Homélie de Mgr Michel Aupetit - Messes avec la communauté Chaldéenne

A Saint-Thomas à Sarcelles (95) et à Saint-Jean à Arnouville (95) - Dimanche 9 février 2020

– 6ème dimanche de l’Épiphanie dans la liturgie Chaldéenne

- Is 63, 7-16 ; He 8, 1-9 ; Jn 3, 22-36

L’auteur de l’épître aux Hébreux nous parle d’une alliance nouvelle, d’une alliance éternelle que le Christ est venu sceller avec nous. Il est le grand prêtre unique qui réalise cette alliance.

Mais quelle est cette alliance nouvelle que le Christ réalise ? Qu’est-ce que Jésus est venu apporter sur la terre ?

Est-il venu apporter la paix ?

C’est vrai qu’il nous a demandé d’être artisans de paix et lui-même nous a dit « Je vous donne ma paix ». Et pourtant, il y a toujours des guerres.

Est-il venu supprimer la souffrance ?

C’est vrai qu’il est passé en guérissant tous les malades qui s’adressaient à lui. Pourtant, la maladie demeure. On le voit aujourd’hui avec le coronavirus.

Est-il venu supprimer la mort ?

C’est vrai qu’il a ressuscité plusieurs personnes. Et que lui-même est ressuscité pour toujours en entrant dans l’éternité de Dieu. Pourtant, nous mourrons...

Alors ? Qu’est-ce que Jésus nous a apporté ?

Jésus nous a apporté Dieu.

L’évangile de ce jour nous le dit clairement : « Croire à Jésus, croire au Fils, c’est avoir la vie éternelle » (Jn 3,36), c’est entrer dans l’intimité de Dieu. Le prophète Isaïe, nous l’avons entendu, le dit clairement : c’est bien lui qui est le sauveur. Dieu nous sauve de la mort et du péché. Le péché nous sépare de Dieu, la mort naturelle nous faire retourner à la poussière dont nous sommes issus.

Jésus, l’unique grand prêtre, nous ouvre les portes du ciel pour nous faire communier à la vie divine, pour être éternellement enveloppés de l’amour infini de Dieu.

Voilà pourquoi Jean le baptiste s’efface devant Jésus : « Il faut qu’il croisse et que je diminue » (Jn 3,30). Son baptême est un baptême de conversion, de purification. C’est déjà remarquable. Mais le baptême de Jésus est un baptême qui nous donne la vie éternelle en nous faisant devenir enfants de Dieu.

Jésus est le véritable époux. Son épouse, c’est l’Église qui doit accueillir l’humanité tout entière. Jean-Baptiste est l’ami de l’époux et cela lui donne une joie parfaite.

C’est ainsi que le prêtre qui donne sa vie pour que le Christ puisse venir nourrir son peuple avec son corps et son sang est l’ami de l’époux. Jésus s’empare de ses mains et de sa voix pour accomplir l’alliance éternelle. Le prêtre est configuré au Christ mais il n’est pas le Christ. Il est son ami. N’est-ce pas ce que Jésus disait à ses apôtres : « Je vous appelle mes amis » (Jn 15,15).

Quelle merveille et quelle grâce d’être l’ami d’un tel époux pour donner la vie au monde.

+ Michel Aupetit
Archevêque de Paris
Ordinaire des catholiques des Églises orientales résidant en France

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse