La mort

Soins palliatifs, euthanasie, mort

La mort, mystère de finitude, question et douleur sur laquelle butte l’humanité.

L’approche proposée par les deux auteurs ne part pas justement d’une démarche intellectuelle, abstraite, mais de la mort rencontrée chez les proches. "Où est partie ma petite sœur ?", est la question que se pose Tang Yi Jie, enfant, pour évoquer ensuite la présence de la mort dans la philosophie traditionnelle chinoise, avec le bouddhisme et le confucianisme. Xavier Le Pichon parle, lui, de ses parents et souligne combien la conception occidentale de la mort se voit transfigurée, teintée d’espérance par la religion chrétienne, qui propose la figure d’un Dieu crucifié et ressuscité. Entre le Christ souffrant et le sourire illuminé de Bouddha, entre le sentiment d’angoisse et l’invitation à la sérénité, les attitudes face à la mort diffèrent, divergent sou vent entre les civilisations. Et particulièrement entre le monde chinois et la culture occidentale. Deux intellectuels, Tang Yi Jie et Xavier Le Pichon, ont accepté de confronter leurs vues sur ce thème essentiel de l’existence humaine. Pour le « philosophe » chinois, la mort est inscrite dès le début de la vie. A partir de son expérience personnelle, il tente de la réinscrire dans les sagesses traditionnelles comme le confucianisme et le taoïsme, à contre-courant du marxisme des dernières décennies. Géophysicien et professeur au Collège de France, Xavier Le Pichon choisit quant à lui de traiter du mystère de la mort dans une perspective chrétienne. A travers l’évocation sensible des derniers moments de ses parents, il partage son espérance dans la résurrection. Mais au-delà de ces deux approches, le souci est le même de rappeler que la mort est tout sauf simple destruction, de célébrer ce qu’elle porte digne, et, en quelque sorte, de beau.

par TANG YI JIE et X. LE PICHON.

Ed. Desclée de Brouwer Paris
Prix conseillé : 13.20 €

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse