition de l’Église a toujours défendu la nécessité d’un progrès qui soit au service de l’homme, et non pas l’inverse. Fabrice Hadjadj pointe la racine anthropologique de cette crise : considérer la place de l’homme dans la Création est une étape clef pour la comprendre. Or l’anthropologie développée par l’Église, notamment grâce à Jean-Paul II, insiste sur la nécessité d’honorer à la fois la dignité de l’homme et sa responsabilité, dans une juste relation à Dieu et à la Création, qui seule peut fonder une réflexion respectueuse de la terre et des pauvres.

Nous sommes conscients qu’il y a urgence ; mais nous ne savons pas comment nous y prendre, tant ces enjeux semblent complexes ! Certains proposent une vision apocalyptique de notre avenir, entretenant la peur. Face à ceux-ci, nous souhaiterions offrir un autre message, celui du pape Jean-Paul II : « N’ayez pas peur ! » Tout est encore possible.

Nous pouvons changer le monde. Pour cela, il faut l’espérance. Notre rôle est donc avant tout missionnaire ; le diocèse de Paris invite aujourd’hui les jeunes, qui seront les principaux acteurs sociaux, économiques, politiques, environnementaux des prochaines décennies, à se former sans tarder sur ces questions.

Vianney Berlizot
Coordinateur du WE "Quelle écologie intégrale ?" au Collège des Bernardins

* Les 8 et 9 février prochains, le Collège des Bernardins propose un week-end intitulé : "Quelle écologie intégrale ?". Cet événement est destiné aux jeunes de 20 à 30 ans qui souhaitent se former sur l’écologie intégrale. Plus d’infos : dse.jeunesaparis.fr

Rejoignez-nous sur les réseaux sociaux !

Sur Facebook

Sur Twitter

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse