La Parole de Dieu : quatre évangiles pour quatre dimanches

Vous trouverez ici des extraits des textes des évangiles du temps de l’Avent 2017 (qui correspond à l’année B) : 3 décembre, 10 décembre, 17 décembre et 24 décembre. Chaque de ces évangiles est accompagné d’un court éclairage.

Dimanche 3 décembre
Dimanche 10 décembre
Dimanche 17 décembre
Dimanche 24 décembre

Dimanche 3 décembre

Marc 13, 33-37

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Prenez garde, restez éveillés : car vous ne savez pas quand ce sera le moment.
C’est comme un homme parti en voyage : en quittant sa maison, il a donné tout pouvoir à ses serviteurs, fixé à chacun son travail, et demandé au portier de veiller.
Veillez donc, car vous ne savez pas quand vient le maître de la maison, le soir ou à minuit, au chant du coq ou le matin ; s’il arrive à l’improviste, il ne faudrait pas qu’il vous trouve endormis.
Ce que je vous dis là, je le dis à tous : Veillez ! »


Si on en parlait !


Sommes-nous prêts ?
Pour moi, être prêt, c’est :
Être à l’heure pour éviter la bousculade.
Faire mon cartable calmement pour ne rien oublier.
Donner un coup de main à ceux qui en ont besoin.
Prendre du temps pour prier.
Être prêt à faire rire pour mettre de la joie ?
Préparer un goûter pour recevoir un ami.
Être émerveillé par ce que je vois.
Trouvons d’autres exemples qui nous ressemblent !

L’avènement signifie la venue
Depuis toujours, Dieu vient à la rencontre des Hommes. Mais cette venue prend du temps. Dieu s’est d’abord révélé au peuple d’Israël, par les prophètes. Puis à tout « homme de bonne volonté », par Jésus. Enfin, Jésus nous a promis de venir à nouveau. Cette venue, cet avènement, nous l’attendons dans la confiance, dans l’Esprit Saint, l’Esprit du Seigneur.
Pendant le temps de l’Avent, nous vivons cette attente de la venue de Jésus.


Dimanche 10 décembre

Marc 1, 1-8

Commencement de l’Évangile de Jésus, Christ, Fils de Dieu.
Il est écrit dans Isaïe, le prophète : Voici que j’envoie mon messager en avant de toi, pour ouvrir ton chemin. Voix de celui qui crie dans le désert : Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers. Alors Jean, celui qui baptisait, parut dans le désert. Il proclamait un baptême de conversion pour le pardon des péchés.
Toute la Judée, tous les habitants de Jérusalem se rendaient auprès de lui, et ils étaient baptisés par lui dans le Jourdain, en reconnaissant publiquement leurs péchés. Jean était vêtu de poil de chameau, avec une ceinture de cuir autour des reins ; il se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage.
Il proclamait :
« Voici venir derrière moi celui qui est plus fort que moi ; je ne suis pas digne de m’abaisser pour défaire la courroie de ses sandales. Moi, je vous ai baptisés avec de l’eau ; lui vous baptisera dans l’Esprit Saint. »


Et si on en parlait ?


Jean Baptiste est appelé le Précurseur, il précède Jésus, il lui ouvre la route. Il marche en avant, un peu comme un éclaireur. En annonçant la venue de Jésus, il prépare ceux qui l’écoutent à le reconnaître quand il viendra.
Cherchons les « Jean Baptiste » de nos vies. Quels sont ceux qui nous précèdent et nous annoncent la venue de Jésus ?

Prions avec Zacharie, le père de Jean-Baptiste


Luc 1, 68 - 79

Béni soit le Seigneur, le Dieu d’Israël, qui visite et rachète son peuple,
Il a fait surgir la force qui nous sauve dans la maison de David, son serviteur,
Comme il l’avait dit par la bouche des saints, par ses prophètes, depuis les temps anciens :
Salut qui nous arrache à l’ennemi, à la main de tous nos oppresseurs,
Amour qu’il montre envers nos pères, mémoire de son alliance sainte,
serment juré à notre père Abraham de nous rendre sans crainte,
afin que, délivrés de la main des ennemis, nous le servions
dans la justice et la sainteté, en sa présence, tout au long de nos jours.
Et toi, petit enfant, tu seras appelé prophète du Très-Haut,
tu marcheras devant, à la face du Seigneur, et tu prépareras ses chemins
pour donner à son peuple de connaître le salut par la rémission de ses péchés ;
grâce à la tendresse, à l’amour de notre Dieu quand nous visite l’astre d’en haut
pour illuminer ceux qui sont assis dans les ténèbres et l’ombre de la mort,
pour guider nos pas au chemin de la paix.

Ce chant du Benedictus est chanté par toute l’Église chaque matin à la prière des Laudes


Dimanche 17 décembre

Jean 1, 6-8.19-28

Il y eut un homme envoyé par Dieu ; son nom était Jean. Il est venu comme témoin, pour rendre témoignage à la Lumière, afin que tous croient par lui. Cet homme n’était pas la Lumière, mais il était là pour rendre témoignage à la Lumière.

Voici le témoignage de Jean, quand les Juifs lui envoyèrent de Jérusalem des prêtres et des lévites pour lui demander : « Qui es-tu ? »
Il ne refusa pas de répondre, il déclara ouvertement : « Je ne suis pas le Christ. »
Ils lui demandèrent : « Alors qu’en est-il ? Es-tu le prophète Élie ? »
Il répondit : « Je ne le suis pas.
– Es-tu le Prophète annoncé ? »
Il répondit : « Non. »
Alors ils lui dirent : « Qui es-tu ? Il faut que nous donnions une réponse à ceux qui nous ont envoyés. Que dis-tu sur toi-même ? »
Il répondit : « Je suis la voix de celui qui crie dans le désert : Redressez le chemin du Seigneur, comme a dit le prophète Isaïe. »
Or, ils avaient été envoyés de la part des pharisiens. Ils lui posèrent encore cette question : « Pourquoi donc baptises-tu, si tu n’es ni le Christ, ni Élie, ni le Prophète ? »
Jean leur répondit : « Moi, je baptise dans l’eau. Mais au milieu de vous se tient celui que vous ne connaissez pas ; c’est lui qui vient derrière moi, et je ne suis pas digne de délier la courroie de sa sandale. »
Cela s’est passé à Béthanie, de l’autre côté du Jourdain, à l’endroit où Jean baptisait.

Depuis l’Alliance de Dieu avec le peuple d’Israël, il y eut beaucoup de prophètes. Ils rappelaient la fidélité du Seigneur et invitaient le peuple à vivre selon les commandements donnés à Moïse. Jean Baptiste est prophète mais plus encore : il reconnaît Jésus comme le sauveur promis, il en est le témoin, il est celui qui a vu « la lumière qui éclaire tout homme... »
Sur le chemin de la crèche, installons Jean Baptiste qui nous montre la direction pour aller vers Jésus. Pour la prière, allumons les trois bougies de la couronne de l’Avent.

Nous voici devant toi, Dieu notre Père.
Avec Jean Baptiste, donne-nous de marcher avec courage,
vers Jésus, la lumière du monde.

Si on en parlait !


Dans chaque famille, pour fêter Noël, il y a des traditions : certains font un sapin, d’autres confectionnent treize desserts, d’autres font un réveillon, d’autres encore mettent leurs chaussures au pied du sapin...
Et dans notre famille, quelles sont les traditions ?
Qui nous les a transmises ?

Prière pour aujourd’hui

Tu es la lumière de ma lampe,
Seigneur mon Dieu, tu éclaires ma nuit.
Grâce à toi, je saute le fossé,
grâce à mon Dieu, je franchis la muraille.

Psaume 17, 29-30

Dimanche 24 décembre

Luc 1, 26-38

En ce temps-là, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, à une jeune fille vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie.
L’ange entra chez elle et dit : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. »
À cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation.
L’ange lui dit alors : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus.
Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. »
Marie dit à l’ange : « Comment cela va-t-il se faire, puisque je ne connais pas d’homme ? »
L’ange lui répondit : « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi celui qui va naître sera saint, il sera appelé Fils de Dieu. Or voici que, dans sa vieillesse, Élisabeth, ta parente, a conçu, elle aussi, un fils et en est à son sixième mois, alors qu’on l’appelait la femme stérile. Car rien n’est impossible à Dieu. »
Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole. »
Alors l’ange la quitta.


Les anges sont créés par Dieu. Leur nom signifie « messager ». Ce sont des êtres spirituels, ils n’ont pas de corps ; on ne peut pas les voir. Jésus les mentionne comme des êtres réels et actifs, qui veillent sur les hommes et sont sans cesse en présence du Père (Matthieu 18, 10). On les a représentés avec des ailes, pour montrer qu’ils sont des êtres célestes et non terrestres.
Avec les anges rendons gloire à Notre Père et allumons la quatrième bougie de l’Avent.

Si on en parlait !

En famille, prenons le temps d’organiser la fête de Noël. Recherchons les horaires de messe pour la nuit de Noël ou pour le lendemain. Choisissons une prière, un chant qui réunira la famille autour de la crèche.
N’oublions pas ceux de nos familles qui sont seuls ou qui sont loin. Préparons-leur une carte, ou pensons à leur téléphoner, leur envoyer un mail...
Cherchons ce que nous pouvons faire encore pour préparer Noël.


Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse