« L’Eucharistie nourrit et ravive la charité »

P.N.-D. - Le cardinal André Vingt-Trois a donné l’impulsion de l’année « Éthique et solidarité » en mai dernier mais celle-ci va véritablement commencer à la rentrée. À quoi les catholiques parisiens vont-ils être invités ?

JPEG - 56.1 ko
Mgr Jean-Yves Nahmias, évêque auxiliaire de Paris.
© D. R.

Mgr Jean-Yves Nahmias – Le 17 mai à N.-D. de Paris, le cardinal André Vingt-Trois nous a donné des orientations concrètes et exigeantes [1] qui vont nous inspirer dès le commencement de cette année « Éthique et solidarité ».

En premier lieu, nous sommes invités à une compréhension toujours plus profonde de la place de l’Eucharistie et de la Parole de Dieu dans nos vies, par une perception toujours plus claire du lien « qui unit notre vie dans la paroisse et notre vie au milieu des hommes », pour reprendre les mots de Mgr Vingt-Trois. La célébration eucharistique nous implique non seulement individuellement mais aussi en tant que communauté.

Dans le prolongement de cette idée, chaque paroisse est invitée, comme les deux années précédentes de Paroisses en mission, à se réunir en assemblée. Il s’agit de procéder à un diagnostic de la situation et des spécificités de chaque territoire paroissial pour faire ressortir des champs d’action, principalement autour des trois priorités choisies par notre archevêque que sont la solitude, le logement et l’accueil de l’autre.

P.N.-D. -Pourquoi est-il important d’entrer dans cette année par une phase de réflexion ?

Mgr Jean-Yves Nahmias – C’est essentiel afin de nourrir notre action puisque l’on souhaite s’inscrire dans une démarche de transformation de fond de notre regard et de nos vies. Pour revenir sur la question fondamentale de l’Eucharistie comme lieu de notre conversion au Christ, celle-ci est la source de la charité mais aussi un lieu d’envoi en mission et de récapitulation. En découle une cohérence de vie à laquelle nous sommes appelés pour tendre vers une existence droite et sobre. Notre engagement s’en trouve nourri et toujours ravivé. La réflexion autour de cette dynamique profonde doit nous encourager à être des acteurs de la charité plus déterminés.

P.N.-D.-Comment cette réflexion va-t-elle s’articuler avec le reste de l’année ?

Mgr Jean-Yves Nahmias – À la phase d’analyse et de discernement va succéder celle du déploiement de l’engagement concret dans chaque paroisse et dans chacune de nos vies. Les deux modules de formation proposés cette année appuieront cette articulation en deux grandes phases (« De l’eucharistie à la charité, éthique et solidarité dans notre vie » le 17 septembre, « Réflexion autour de nos engagements auprès des personnes isolées, démunies ou mal logées » le 14 janvier). Mais la prise de recul comme les initiatives concrètes n’ont pas vocation à se limiter à un calendrier précis : elles se nourrissent et s’encouragent mutuellement pour porter du fruit bien au-delà de Paroisses en mission. La transformation à laquelle nous sommes appelés va ainsi se prolonger dans le temps.Dans cet esprit, le travail que nous avons entrepris au service de la famille et de la jeunesse doit être poursuivi. • Propos recueillis par Pierre-Louis Lensel

[1Le texte de cette intervention sera publié dans Paris Notre-Dame à la rentrée.

Articles

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse