Interview du cardinal André Vingt-Trois dans Le Figaro à propos de l’attentat de Saint-Étienne du Rouvray

Le Figaro – 26 juillet 2016

Par Jean-Marie Guénois, le 26 juillet 2016.

INTERVIEW - Après l’attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray, le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris, dit avoir « le cœur soulevé de voir tant de haine et de violence s’exprimer dans notre société ». Il revient, pour Le Figaro, sur ce drame.

Que peut signifier, selon vous, le fait que ce soit des catholiques qui aient été visés ?

Cela correspond malheureusement à des appels répétés des fanatiques de Daech pour attaquer de toutes les façons possibles ceux qu’ils considèrent comme des impies, voire des mécréants. Il est clair que la référence chrétienne, la foi au Christ et la vie de l’Église sont désignées comme une cible légitime. D’ailleurs, l’expression universelle d’effroi qui a saisi notre pays montre bien que tous, croyants ou non, ressentent que cette attaque touche au cœur de notre culture commune.

Est-ce un drame isolé, une provocation ou un piège ?

Tout cela n’est pas contradictoire. La stratégie du terrorisme diffus consiste justement à susciter des actes isolés et imprévisibles pour développer une psychose de peur et encourager les chocs entre les différentes composantes de notre société. Le piège auquel nous sommes exposés est justement de nous dresser les uns contre les autres et de nous tromper d’adversaire. Ces actes de violence ont justement pour but de faire prospérer la haine et de banaliser la violence. Les récents attentats, en France et en Allemagne, ont hélas montré combien des personnalités fragiles pouvaient être séduites par le vedettariat de l’horreur.

Que dites-vous aux catholiques ?

N’oubliez pas les paroles du Christ : « Si mon Royaume était de ce monde, mes gardes auraient combattu pour que je ne sois pas livré. » Nous savons que notre foi en Dieu peut susciter l’incompréhension, le mépris, la haine et même la violence. Mais nous savons aussi que nous sommes disciples de celui qui a renoncé à exercer la puissance pour convaincre. Ne laissons pas la haine empoisonner nos cœurs.

Que dites-vous aux musulmans ?

Ne laissez pas les extrémistes du califat pervertir le Dieu auquel vous voulez croire. Vous avez le droit d’être français et musulmans. Vous avez le droit de croire que Dieu n’est pas un monstre qui se repaît du sang des infidèles.

Que dites-vous aux Français ?

Dans toutes les épreuves que notre pays a traversées, nous avons pu surmonter les périls par notre capacité et notre volonté de vivre une certaine solidarité nationale. Mais nous avons aussi montré notre capacité à transformer les désaccords en débats d’idées. Quand nous sommes menacés par un risque de fragmentation, nous devons être d’autant plus attentifs à exercer notre liberté démocratique dans le respect mutuel. La médiatisation de la haine par l’exhibition des polémiques gangrène notre pratique de la démocratie.

Allez-vous demander au gouvernement des mesures de protection des églises ?

Nous sommes très reconnaissants aux pouvoirs publics et aux forces de sécurité d’y affecter des moyens. Mais il ne faut pas être dupe. C’est un mauvais procès de reprocher aux forces de sécurité de ne pas prévoir l’imprévisible. Ce serait leurrer nos concitoyens de leur laisser croire qu’il y a une protection sans faille devant le genre d’attaques que nous voyons se développer.

Cet acte marque-t-il un tournant ?

Oui, je le pense. Nos références historiques de conflits armés sont des références classiques où des pays sont opposés les uns aux autres, où des armées se font face. Ce serait une grave erreur stratégique de croire que l’élément militaire de Daech joue un rôle comparable et constitue la seule cause des violences que nous connaissons. À supposer que Daech soit définitivement vaincu, il nous restera à faire face aux causes du terrorisme qui sont chez nous et pas seulement outre-mer. Depuis dix-huit mois, on a beaucoup fait référence aux valeurs républicaines, mais il faudrait encore que nous développions ce que nous voulons dire et quel prix nous sommes prêts à payer pour les défendre.

Certains parlent de guerre de religions, les suivez-vous ?

L’Europe a malheureusement une expérience historique des guerres de religions. Les meilleurs historiens ont depuis longtemps montré que la thématique religieuse de ces guerres relayait opportunément des intérêts qui n’avaient rien de religieux. Il en est de même aujourd’hui. Je ne vois pas à quelle guerre de religions correspondrait l’extermination par les fanatiques de Daech de milliers de musulmans. S’il y a un enjeu religieux dans cette guerre, c’est de savoir si le Dieu auquel on se réfère veut la mort de l’homme ou sa vie.

Propos recueillis par Jean-Marie Guénois.

Source : lefigaro.fr.

Interventions

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse