L’Église catholique romaine transmet sa réponse formelle à « L’Église : Vers une vision commune »

L’Église catholique romaine transmet sa réponse formelle à « L’Église : Vers une vision commune » fruit de trois décennies de débats œcuméniques internationaux sur ce que signifie le fait d’être l’Église.

L’Église catholique romaine a transmis sa réponse formelle à « L’Église : Vers une vision commune », fruit de trois décennies de débats œcuméniques internationaux sur ce que signifie le fait d’être l’Église.

Le Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens a œuvré à la transmission de cette réponse catholique officielle, sur demande de la Commission de Foi et constitution du Conseil œcuménique des Églises. « Ce processus a compté sur des consultations auprès des conférences épiscopales du monde entier, et a pris en considération les réponses préparées par les théologien-ne-s d’horizons laïcs et ordonnés, les groupes d’études universitaires et les mouvements ecclésiaux », déclare le Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens. « Après un examen attentif desdites contributions par les membres de l’équipe de rédaction, de nombreuses séances de travail ont été organisées à Rome et une proposition de réponse a été formulée. »

Après diverses améliorations apportées par les expert-e-s et les responsables de l’édition, la réponse catholique officielle a été approuvée par la Congrégation pour la doctrine de la foi. « La réponse révèle que ‘L’Église : Vers une vision commune’ est une bonne synthèse du consensus de plus en plus généralisé dans le domaine de l’ecclésiologie au sein de l’actuel dialogue œcuménique », précise le Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens. « De même, y sont indiqués différents aspects appelant à une réflexion plus poussée sur la nature et la mission de l’Église, ainsi que sur la vision de son unité. »

Réception dans la joie
Selon le secrétaire général du COE, le pasteur Olav Fykse Tveit, « L’Église : Vers une vision commune » est une étape historique pour le mouvement œcuménique et le dialogue en faveur d’une unité visible. « Nous avons trouvé un important terrain d’entente et identifié de nombreux points communs entre nos traditions », déclare-t-il. « Nombre d’Églises ont contribué au processus de réception », poursuit le pasteur Tveit, ajoutant que la réponse de l’Église catholique romaine est un jalon dudit processus.

« La réponse s’inspire d’un processus très étayé et ambitieux engagé par l’Église catholique romaine », remarque le secrétaire général du COE. « Elle est révélatrice de la manière dont nous cheminons, travaillons et prions ensemble. Il nous reste beaucoup à faire, et nous avons davantage besoin de prier pour l’unité de l’Église. Nous n’en demeurons pas moins engagé-e-s à en faire une unité durable à la fois dans sa diversité et son exigence de responsabilité mutuelle. »

Et de poursuivre : « Le COE accueille ce texte et toutes les réponses avec gratitude et espoir, en notre qualité d’agent rassembleur au sein du seul mouvement œcuménique, pour bâtir une route viable vers l’unité visible, main dans la main avec l’Église catholique romaine. »

La pasteure Susan Durber, présidente de la Commission de Foi et constitution du COE, déclare que la réponse de l’Église catholique romaine a été reçue dans la plus grande joie. « C’est encourageant de lire une réponse qui affirme la profondeur de notre conception commune et révèle cet engagement fort à poursuivre sur la voie de l’unité visible, tout en portant la promesse de « ne ménager aucun effort », déclare Mme Durber. « Certaines notes sont susceptibles de surprendre certain-e-s lecteurs ou lectrices, notamment l’appel à ‘une rencontre plus personnelle avec Jésus Christ’, l’encouragement à relier la théologie du sacerdoce à la théologie du baptême, l’accent mis sur l’Église locale, et l’affirmation de la nature essentiellement missionnaire de l’Église. »

Mme Durber poursuit en rappelant que d’importantes invitations y figurent, telles que celle « à explorer davantage ensemble le sens du caractère sacramentel, à réfléchir à la spiritualité œcuménique, et à s’intéresser plus en détail à la manière dont nous avons souvent considéré une même réalité sous différents angles. »

La réponse de l’Église catholique romaine véhicule un souffle d’espérance, un sens de la foi et un engagement réel, indique la pasteure Durber. « La Commission de Foi et constitution du COE, dont les catholiques romain-e-s sont membres à part entière, exprime sa profonde gratitude pour le don de cette réponse, un don fait au mouvement œcuménique ».

https://www.oikoumene.org/fr/press-centre/news/resources/documents/commissions/faith-and-order/i-unity-the-church-and-its-mission/the-church-towards-a-common-vision?set_language=fr
Source : COE - 24 octobre 2019

NDLR : En 1982 la Commission Foi et Constitution du Conseil Œcuménique de Églises élabore un texte dit de convergence appelé document de Lima et qui s’intitule « Baptême, Eucharistie, Ministère ». Ce texte n’est pas un aboutissement mais un point de départ, puisqu’il est soumis durant six ans à la réaction motivée des Églises membres du COE et de celles qui n’en font pas partie, puisque l’Église catholique fait partie de la commission « Foi et Constitution sans faire partie du COE. Les réponses des Églises et pour l’Église catholique la collecte des contributions se fait au niveau des Conférences nationales des évêques. En 2013 la Commission Foi et Constitution, rassemble ces conclusions et établit les convergences qu’elle propose dans un nouveau document intitulé : « L’Église vers une vision commune », soumis au même processus, qui n’est donc pas une demande de ratification, mais de réactions motivées, puisqu’à chaque développement des thèses proposées dans le document, une question précise est posée. La réponse de l’Église catholique s’est élaborée par la synthèse faite par le Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens qui avait auparavant sollicité chaque conférence épiscopale nationale à travers le monde. La Commission Foi et Constitution va ensuite poursuivre son travail de mise en évidence des convergences, à partir de toutes les réponses collectées, convergences qui font aussi apparaitre en creux des divergences qui demeurent et permettront d’engager une nouvelle étape du dialogue au long cours ! J.B.

En bref

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse