L’édito de la quinzaine

JOURNÉE MONDIALE DES PAUVRES

Suivre Jésus a cette double signification :
se faire pauvre et servir les plus pauvres,
mais aussi : apprendre d’eux
ce qu’est la vie, ce qu’est l’humanité,
mais aussi : qui est Dieu.
Père Joseph Wresinski, fondateur ATD Quart Monde.


« Nous sommes tous appelés à tendre la main aux pauvres, à les rencontrer, à les regarder dans les yeux, à les embrasser, pour leur faire sentir la chaleur de l’amour qui rompt le cercle de la solitude », écrit le Pape François.

CHACUN DE NOUS EST CONCERNÉ !
ENSEMBLE, NOUS POUVONS FAIRE QUELQUE CHOSE !

À l’occasion de la 1ère Journée Mondiale des Pauvres, le 19 novembre 2017, la Paroisse Sainte-Geneviève des Grandes Carrières appelle chaque membre de la communauté à OSER s’arrêter un instant et poser son regard sur la précarité qui nous entoure.

La précarité est souvent sous nos yeux, mais elle ne se voit pas toujours.
APPRENONS à la reconnaître
APPRENONS à faire le bon geste
APPRENONS à trouver le mot juste

C’est ce que nous explique la brochure « Simple comme Bonjour » que nous vous invitons à lire (des exemplaires seront à votre disposition lors des offices des 18 et 19 novembre ; vous pouvez également la télécharger dès à présent sur www.simplecommebonjour.org)

Tendre la main aux personnes en difficulté (sans abris, personnes seules, migrants…) ne s’improvise pas.
Pour aller plus loin qu’un regard, qu’une pièce ou un sandwich, il nous faut comprendre et apprendre.
Alors seulement nous serons à même de proposer des actions concrètes à la mesure de notre paroisse et de nos possibilités.

AGISSONS avec humilité, mais aussi en connaissance et ENGAGEONS notre paroisse aux côtés de ceux qui souffrent.
Des échanges vous sont proposés les 17, 18 et 19 novembre,
dans les allées de la braderie.
Venez rencontrer notre équipe pastorale ! Venez exposer vos idées !


La pauvreté est le grand enseignement que nous a donné Jésus quand il est descendu dans les eaux du Jourdain pour être baptisé par Jean-Baptiste.

Il ne l’a pas fait parce qu’il avait besoin de pénitence ou de conversion ; il l’a fait pour se mettre parmi les gens, les personnes qui avaient besoin de pardon, parmi nous, pécheurs, et pour se charger du poids de nos péchés.

C’est cette voie qu’il a choisie pour nous consoler, nous sauver, nous libérer de notre misère. Ce qui nous donne la vraie liberté, le vrai salut et le vrai bonheur, est son amour de compassion, de tendresse et de partage. Le bon Samaritain qui nous recueille quand nous sommes malmenés par les brigands.

Saint Grégoire de Nysse, un grand théologien de l’Antiquité, écrivait ceci : « Considérez bien qui sont les pauvres dans l’Évangile et vous découvrirez leur dignité : ils ont revêtu le visage du Seigneur. Dans sa miséricorde, il leur a donné son visage ».

Cette journée mondiale voulue par notre Pape François est l’occasion personnellement et communautairement de nous poser la question de "comment agir" et "nous engager" aux côtés des plus fragiles que nous côtoyons chaque jour où que ce soit les membres souffrants de notre communauté plus ou moins isolés.

Je te bénis, Père : ce que tu as caché aux sages et aux instruits, tu l’as révélé aux tout petits. (Évangile de Matthieu 11, 25)

P.Frédéric LANTHONIE.

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse