Église verte, après un an, déjà plus de 100 paroisses engagées dans toute la France

Le label Église verte, qui a été lancé en septembre 2017, encourage les églises, paroisses, communautés chrétiennes à réduire leur empreinte écologique et à vivre un rapport transformé à la nature. Cela passe par une « conversion écologique ». « Vivre la vocation de protecteurs de l’œuvre de Dieu est une part essentielle d’une existence vertueuse ; cela n’est pas quelque chose d’optionnel ni un aspect secondaire dans l’expérience chrétienne. »

L’automne 2018 sera une période déterminante pour le climat après l’accord de Paris de 2015. Une mobilisation mondiale, Rise for climate, a donné lieu, le 8 septembre, à des actions dans des milliers de villes. En France, aux côtés des actions menées par les ONG, de nombreuses paroisses et diocèses ont célébré un Temps pour la création afin de placer les questions écologiques et le climat au centre des échanges, des cultes, des prières...et des actions.

Le label Église verte, qui a été lancé en septembre 2017, encourage les églises, paroisses, communautés chrétiennes à réduire leur empreinte écologique et à vivre un rapport transformé à la nature. Cela passe par une « conversion écologique ». « Vivre la vocation de protecteurs de l’œuvre de Dieu est une part essentielle d’une existence vertueuse ; cela n’est pas quelque chose d’optionnel ni un aspect secondaire dans l’expérience chrétienne. » §217 rappelle le pape François dans son encyclique sur l’écologie, Laudato Si’, publiée en 2015.

La démarche Église verte est portée par les trois Églises chrétiennes : la Conférence des évêques de France, la Fédération protestante de France et l’Assemblée des évêques orthodoxes de France. Il est soutenu par le Secours catholique, le CCFD-terre solidaire, le Ceras et est mis en œuvre par l’association A Rocha et le bureau d’étude AVEC.

Le label Église verte propose un éco-diagnostic en ligne de 80 questions, permettant d’évaluer le point de départ d’une communauté, dans des domaines aussi variés que le bâtiment, le terrain, mais aussi la catéchèse, les modes de vie et l’engagement local ou global. Pour symboliser les 5 niveaux de ce système progressif, les concepteurs du label ont choisi des plantes bibliques. À ce jour plus de 125 communautés ont été labellisées, 40 % ont atteint le premier niveau (graine de sénevé), 35% de niveau suivant (lys de champs), 10 % cep de vivre, 15 % figuier et encore aucun cèdre du Liban. Parmi les communautés labellisées une grande majorité sont des paroisses mais il y a aussi quelques centres spirituels, écoles, monastères, habitats partagés...

En septembre, nombre de « Journées Église verte pour la création » sont organisées en France, souvent autour d’une célébration mais aussi de randonnées, d’ateliers, de rencontres : de Paris à Lyon, d’Arras à Vico en Corse, du Puy à Romans. Elles ont donné lieu à Lyon à une célébration œcuménique et à la diffusion d’un concert inédit « messe de la création », à Paris à une journée d’échange sur le terrain après une messe célébrée par l’archevêque de Paris etc.
https://www.Égliseverte.org/communautes-Église-verte/pour voir la carte des Églises vertes
Source : FPF septembre 2018

En bref

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse