L’édito de la quinzaine

ET SURTOUT… LA SAINTETÉ !

En ce mois de janvier, il est d’usage de se souhaiter les bons vœux : « Tous mes vœux de bonheur » disons-nous avec sincérité à ceux que nous croisons, et de rajouter la traditionnelle formule : « La santé surtout. » Nous avons bien raison de nous souhaiter la santé car c’est un bien éminemment précieux. Nous connaissons tous des personnes qui souffrent dans leur âme ou dans leur corps, pour ne pas reconnaître la valeur de la santé. Et pourtant, aussi importante soit la santé, il existe un bien plus important encore que nous pouvons nous souhaiter : la vie avec Jésus, l’amitié grandissante avec Lui, en un mot, la sainteté.

La sainteté ! Plus facile à souhaiter qu’à réaliser, pourriez-vous me répondre. En réalité, il nous faut comprendre que la sainteté n’est pas d’abord de notre fait. Elle est en premier lieu une initiative gratuite du Dieu saint à notre égard. « Comme tout le peuple se faisait baptiser et qu’après avoir été baptisé lui aussi, Jésus priait » (Lc 3,21). Que vient faire Jésus au milieu des pécheurs, au milieu de gens comme nous à recevoir ce baptême de conversion ? Il est le Fils bien-aimé du Père, venu illuminer les hommes de la lumière de la sainteté. De même qu’une plante baignée dans la lumière du soleil prend vigueur, de même une personne qui découvre le visage de Jésus venu le rejoindre dans son quotidien, grandit en sainteté.

En 2008, se sont déroulées les JMJ de Sydney avec le Pape Benoît XVI. Je garde un souvenir ému de la veillée finale. Un million de jeunes criant leur joie d’être chrétien : « Vive le Pape ! Vive Jésus ! ». La joie du Pape n’était pas feinte, elle se lisait sur son visage. C’est alors qu’au milieu de la soirée, contre toute attente, Benoît XVI nous a adressé ces mots remplis d’une grande tendresse paternelle : « Maintenant mes enfants, prions. » Le Saint-Sacrement a été exposé, le Pape s’est agenouillé devant Lui et un silence paisible s’est installé. Faire du bruit à un million, c’est facile. Faire silence à un million, c’est un miracle. Pendant que nous priions en silence, le désir de Jésus se laissait percevoir : « Je veux rejoindre chacune de vos existences. Laissez-moi faire... »

Au cours de cette année 2019, puissions-nous laisser Jésus s’approcher davantage de nous, puissions-nous découvrir davantage encore son visage. Qu’Il console ce qui est en nous attristé, qu’Il guérisse ce qui est blessé, qu’Il réchauffe ce qui est froid, qu’Il pardonne ce qui n’est pas ordonné à son amour, qu’Il fortifie nos belles intentions. Alors, nous pourrons dire que notre année aura été bonne.

P.Cédric Anastase.

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse