La Doctrine sociale de l’Eglise : qu’est-ce que c’est ?

"Un chrétien, s’il n’est pas un révolutionnaire en ce temps, n’est pas chrétien" (Pape François). La Doctrine Sociale de l’Eglise est un référentiel de valeurs dans lequel peut s’exercer librement la conscience humaine.

Que dit en bref la DSE ?

[Extrait du blog Destination Rio, François-Xavier, Aynard et Maxime partent à la rencontre des prêtres missionnaires pendant neuf mois avant leur arrivée aux JMJ - voir en bas de page]

Il ne s’agit pas ici de synthétiser la DSE mais de donner un aperçu des thèmes qu’elle aborde, et des valeurs qu’elle défend. Encore une fois, la DSE n’est en rien un ensemble de règles et de commandements mais un référentiel de valeurs dans lequel peut s’exercer librement la conscience humaine.
Elle vise à faire des propositions en accord avec l’enseignement des Evangiles et à la lumière du savoir et de la sagesse accumulée depuis l’origine de l’Eglise.

La DSE se focalise sur l’humanisation des personnes, qu’on pourrait définir comme le processus permettant à chaque individu de s’accomplir en tant qu’Homme et de trouver pleinement sa place dans la marche du monde.
Elle vise à donner des repères solides aux chrétiens pour qu’ils agissent dans la société en cohérence avec leur foi.

Elle essaye plus largement de prévenir la mise en place de structures sociales, politiques ou économiques qui conduiraient inéluctablement à la « déshumanisation » des personnes.

Deux bases essentielles

La DSE repose sur deux bases essentielles et avec lesquelles elle ne transige pas :
- Le respect de la vie humaine
- La dignité de la vie humaine

La société n’a de sens que si elle veille à défendre ces deux aspects de la vie humaine, de sa conception à sa mort naturelle. C’est à partir de ces deux bases que s’est construit la réflexion sociale de l’Église.

Quatre valeurs fondamentales

L’humanisation des personnes n’est possible qu’à l’aide de quatre valeurs fondamentales :

La vérité : être capable de se situer dans un référentiel qui nous dépasse et qui nous permet de distinguer le bien du mal

La liberté : avoir la capacité de choisir le bien ou le mal

La Justice :

  • Justice commutative : celle de l’acte en soi par rapport à un référentiel
  • Justice distributive : Dans un groupe donné, chacun reçoit selon sa contribution
  • Justice sociale : Recevoir ce qui est nécessaire pour s’accomplir comme Personne.

La Paix : une entente dans un groupe donné permettant l’humanisation de tous

Cinq principes

La DSE propose également des principes permettant d’articuler le raisonnement et d’orienter notre réflexion :

Le bien commun :

  • C’est la raison d’être de chaque groupe, et cela n’a de sens que s’il permet à chacun de recevoir ce dont il a besoin pour être lui-même
  • Il impose un gestionnaire dépositaire de l’autorité et de la responsabilité de garantir ce bien commun. Ce sont les parents au sein d’une famille par exemple. Le pouvoir politique au sein d’une nation.
  • Les différents groupes mettent en concurrence leur propre bien commun, mais comment choisir celui qui prime ?

La destination universelle des biens

  • Si la propriété privée est un droit naturel, les biens ont toutefois été donnés à tous sur cette Terre. D’où l’option préférentielle pour les plus pauvres.

La subsidiarité

  • Même au sein d’un groupe, nous sommes tous responsables d’une certaine sphère et disposons d’une relative autonomie
  • Les groupes en dirigeant d’autres subalternes doivent toujours respecter cette zone d’autonomie et déléguer des responsabilités. Ce n’est par exemple pas le rôle des grands-parents d’élever les enfants mais leurs parents.

La solidarité

  • Nous sommes tous responsables d’autrui, et c’est pour çà que l’on doit tous œuvrer pour le bien commun
  • Ce n’est en rien une valeur passive que l’on nous impose, mais un choix libre que l’on fait par respect pour l’autre, en reconnaissant l’autre comme une personne

Les corps intermédiaires

  • Ce sont les intermédiaires entre ceux exerçant une responsabilité et leurs subalternes. Les représentants syndicaux par exemple.
  • Ils doivent pouvoir exercer leur jugement et en faire part aux dirigeants : ils participent à la prise de décision
  • Ils sont nécessaires pour pouvoir diriger de façon verticale avec justice

Les sept lieux de l’humanisation

La DSE va mettre en avant sept grands lieux de l’humanisation qui s’imbriquent :

La famille
Lieu d’humanisation initiale : nous naissons dans une culture, une nation, une ethnie, un milieu social, qui nous détermine initialement, et qu’il faut comprendre et accepter. La famille est la première cellule de la Nation, et on parle donc de la nécessité pour le politique de protéger cette entité fondatrice

Le travail
Réflexions sur le sens du travail : travailler avec et pour les autres, chaque personne se construit par son travail

La vie économique
Ensemble des échanges de biens et de services qui créent mais aussi distribuent la richesse et donc les conditions pour que tous les humains puissent accéder à des situations de vie décentes.

La communauté politique
Qui organise le pouvoir, la défense des plus faibles et oriente l’économie.

La communauté internationale
Qui permet à toutes les nations de vivre en harmonie.

La sauvegarde de l’environnement
Parce que la terre est un bien qui appartient non seulement à cette génération mais aussi à toutes les générations futures et dont il faut donc se préoccuper des maintenant.

La promotion de la paix
Parce qu’elle est une exigence indispensable pour que les six espaces précédents se réalisent. La paix est la grande affaire des chrétiens


En savoir plus sur la Doctrine sociale de l’Eglise


Sur Internet

- un lien Facebook sur le sujet : http://www.facebook.com/CompendiumDSE
- des sites internets :
justice-paix.cef.fr
www.fciv.org
www.doctrine-sociale-catholique.fr
Voir aussi le webdocumentaire "Jeunes et engagés" qui présente la doctrine sociale pour les jeunes, à partir de témoignages de jeunes (www.jeunes-et-engages.fr) et la websérie "Clameurs", habitée par l’encyclique Laudato Si’ (www.clameurs-lawebserie.fr)

- Consultez le Compendium de la Doctrine Sociale de l’Église sur le site vatican.va

A avoir chez soi :

Le Docat est l’équivalent pour la DSE du Youcat. Construit sur le même modèle, il permet de donner des réponses simples, éclairées par des citations du pape François, de mère Térésa, de Jean-Paul II ou de Thérèse d’Avila ainsi que divers témoignages et des réflexions de philosophes et d’écrivains. Chaque réponse s’appuie sur les textes magistériels, référencés en bas de chaque paragraphe.
Vous pouvez le commander sur le site de la Procure ou sur le site des Éditions du Cerf !

S’engager
A Paris, plusieurs groupes de réflexions permettent aux jeunes qui le souhaitent d’approfondir les questions posées de la DSE.

Le parcours Zachée
Le Parcours Zachée est un programme de découverte et de mise en place de l’unité qui existe entre la foi catholique et nos actions de tous les jours. Il permet de découvrir que la foi catholique est aussi riche que proche de nos vies.

Les Bâtisseurs
12 soirées de formation à la Doctrine Sociale de l’Eglise. Un programme sur deux ans, basé sur les rencontres d’acteurs de la vie politique, économique et sociale française. Les bâtisseurs existent désormais dans deux paroisses.

Le parcours Ozanam
Une formation initiale de 7 séances de cours théoriques sur les principes de la DSE, des séances d’application : études de cas pratiques, rencontres avec des chrétiens engagés, groupes de travail thématiques et un engagement concret auprès de lycéens.

Les after-works des Ternes
Les Jeunes Pros des Ternes se retrouvent autour d’un verre pour discuter d’un sujet de société et d’Eglise. Un expert est invité à s’exprimer et chacun peut poser ses questions, dans une ambiance relax et amicale.

Le mouvement chrétien des cadres et dirigeants (MCC)
Le MCC rassemble des chrétiens engagés dans le monde, désireux de partager sur leur façon de vivre au cœur des réalités économiques et sociales et sur les valeurs humaines dont ils sont porteurs.

Groupe jeunes pros (JP) de Notre-Dame d’Auteuil
Cette année, le fil rouge des rencontres JP d’Auteuil est « la doctrine Sociale de l’Eglise ». Les rencontres sont orientées autour de la lecture et la réflexion sur le DOCAT.

Doctrine Sociale de l’Église avec le foyer le Prevost
Enseignement sur la Doctrine Sociale de l’Église un jeudi par mois de 20h30 à 22h00, à la paroisse Notre-Dame de la Salette (Paris XV)


Merci à François-Xavier, Aynard et Maxime de Destination Rio, pour leur aimable autorisation de partager leur travail !

Destination Rio : c’est quoi ?!

Avant de partir en septembre aller à la rencontre des prêtres missionnaires, les trois compères de Destination Rio ont fait le point sur la Doctrine sociale de l’Eglise. Ils nous donnent leur aimable autorisation pour le partager sur JeunesaParis.fr

- Trois amis qui partent un an à la rencontre de prêtres missionnaires au Bénin, à Calcutta et en Amazonie pour finir aux JMJ de Rio - Septembre 2012 à Juillet 2013
- Comprendre et s’inspirer de l’engagement des prêtres missionnaires
- Découvrir le sens de la dignité humaine tel que proposé et défendu par la Doctrine Sociale de l’Eglise
- Témoigner auprès des jeunes de leur génération
- http://destinationrio.blogspot.fr/

Découvrir la Doctrine Sociale de l’Eglise

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse