Fête du cinéma : Cinéma & spiritualité

Les films s’inspirant de thématiques spirituelles et religieuses réussissent à s’adresser à un public large car leurs enjeux sont universels.
C’est pourquoi l’association Art, Culture et Foi / Paris, partenaire de l’édition 2019 de La Fête du Cinéma, vous convie à une table ronde, un ciné-concert et cinq projections exceptionnelles

Infos
29 juin au 2 juillet

A l’occasion de La Fête du Cinéma 2019, dont Art, Culture et Foi / Paris est partenaire, vous êtes convié à ces événements exceptionnels.

JPEG - 19 ko
Téléchargeable horaires définitifs
Table ronde au Collège des Bernardins : Andreï Tarkovski – filmer l’invisible
 
Ciné-concert à l’église Saint-Sulpice : Le dernier des hommes de Friedrich-Wilhelm Murnau (muet, 1924)
 
Projections-rencontres des films au cinéma Mac-Mahon en présence des réalisateurs ou d’acteurs :
 
- Le miroir d’Andreï Tarkovski (1974)
- Léon Morin, prêtre de Jean-Pierre Melville (1961)
- Ponette de Jacques Doillon (1996)
- La nuit est mon royaume de Georges Lacombe (1951)
- Marie Heurtin de Jean-Pierre Améris (2014)

PROGRAMME - horaires définitifs

Samedi 29 juin 2019 à 15h
Table ronde : Andreï Tarkovski – filmer l’invisible
Andreï Tarkovski (1932-1986) disait qu’un artiste était « non seulement explorateur de la vie, mais aussi créateur de valeurs spirituelles ». Grand artiste lui-même, ses films nous plongent dans une temporalité qui leur est propre, où l’Homme entre en relation avec la Nature et l’Histoire pour mieux les transcender. Rendre présentes, grâce au cinéma, les vibrations du monde au-delà des apparences, voilà l’une des démarches du cinéaste russe.

Cette table ronde sera illustrée par la projection de courts extraits de L’Enfance d’Ivan, Andreï Roublev, Le Miroir, Stalker et Nostalghia.

  • Modérateur Jonas Rosales scénariste et responsable du cinéma à Art, Culture et Foi / Paris

Intervenants

  • François Couturier, pianiste et compositieur, auteur de trois albums consacrés à l’œuvre de Tarkovski : Nostalghia song for Tarkovsky (2006), Tarkovsky quartet (2011) et Nuit blanche (2017).
  • Jean Douchet critique et historien du cinéma, également écrivain, réalisateur et enseignant.
  • Jean-Christophe Ferrari philosophe de formation, professeur et critique de cinéma, auteur de l’ouvrage Le Miroir de Andreï Tarkovsky.
  • Eugènie Zvonkine maître de conférence en cinéma à l’Université de Paris-VIII, critique de cinéma, spécialiste du cinéma soviétique, russe et ukrainien.

Collège des Bernardins 20 Rue de Poissy, 75005 Paris. Grand auditorium.
Entrée / Participation aux frais : 10 €
Adhérents Art, Culture et Foi / Paris : 5 €. Moins de 26 ans et chômeurs : gratuit

Dimanche 30 juin, 14h00
Le miroir d’Andreï Tarkovski (1974)

“Que celui qui le désire, se regarde dans mes films comme dans un miroir et il s’y verra“. En écho à la table ronde, Le Miroir est le film le plus autobiographique de Tarkovski. Le cinéaste y procède par rimes, digressions, association libre d’idées, fait alterner mémoire individuelle et collective, révèle la béance fondamentale de l’identité russe, tout cela à travers l’histoire d’un cinéaste malade.

Cinéma Mac Mahon
5 avenue Mac-Mahon Paris 17e
M° Charles de Gaulle–Étoile, Ternes
Entrée 4 €

Dimanche 30 juin, 20h45, Ciné-Concert
Le dernier des hommes de Friedrich-Wilhelm Murnau (muet, 1924)

  • Sophie-Véronique Cauchefer-Choplin à l’orgue

Le vieux portier du Grand Hôtel Atlantic est renvoyé et dépouillé de sa livrée. Tourné en dérision, humilié et abattu, il se retrouve aux toilettes de l’hôtel où il est maintenant employé. Un retournement de situation le restaure dans sa dignité. Un sommet du cinéma muet.

Eglise Saint-Sulpice
Place saint-Sulpice Paris 6e
M° Saint-Sulpice
Libre participation aux frais

Lundi 1er juillet, 18h00
Léon Morin, prêtre de Jean-Pierre Melville (1961)

Sur fond de chronique sociale lors de l’occupation allemande, le film relate la relation qui s’établit entre l’abbé Morin et une veuve communiste, Barny, sûre d’elle-même qui, au gré de ses lectures et de ses conversations avec le prêtre, se laisse séduire et bousculer dans ses certitudes. Adapté du roman de Béatrix Beck, prix Goncourt 1952.

Cinéma Mac Mahon
5 avenue Mac-Mahon Paris 17e
M° Charles de Gaulle–Étoile, Ternes
Entrée 4 €

Lundi 1er juillet, 20h30
Ponette de Jacques Doillon (1996)

  • Suivi d’une rencontre avec Jacques Doillon et, sous réserve, Victoire Thivisol

Le film décrit comment Ponette, quatre ans, fait face au deuil après la mort soudaine de sa mère. Perdue et confrontée à l’incompréhension de la situation, Ponette rêve de la faire revenir.
La très jeune Victoire Thivisol a reçu le prix d’interprétation féminine au Festival de Venise pour ce film.

Cinéma Mac Mahon
5 avenue Mac-Mahon Paris 17e
M° Charles de Gaulle–Étoile, Ternes
Entrée 4 €

Mardi 2 juillet, 18h00
La nuit est mon royaume de Georges Lacombe (1951)

L’acceptation du handicap à travers l’histoire d’un mécanicien de locomotive, rendu aveugle par un jet de vapeur au visage. L’amitié et l’amour l’aideront à surmonter cette épreuve ainsi qu’à appréhender le regard des autres. Jean Gabin, au sommet de son art, obtint le prix d’interprétation du Festival de Venise pour ce film.

Cinéma Mac Mahon
5 avenue Mac-Mahon Paris 17e
M° Charles de Gaulle–Étoile, Ternes
Entrée 4 €

Mardi 2 juillet, 20h30
Marie Heurtin de Jean-Pierre Améris (2014)

  • Suivi d’une rencontre avec l’actrice Ariana Rivoire

Film tiré de l’histoire de Marie Heurtin (1885-1912), une enfant sauvage transformée en un être capable de communiquer grâce à une religieuse, sœur Marguerite. Le film montre la compassion et l’exigence de la religieuse et le pouvoir transformateur d’une amitié.

Cinéma Mac Mahon
5 avenue Mac-Mahon Paris 17e
M° Charles de Gaulle–Étoile, Ternes
Entrée 4 €

Cet événement vous intéresse ? Vous souhaitez être tenu informé des événements du diocèse de Paris ?
Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse