Homélie de Mgr Michel Aupetit - Messes à Saint-François-Xavier (7e) et à Notre-Dame de Paris

Dimanche 3 février 2019

« Aucune vie ne nous appartient même si nous en sommes à l’origine. Rappelons-nous cela au moment où nous préparons des lois pour trier les embryons comme on trie des lentilles, pour fabriquer des enfants comme on fabrique des voitures, pour supprimer les vieillards comme on achève les chevaux. »

- 4e dimanche ordinaire – Année C
- Jr 1, 4-5.17-19 ; Ps 70, 1-8.15.17.19 ; 1 Co 12,31 à 13,13 ; Lc 4, 21-30

Chers frères et sœurs,

Les textes d’aujourd’hui nous montrent que nous vivons souvent dans la plus complète illusion.

Beaucoup d’entre nous croient qu’ils choisissent Dieu, comme on choisit un métier, une maison, une épouse. En réalité, c’est Dieu qui nous choisit. Ecoutons ce qu’il dit au prophète Jérémie : « Avant même de te façonner dans le sein de ta mère, je te connaissais » (Jr 1, 5). Dieu nous a choisis, Dieu nous a voulus et ceci avant même que nous soyons conçus. C’est dire la responsabilité que nous avons par rapport à toute vie humaine, et ceci dès la conception. Aucune vie ne nous appartient même si nous en sommes à l’origine. Rappelons-nous cela au moment où nous préparons des lois pour trier les embryons comme on trie des lentilles, pour fabriquer des enfants comme on fabrique des voitures, pour supprimer les vieillards comme on achève les chevaux.

Nous sommes prêts à accueillir Dieu, à condition que ce soit un Dieu à notre mesure. Nous choisissons un Dieu à notre image. Comme les habitants de Nazareth qui sont tout d’abord fiers d’avoir un prophète sorti de chez eux, et qui se mettent en colère lorsque Jésus ne correspond pas à leur désir et qu’ils comprennent qu’il est venu pour le monde et pas pour eux. Nous avons la tentation d’instrumentaliser Dieu pour le mettre en notre camp, au détriment des autres.

Nous voulons choisir notre religion comme on choisit sa boisson gazeuse au supermarché. Ainsi les habitants de Nazareth n’ont pas voulu recevoir ce simple fils de charpentier, banal et qu’ils croient connaître par cœur. De même, dans les années 1970, en France, un nombre important de nos contemporains se sont tournés vers le bouddhisme, Krishna et les religions orientales. Leur propre religion chrétienne leur paraissait sans aucun intérêt et ils l’abandonnèrent allègrement. Leurs enfants et petits-enfants aujourd’hui m’écrivent des lettres de catéchumènes. Ils se préparent à recevoir le baptême, fascinés par la personne de Jésus-Christ que leurs parents n’ont pas voulu leur apprendre. Ils redécouvrent le trésor qui a formé et inspiré ce qu’il y a de meilleur dans notre patrie.

Nous voulons choisir d’aimer à notre manière, pour, comme on disait alors : « jouir sans entraves », profiter de la vie, se donner du plaisir. Après bien des dégâts, des souffrances multiples et une déstructuration de la société où les relations sont devenus liquides, inconsistantes, on se rend compte que cet amour égoïste, cet amour possessif, n’est pas l’amour, même pas un ersatz. L’amour en effet « prend patience, rend service, ne jalouse pas ne se vante pas, ne se gonfle pas d’orgueil ». « Il ne cherche pas son intérêt, il espère tout, il endure tout. L’amour ne passera jamais » (I Co 13). C’est cet amour seul qui peut nous rendre heureux et restaurer l’image divine déposée en nous dès la création. Le Christ nous l’a révélé par sa vie et par ses paroles : « Pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime » (Jn 15, 13).

Cet amour constitue notre vocation à laquelle Dieu nous appelle dès avant notre naissance. Cet amour nous a créés. Cet amour seul nous humanise et nous fait accéder à la communion avec le Père.

+Michel Aupetit, Archevêque de Paris.

Homélies

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse