L’édito de la quinzaine

QUI CHERCHE TROUVE !

Pendant ses études secondaires, un jeune homme perdit la foi, lui préférant l’attrait d’une vie facile et de joyeuses compagnies. Bien des années après, alors qu’il était installé dans sa vie, le contact avec des musulmans fervents provoqua en lui un bouleversement intérieur : « N’y aurait-il donc pas quelque chose de plus vrai et de plus grand que ses occupations mondaines ? » À partir de ce jour-là, il se mit à chercher ce quelque chose...

Régulièrement, cet homme entrait dans une église, s’installait devant le crucifix et, inlassablement, répétait cette prière : « Mon Dieu, si vous existez, faites-le moi savoir. » Un beau jour, fidèle à son rituel, il entra dans l’église, s’installa devant le crucifix et formula sa prière habituelle : « Mon Dieu, si vous existez, faites-le moi savoir. » C’est alors qu’il sentit le besoin de se rendre au confessionnal pour aller discuter avec un prêtre. Et c’est dans ce confessionnal qu’il rencontra Dieu. Ne me demandez pas ce qu’il s’y est passé, car je ne le sais pas. Ce qui est certain, c’est qu’après cette rencontre, sa vie n’a plus jamais été la même. Cet homme, c’est le bienheureux Charles de Foucauld, béatifié par Benoît XVI en 2005. Celui qui cherche Dieu Le trouve.

Cela se vérifie avec simplicité dans cette page d’évangile retraçant l’aventure des mages. Les mages ont vu l’étoile se lever, symbole de ce désir qui a grandi en leur cœur de trouver quelque chose de vrai, quelque chose de grand, quelque chose qui donne sens à leur vie. Ce désir a été si fort qu’ils se sont mis en route pour partir à la recherche de ce « Roi des Juifs qui vient de naître. » De l’or, de l’encens, de la myrrhe : des présents bien dérisoires pour le Roi des Rois, telle une petite pièce déposée dans un panier de quête au moment de l’offertoire. Et pourtant, ces simples présents disent l’ouverture d’un cœur qui s’offre avec confiance. La « très grande joie » dont se réjouissent les mages à la vue de l’enfant est réelle. Ils ont cherché, ils ont trouvé et « ils regagnèrent leur pays par un autre chemin », comme pour dire que leur vie a été bouleversée par cette rencontre. Leur « très grande joie » est pour nous une invitation : cherchons, cherchons le Roi présent dans notre quotidien. Cherchons-Le et nous Le trouverons et notre cœur se réjouira.

Chercher, c’est d’accord, mais comment faire ? L’Évangile du jour donne un petit indice. Les mages qui cherchent ne vont pas directement à Bethléem. Ils ont besoin de passer par Jérusalem et de s’adresser aux grands prêtres et aux scribes qui vont leur ouvrir les Écritures : « Voici ce qui est écrit par le prophète... » La Parole de Dieu est comme un guide qui ouvre les yeux, qui ouvre le cœur à la présence du Ressuscité dans nos existences, comme une boussole qui oriente. À l’exemple des mages, puissions-nous être des chercheurs de Dieu, des chercheurs persévérants et avisés.

Père Cédric ANASTASE

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse