L’orfèvrerie au service de la liturgie

Durant tout le mois de juillet, Paris Notre-Dame vous propose une série consacrée à l’art liturgique. Cette semaine, l’orfèvrerie liturgique (travail des métaux précieux). Rencontre avec trois créateurs passionnés. ● Par Céline Marcon

LES VASES SACRÉS
« Dans chaque région, il est strictement requis de choisir des matières que tout le monde estime nobles, en signe de respect pour le Seigneur, et afin d’écarter complètement, aux yeux des fidèles, tout risque d’un affaiblissement de la doctrine de la présence réelle du Christ sous les espèces eucharistiques. » Extrait de Redemptionis Sacramentum (Le sacrement de la Rédemption), publié en 2004 par la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements.

Louis-Guillaume Piéchaud

JPEG - 76.5 ko
Ostensoir réalisé par Louis-Guillaume Piéchaud pour N.-D. de La Salette (15e). © LOUIS-GUILLAUME PIÉCHAUD

Pour cet artisan, l’art sacré est une histoire de famille depuis quatre générations. Attiré par le travail manuel, Louis-Guillaume Piéchaud quitte l’école, à l’âge de 16 ans, et entre dans l’atelier familial. Là, auprès de son père et de son grand-père qui sont fortement inspirés par l’art médiéval, il s’initie à des disciplines variées, comme la sculpture, le modelage ou l’orfèvrerie. C’est dans ce domaine-là qu’il s’est peu à peu spécialisé. Dans son atelier en Charente, ce quadragénaire travaille avec minutie l’argent, le bronze, les émaux et autres matériaux pour les transformer en calices, ostensoirs ou reliquaires. S’il crée des objets, il en restaure aussi d’anciens : « C’est beau de voir une pièce qui a traversé le temps. Je ressens une sorte de communion avec les artisans qui l’ont réalisée, car mes outils et mes gestes techniques sont presque identiques aux leurs. » Cet orfèvre aborde son métier avec humilité. Sa grande joie ? « Lorsque mes clients me disent que mes réalisations portent à la prière et servent la liturgie. » ❏
Site : piechaud-orfevre.fr

Goudji

JPEG - 58.1 ko
Cuve baptismale réalisée par Goudji et utilisée par le pape Jean-Paul II lors des JMJ à Paris, en 1997. © C.D.A.S. PARIS

Dans son atelier sur la butte Montmartre (18e), il réalise chacune de ses créations entièrement de ses mains. Que ce soit des bijoux, des objets décoratifs, des croix processionnelles ou des calices, elles nécessitent une maîtrise de techniques complexes. Goudji cherche, à chaque fois, à « satisfaire le commanditaire et à créer des pièces uniques ». L’orfèvre est connu, notamment, pour son travail de repoussé à la main et au marteau de feuilles de métaux précieux, et d’incrustation de pierres dures dans le métal. Né en Géorgie en 1941, étudiant à l’Académie des Beaux-Arts de Tbilissi, il n’a pu réaliser son « rêve » de travailler les métaux précieux que lorsqu’il est arrivé en France, en 1974, car cette pratique était interdite par le pouvoir soviétique. « J’ai fait le vœu que si Dieu me permettait de quitter l’enfer de mon pays, je devrais le remercier d’une manière ou d’une autre », raconte-t-il. Il a tenu sa promesse. Ses oeuvres liturgiques ornent de nombreux lieux sacrés à travers le monde, dont à Paris, à N.-D. de Paris (4e), Ste-Clotilde (7e) et St-Jean de Montmartre (18e). ❏
Site : goudji.com

Ateliers d’art liturgique Chéret

JPEG - 68.6 ko
Calice réalisé par les Ateliers d’art liturgique Chéret (6e). © PRISCILIA DE SELVE

Dans les vitrines des Ateliers d’art liturgique Chéret, au 9 rue Madame (6e), s’alignent des calices, ciboires, ostensoirs et autres objets liturgiques aux lignes épurées. Depuis le décès de son mari, Jean Chéret, en 1982, Claude Chéret dirige avec passion l’entreprise fondée en 1923, par Maurice Chéret, le père de Jean. Cette diplômée de l’École des arts décoratifs « propose des objets d’expression contemporaine » et est « soucieuse de leur sens pour ceux qui les utilisent ». Concernant les pièces d’orfèvrerie en métal (en argent massif, laiton, cuivre avec finitions argentées et dorées), l’entreprise gère les commandes de A à Z pour des clients français et étrangers : de la conception à la mise au point en passant par la fabrication. L’esprit Chéret ? « L’objet doit répondre à sa fonction et participer à la beauté de la liturgie », résume Claude Chéret. ❏
Site : cheret-aal.fr

Articles

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse