Journée mondiale du malade

A l’occasion de la 28e Journée mondiale du malade, les paroisses de Paris célèbrent des sacrements des malades. Une quête particulière Une quête particulière est effectuée le dimanche 9 février pour les aumôneries d’hôpitaux. Ce même jour, le monde de la santé et les malades pèlerineront à Montmartre, dans le cadre du jubilé du Sacré-Cœur de Montmartre.

Dimanche 9 février 2020, le monde de la santé et les malades pèlerinent à Montmartre pour leur jubilé.

Une quête particulière est effectuée le dimanche 9 février pour les aumôneries d’hôpitaux.

Message du Pape François pour la Journée Mondiale du Malade 2020

Chers frères et sœurs,

Les paroles que Jésus prononce : « Venez à moi, vous tous qui peinez et ployez sous le fardeau, et moi je vous soulagerai » (Mt 11, 28) indiquent le mystérieux chemin de la grâce qui se révèle aux simples et qui offre un soulagement à ceux qui peinent et qui sont fatigués. Ces mots expriment la solidarité du Fils de l’homme, Jésus-Christ, face à une humanité affligée et souffrante. Que de personnes souffrent dans leur corps et dans leur esprit ! Il appelle tous les hommes à aller vers lui, « venez à moi », et il leur promet soulagement et repos. « Quand Jésus dit cela, il a face à lui les personnes qu’il rencontre chaque jour sur les routes de Galilée : tant de gens simples, pauvres, malades, pécheurs, exclus par le poids de la loi et du système social oppressif... Ces personnes l’ont sans cesse poursuivi pour écouter sa parole – une parole qui donnait l’espérance » (Angélus, 6 juillet 2014).

En cette XXVIIIème Journée Mondiale du Malade, Jésus adresse son invitation aux malades et aux opprimés, aux pauvres qui savent bien qu’ils dépendent entièrement de Dieu et qui, blessés par le poids des épreuves, ont besoin de guérison. Jésus-Christ, n’impose pas de lois à ceux qui vivent l’angoisse de leur propre situation de fragilité, de douleur et de faiblesse, mais il offre sa miséricorde, c’est-à-dire sa personne qui les réconforte. Jésus regarde l’humanité blessée. Lui, il a des yeux qui voient, qui s’aperçoivent, car ils regardent en profondeur. Il ne s’agit pas d’un regard rapide et indifférent, mais qui s’attarde et accueille tout l’homme, tout homme, dans sa condition de santé, sans écarter personne, mais en invitant chacun à entrer dans sa vie pour faire une expérience de tendresse.

Lire l’intégralité du message sur le site du Vatican


Courant février, de nombreuses paroisses proposent de recevoir le Sacrement des malades :

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse