Editorial du Père Bascoul - avril 2019

Mutations

Mutations : une série de Conférences sur la « Transformation Pastorale » dont l’objectif est d’aider pasteurs et fidèles engagés pour les aider à inspirer, équiper et transformer les paroisses pour qu’elles deviennent plus missionnaire ; Colloque ISEO : sur les 20 ans de la Déclaration Commune (luthéro-catholique) sur la justification. Exercice du pouvoir : la situation inédite de mise en retrait volontaire de l’archevêque de Lyon ; Les orthodoxes au Phanar : une délégation de l’Archevêché des Églises orthodoxes russes en Europe occidentale a été reçue au Phanar.

Mutations
Les 5 et 6 avril à la paroisse catholique Saint Pierre de Montrouge à Paris, le père James Mallon a animé, à « guichets fermés » une série de Conférences sur la « Transformation Pastorale » dont l’objectif est d’aider pasteurs et fidèles engagés pour les aider à inspirer, équiper et transformer les paroisses pour qu’elles deviennent plus missionnaires. Cette rencontre fait suite au livre à succès de la transformation de la paroisse Saint Benedict, à Halifax, en Nouvelle-Écosse au Canada : “Manuel de survie pour les paroisses”. Cette préoccupation, qui est la marque du christianisme évangélique, trouve ici une adaptation catholique dans la ligne de ce que le pape François préconise quand il demande aux fidèles catholiques d’être des « disciples missionnaires » dans son exhortation « la joie de l’évangile » de 2013. Cette transformation pastorale est un défi lancé à toutes les Églises en situation « d’Églises établies » et il n’y a rien de moins évident pour les communautés qui ne changent pas de manière de faire et de vivre sur de simples injonctions. Le cardinal André Vingt Trois interpellait prêtres et laïcs en leur demandant : « comment répondre aux attentes de ceux qui ne nous demandent plus rien ? » parce que nous nous occupons toujours assez avec ceux qui viennent encore. La question est de savoir comment articuler un fonctionnement d’Églises multitudinistes, type « Église de service public » avec un modèle d’Églises de professant, type « Église de militants ». Sans être dans les exclusives il ne faut pas négliger la fraternité en Christ et la vie en communauté. Deux vocables déjà anciens dans la pastorale catholique moderne mais qu’il faut traduire concrètement aujourd’hui.

Colloque ISEO
Nous vous proposerons dans un prochain numéro un compte rendu du colloque ISEO sur les 20 ans de la Déclaration Commune (luthéro-catholique) sur la justification. L’angle d’attaque de la question est original : « Justice et justification au cœur de nos pratiques (ecclésiales) », ou comment résoudre le dilemme entre l’affirmation luthérienne de la justification du pécheur par la foi seule, et ce qui est laissé à l’homme justifié, ce que la théologie catholique appelle la collaboration de l’homme à son salut. C’est cette possibilité de collaborer à la grâce, dont Dieu est toujours à l’origine, qui poussa la théologie mariale vers l’élaboration de la co-rédemption de Marie ou du titre marial de « Médiatrice de toutes grâces ». Notons en passant que le débat foi/œuvres fut aussi intra protestants avec la querelle du synergisme. La participation orthodoxe permit, comme toujours, de sortir de la confrontation /protestante, notamment par l’exposition du concept de synergie, où, par l’ascèse, l’homme engage une libre réponse à la vocation chrétienne inauguré par la vocation baptismale, puisque cette vocation s’exprime par le concept de la déification. Les orthodoxes acceptant de rentrer dans la discussion en nous rappelant qu’ils n’avaient pas connu dans leur histoire les développements typiquement latins de la théologie du péché originel et de la crise pélagienne, mettant en cause la foi justifiante et les œuvres. Une intervenante orthodoxe, Katerina Pekridou, nous présenta l’école de théologie luthérienne finlandaise de Mamermaa, qui essaye d’articuler les notions de justification de déification et de sanctification.

Exercice du pouvoir
Le Cardinal Barbarin, archevêque de Lyon, a « remis sa mission » entre les mains du pape François et celui-ci l’a refusé en invoquant le principe de subsidiarité, à savoir que le pasteur local saurait prendre la meilleure mesure au plan local. D’où la situation inédite de mise en retrait volontaire de l’archevêque de Lyon. Que cette action soit incomprise par l’opinion publique, dont les motivations du jugement montrent qu’il est le véritable juge dans ce qui est par certains aspects le procès de l’Église catholique. Reste que pendant cette période une Église a toujours un pasteur, mais absent, le gouvernement s’exerçant par le jeu des conseils et du vicaire général. En bonne ecclésiologie catholique c’est bien l’épiscopat incarnée par une personne qui gouverne avec ses divers conseils institués par le droit. L’Église catholique s’efforce ainsi d’honorer le principe de la synodalité, comme le pape François s’efforce de la rendre plus efficace cette synodalité avec quelques difficultés. Que l’Église catholique en France, à l’occasion de cette crise dont la racine identifiée est bien l’abus de pouvoirs de certains clercs, puisse se laisser renouveler sans se renier.

Les orthodoxes au Phanar
À la suite de l’Assemblée générale extraordinaire du 23 février 2019 de l’association support civil de l’Archevêché des Églises orthodoxes russes en Europe occidentale, une délégation a été reçue au Phanar, siège du patriarcat œcuménique, pour présenter les conclusions à Bartholomé. L’assemblée extraordinaire était constituée de tous les membres du clergé et des laïcs délégués des paroisses, et le résultat des délibérations fut de ne pas changer l’organisation transnationale du diocèse. En effet la décision du Patriarcat œcuménique de "réorganiser le statut de l’exarchat", et d’abolir le statut d’exarchat patriarcal, implique le rattachement des paroisses à chaque métropole grecque des différents pays ou elles se situent. Les discussions se poursuivent donc mais l’inquiétude demeure. Cette situation ne change rien à la rupture de communion du patriarcat de Moscou envers Constantinople, ce qui perturbe les relations entre les paroisses de ces deux juridictions orthodoxes dans les pays où sont implantées les diasporas.
P. Jérôme Bascoul

Éditorial

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse