Homélie de Mgr Michel Aupetit – Jour de Noël

Prison de la Santé (14e) – Mercredi 25 décembre 2019

- Nativité du Seigneur

- Is 52,7-10 ; Ps 97,1-6 ; He 1,1-6 ; Jn 1,1-18

Le Dieu de la Bible est un Dieu qui parle. Dieu dit : « Que la lumière soit, et la lumière fut ». Dieu dit : « Faisons l’homme à notre image. Homme et Femme il les créa ». C’est donc par sa Parole que Dieu a créé le monde.

Ensuite, il s’est adressé aux hommes : Abraham, Moïse et tous les prophètes. Il les appelle par leur nom : « Abraham, Abraham ; Moïse, Moïse ; Samuel, Samuel ». Par sa Parole il a créé le monde, et par sa Parole il entre en relation personnelle avec nous.

C’est normal puisque aujourd’hui c’est aussi par ma parole que je m’adresse à vous et que je rentre en relation avec vous. Dieu peut vous rejoindre dans une Parole qui ne vient pas frapper l’oreille mais remplir le cœur. Certains ont pu faire personnellement cette expérience.

Mais comment la Parole de Dieu peut-elle rejoindre l’ensemble de l’humanité, sinon en venant dans sa création, en se faisant l’un de nous : « Et le Verbe s’est fait chair et il a habité parmi nous ». Le Verbe, c’est la Pensée, la Parole et l’Action de Dieu tout ensemble.

Et comment le Verbe va-t-il venir jusqu’à nous ? Dans un petit enfant. L’étymologie du mot enfant vient du latin « in fans » qui signifie sans parole. C’est extraordinaire que le Verbe de Dieu soit sans parole, sans paroles humaines qui puissent toucher notre intelligence. Car c’est le cœur que Dieu veut toucher. Celui qui est né, c’est l’amour incarné, l’amour qui se livre, l’amour qui se donne, l’amour qui s’offre. Il ne faut pas seulement dresser son oreille pour l’entendre, il faut ressembler à la Vierge Marie et à saint Joseph. Il faut ouvrir ses bras pour l’accueillir, tendre ses mains pour le protéger et ouvrir son cœur pour le reconnaître. Alors qu’il n’a pas trouvé de place dans la cité des hommes, c’est au milieu d’une étable qu’il va naître pour s’adresser à ceux qui, justement eux aussi, n’ont pas de place dans la cité. Rien ne peut arrêter l’amour de Dieu, ni le mépris des hommes, ni les portes des prisons, ni le refus des cœurs endurcis.

C’est ainsi que nous comprenons la Bonne Nouvelle annoncée par le prophète Isaïe dans la première lecture. Dieu est tellement grand qu’il se fait petit enfant. Dieu est tellement puissant qu’il se fait vulnérable et fragile. Dieu est tellement toute autre qu’il se fait l’un de nous. C’est le miracle de la grandeur et de l’amour de Dieu. C’est ainsi que nous devenons enfants de Dieu quand nous le reconnaissons dans ce petit enfant qui vient jusqu’à nous et nous permet de trouver sa Parole en son Fils pour nous laisser habiter par l’amour.

+Michel Aupetit, archevêque de Paris.

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse