L’Église
Catholique
À Paris

L’édito de Mgr de Sinety du 7 mars 2019

« Le loup mange l’agneau : quoi de plus naturel en sorte ? Dès les cours de récréation l’expérience est commune : le plus fort a raison, comme le chante le poète “gare ta gueule à la récré !”. (...) Mais voici qu’une lumière s’est allumée en notre monde et les 40 jours à venir préparent nos yeux à la contempler avec joie. ». À écouter,cette semaine : "La raison du plus fort". Mgr Benoist de Sinety, vicaire général, donne son regard sur l’actualité au micro de RCF.

Un Agneau se désaltérait
Dans le courant d’une onde pure.
Un Loup survient à jeun qui cherchait aventure,
Et que la faim en ces lieux attirait.

Ce cher La Fontaine : il fut un temps, lorsque dans les écoles on apprenait des fables, où nous récitions, chers auditeurs, ces vers inquiétants. Il y était question d’un loup et d’un agneau et, d’emblée l’enjeu était posé :

La raison du plus fort est toujours la meilleure :
Nous l’allons montrer tout à l’heure.

Quel enfant n’a pas tressaillit, devinant au fil des mots, le drame qui se nouait : le loup mangera l’agneau. Il le dévorera même, sans autre forme de procès, après des accusations injustes qui n’ont pas d’autres objets que de justifier son crime à venir.
Le loup mange l’agneau : quoi de plus naturel en sorte ? Dès les cours de récréation l’expérience est commune : le plus fort a raison, comme le chante le poète "gare ta gueule à la récré !".

Alors si le plus fort a toujours le dernier mot, si ses raisons prévalent sur toute autre, pourquoi pleurer devant l’enfant violenté, devant la femme battue, devant le pauvre chassé de nos rues et le migrant menacé par nos peurs ? Oui, si le fort a forcément raison, pourquoi écouter le cri des pauvres ou le cri de notre terre ?

Si l’agneau n’a pas d’autre destinée que la gueule du Loup, alors pourquoi s’inquiéter du sort de nos anciens dans les EHPAD et de tous ceux qui nous semblent trop fragiles pour survivre un instant de plus ? Oui, la fable nous glace le sang tant elle nous semble vraisemblable. Mais voici qu’une lumière s’est allumée en notre monde et les 40 jours à venir préparent nos yeux à la contempler avec joie. La lumière de Celui qui vient révolutionner nos lois, comme l’explique le Pape François dans son message de carême :

Quand on abandonne la loi de Dieu, la loi de l’amour, c’est la loi du plus fort sur le plus faible qui finit par s’imposer. Le péché qui habite dans le cœur de l’homme (cf. Mc 7, 20-23) … conduit à l’exploitation de la création, des personnes et de l’environnement, sous la motion de cette cupidité insatiable qui considère tout désir comme un droit, et qui tôt ou tard, finira par détruire même celui qui se laisse dominer par elle.

Nous avons 40 jours pour retrouver la loi de Dieu et l’adopter comme notre loi de vie, sinon, gare ta gueule à la récré !

Chroniques De Mgr Benoist de Sinety sur RCF

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse