France - Allemagne : Pourrait-on un jour vivre en paix ?

Nous l’avions oublié ou nous l’avions occulté… Il fut un temps où nous étions en guerre avec l’Allemagne. Les « boches » étaient l’ennemi héréditaire, celui qui fait peur et qui suscite la haine. Après la guerre franco-prussienne de 1870, les première et seconde guerres mondiales, les cœurs étaient lourds de part et d’autre du Rhin ! Pourrait-on un jour vivre en paix ? Une réconciliation était-elle possible ? Était elle-même souhaitable ?

Des hommes de bonne volonté se sont levés pour appeler à la paix. Une paix dans la justice, honorant les droits des vainqueurs sans accabler les vaincus. Le charbon et l’acier, les ressources tant convoitées de part et d’autre, ont été choisies pour bâtir ensemble une « communauté » de nations. Cette initiative n’était pas sans rappeler les mots du prophète : « De leurs épées, ils forgeront des socs, et de leurs lances, des faucilles. » (Isaïe 2,4). Ce qui avait été occasion de guerre deviendrait facteur de paix et de stabilité.

Depuis 70 ans, la Communauté européenne connaît la paix. Les Allemands sont devenus les premiers partenaires des Français et les deux pays marchent « main dans la main ». Des gestes marquent la réconciliation des deux peuples : François Mitterrand et Helmut Kohl en 1984 à l’ossuaire de Douaumont, François Hollande et Joachim Gauck, président Allemand, à Oradour-sur-Glane en 2013. Inimaginable au sortir de la guerre ! Qui aurait cru qu’il y aurait un jour la paix ? Que la réconciliation irait « jusque-là » ?

Après les attentats du 13 novembre, nous voici de fait « en guerre ». Cette guerre se déroule en Syrie, en Irak, mais aussi chez nous, en bas de nos maisons. Nos cœurs sont lourds. Nous avons peur, et si l’on n’y prend pas garde, la peur se transforme vite en haine. Haine contre cet « autre » qui a tué, et par extension, contre tous ceux qui lui ressemblent de près ou de loin... Là est le danger ! Aujourd’hui, au milieu de l’épreuve, il est urgent que des hommes de bonne volonté se lèvent pour appeler à la paix. Un appel prophétique, non pour désarmer nos combattants, mais pour nous préparer à la paix.

La réconciliation semble toujours impossible. À vue d’homme, elle est hors de portée. Notre histoire témoigne qu’elle a été possible entre la France et l’Allemagne, les ennemis « de toujours ». Que cet exemple nous stimule et nous aide à être artisans de paix en ce monde.

Père Stéphane-Paul BENTZ, curé
Extrait de l’homélie du 22 novembre 2015

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse