« L’enjeu premier est de former des cœurs de chrétiens »

L’Institut supérieur de Sciences religieuses (ISSR), implanté au sein de l’École cathédrale, propose à ses étudiants – laïcs, consacrés comme clercs – un parcours de formation sur trois ans, conduisant à une licence de théologie reconnue par l’État. Objectif : former des missionnaires pour le monde, en les enracinant dans la foi.

JPEG - 30.6 ko
Laetitia Calmeyn, docteur en théologie, est directrice de l’Institut supérieur de Sciences religieuses de l’École cathédrale.
© DR

Paris Notre-Dame – Qui suit les cours de l’ISSR ?

Laetitia Calmeyn – Des jeunes professionnels, entre autres, qui viennent se former en théologie pour être des professeurs, des médecins, des pères et mères de famille chrétiens. Il y a aussi des retraités, des séminaristes, des consacrés… Ce parcours cohérent conduit à une licence canonique reconnue par l’État. Il peut être suivi à temps plein – quinze heures par semaine – ou selon un emploi du temps adapté aux contraintes professionnelles de certains. L’enjeu est de former des missionnaires pour le monde ou au service d’une mission d’Église, en les enracinant dans la parole de Dieu.

P. N.-D. – Quelle est la spécificité de cette formation ?

L. C. – Ceux qui viennent au Collège des Bernardins avec le désir de se former commencent souvent par un cours public, une heure par semaine. À un moment donné, pour certains, se pose la question de la cohérence d’une formation. De ce point de vue­ là, l’ISSR propose un parcours ordonné : cours de philosophie ; cours d’Écriture sainte ; de dogmatique ; cours de morale : morale fondamentale, sexuelle et familiale ; anthropologie. Des cours sur la foi et la raison ; sur les religions non chrétiennes, etc. La culture actuelle n’offre plus de repères chrétiens. Ce type de formation est donc de plus en plus nécessaire. J’ai, par exemple, un certain nombre de jeunes en cours d’anthropologie. L’objectif est de leur donner des repères pour comprendre, à la lumière de la parole de Dieu, ce qu’est la liberté, la conscience… Ce sont souvent des jeunes baptisés qui vivent de leur foi : ils vont à la messe, bénéficient d’une éducation chrétienne… En revanche, dans leurs entreprises, dans leurs lieux d’engagement, ils se conduisent à la manière du monde au risque de devenir un peu schizophrènes et de faire de leur foi une affaire privée. La question est alors celle de la cohérence de vie. Est­-ce que je peux discerner le Salut de Dieu à l’œuvre, là où je suis ? Je pense qu’une formation est nécessaire pour cela.

P. N.-D. – Tout baptisé vivant dans le monde devrait suivre ce type de parcours ?

L. C. – L’enjeu premier est de former des cœurs de chrétiens, afin de permettre à des personnes, non seulement de se nourrir, mais de se nourrir en vue de l’annonce. Cette capacité à se tourner vers l’extérieur est essentielle. C’est d’autant plus important qu’un des risques dans notre monde changeant est de se référer à la religion de façon identitaire, afin de nous rassurer. Cette formation
permet d’éviter cet écueil, car la parole de Dieu nous bouscule toujours. Avant d’être une identité, être chrétien c’est d’abord une amitié avec le Christ, une connaissance du Christ, de Dieu, de la Trinité. En entrant dans cette amitié, nous pouvons décider en conscience de ce qui est bon pour nous. Ce parcours est en fait une formation à la liberté chrétienne, et donc à la liberté personnelle. Cette liberté enracinée dans le Christ, qui nous permet d’être des hommes et des femmes debout, en dialogue avec le monde.

Propos recueillis par Priscilia de Selve

En pratique

L’Institut supérieur de Sciences religieuses forme des promotions d’une vingtaine d’étudiants sur trois ans pour l’obtention de la licence, et de cinq ans pour le master spécialisé en bioéthique. En licence, le programme comprend l’étude des livres bibliques, de la méthodologie, de la dogmatique, de la morale fondamentale, sexuelle et familiale, de la morale sociale, de la théologie fondamentale… Pour s’inscrire, seul le baccalauréat est nécessaire.

Informations : collegedesbernardins.fr

Début des cours le 26 septembre.

Articles

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse