L’hospitalité, une vertu œcuménique et un facteur d’unité pour le Pape François

Centrant sa catéchèse hebdomadaire sur le thème choisi pour la semaine de prière pour l’Unité des chrétiens, le Pape a affirmé que la pratique de l’hospitalité, « importante vertu œcuménique », peut contribuer à unir le peuple chrétien.

Le Pape a affirmé que la pratique de l’hospitalité, « importante vertu œcuménique », peut contribuer à unir le peuple chrétien.

Centrant sa catéchèse hebdomadaire sur le thème choisi pour la semaine de prière pour l’Unité des chrétiens, le Pape a affirmé que la pratique de l’hospitalité, « importante vertu œcuménique », peut contribuer à unir le peuple chrétien.

Le thème de cette semaine de prière, choisi par les Églises chrétiennes de Malte et Gozo, est tiré des Actes des apôtres : « Ils nous témoignèrent une humanité peu ordinaire » (28,2). Il renvoie à l’accueil chaleureux réservé par les Maltais à saint Paul et à ses compagnons de voyage, après le naufrage de leur bateau au large de l’île méditerranéenne ; un épisode auquel le Saint-Père a consacré une catéchèse deux semaines avant.

« Une rare humanité », signe de l’amour de Dieu
Errant sur une mer déchainée et prête à les engloutir, les 276 passagers du navire sentent leur fin approcher ; mais Paul, habité par sa foi en un Dieu-Père aimant, se charge de rassurer ses compagnons : « aucun de vous ne perdra un cheveu de sa tête », leur affirme-t-il.

Cette prophétie se réalisera effectivement lorsque tous parviendront sains et saufs sur les côtes maltaises. « En contraste avec la violence brutale de la mer, ils reçoivent le témoignage d’une “rare humanité” des habitants de l’île », qui se montrent « attentifs à leurs besoins ». Bien que ceux-ci ne connaissent pas la Bonne Nouvelle du Christ, « ils manifestent l’amour de Dieu par des actes concrets de gentillesse », observe le Pape qui poursuit : « l’hospitalité spontanée et les gestes attentionnés communiquent quelque chose de l’amour de Dieu ». Cette hospitalité leur est rendue par les miracles de guérison que Dieu accomplit à travers Paul. Ainsi donc, si les Maltais furent « un signe de la providence de Dieu pour l’apôtre, lui aussi fut témoin de l’amour miséricordieux de Dieu pour eux ».

L’hospitalité, vertu œcuménique
L’hospitalité est une « vertu œcuménique importante », a lancé le Saint-Père. Elle signifie avant tout « reconnaitre que les chrétiens d’autres confessions sont vraiment des frères et des sœurs en Christ » ; elle requiert « la disponibilité d’écouter les autres chrétiens, de prêter attention à leurs histoires personnelles de foi et à celles de leurs communautés » ; elle comporte aussi « le désir de connaitre l’expérience que les autres font de Dieu ». Et comme les Maltais, nous aussi sommes payés de retour, « parce que nous recevons ce que le Saint-Esprit a semé en nos frères et sœurs, et cela devient un don également pour nous ».

Montrer l’amour de Dieu aux migrants
La mer reste encore aujourd’hui un lieu dangereux pour la vie de ceux qui y naviguent. Et le Pape de prendre l’exemple de des hommes et femmes migrants, qui affrontent de périlleuses odyssées pour fuir la violence, la guerre ou la pauvreté.
En butte à l’hostilité des éléments, ils le sont aussi à l’hostilité « bien pire des hommes » : « ils sont exploités par des trafiquants criminels ; traités comme des numéros et comme une menace par quelques gouvernements. Parfois l’inhospitalité les rejette comme une vague vers la pauvreté ou les dangers qu’ils ont fuis ». « Tant de fois, on ne les laisse pas débarquer dans les ports », a encore déploré l’évêque de Rome.

À ces migrants, les chrétiens doivent montrer l’amour de Dieu révélé en Jésus-Christ, en travaillant ensemble. « Nous pouvons et devons témoigner qu’il n’existe pas seulement l’hostilité et l’indifférence, mais que chaque personne est précieuse pour Dieu et aimée par Lui ». Même si les divisions entre chrétiens les empêchent encore d’être pleinement le signe de l’amour de Dieu pour le monde, ceux-ci doivent « travailler ensemble pour vivre l’hospitalité, surtout envers celui qui est plus vulnérable » ; celÀ « nous fera de nous des êtres humains meilleurs, de meilleurs disciples et un peuple chrétien plus uni »… en attendant de nous rapprocher plus tard de l’unité, « qui est la volonté de Dieu pour nous »
Source : Vatican news – février 2020

Actualité œcuménique

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse