La venue du Sauveur, une espérance

Acteur de renom, Michael Lonsdale a récemment joué le personnage bouleversant de frère Luc dans des Hommes et des dieux. En tournage pour un film à Bari, dans le sud de l’Italie, cet homme de foi se livre sur sa façon de vivre Noël et sur le sens que cette fête revêt à ses yeux de croyant.

© Why not productions/ Armada Films / Sabrina Ouzani

Quel sens Noël a-t-il pour vous ?

C’est le grand événement de l’incarnation. Il s’agit du recommencement du monde, de la grande fête de la venue du Sauveur à travers ce petit enfant. C’est un événement extraordinaire ! C’est le commencement d’un programme de vie auquel nous participons maintenant encore, et c’est aussi une très belle fête. Mais il ne faut pas que ce soit ripailles, cadeaux ni bâfreries. Il faut que ce soit une fête de générosité : un temps où l’on s’occupe des autres, des personnes seules ou malades...

Ce qui est extraordinaire pour vous, c’est l’incarnation de Dieu dans ce tout petit enfant ?

Oui, c’est l’une des choses les plus importantes. C’est le miracle ! Le grand miracle ! Vous parlez du fait de s’occuper des autres,à quoi pensez-vous en particulier ? A voir ce que l’on peut faire pour les autres : voir des gens qui sont seuls, créer de la convivialité, se retrouver avec des gens souvent confrontés à de graves problèmes... Il faut que Noël devienne un lieu de partage et non de plaisir égoïste ! Car c’est un temps de rencontre des familles, où l’on se réunit, où l’on voit des parents qu’on n’a pas vus depuis longtemps, des cousins, des voisins, où l’on s’occupe des enfants. C’est un moment d’exemple à donner : c’est « Aimez-vous les uns les autres ». Sous la forme que le Seigneur voudra bien : il faut lui demander de nous aider à être généreux.

Comment fêtez-vous Noël ?

Je suis régulièrement sollicité, comme cette année, où je vais au cirque Grüss [1] avec l’évêque de Toulon, Mgr Dominique Rey. J’y ferai sans doute les lectures pendant la messe de minuit qui suit le spectacle sous le chapiteau. Mais habituellement, le soir du 24 décembre, je me rends à St-Gervais (4e) pour la messe de minuit. Il y a une très belle liturgie et un vrai partage. La veillée, qui dure deux à trois heures, est tout à fait exceptionnelle. C’est très beau et très ressourçant : on est abreuvé de beauté et d’intériorité.

Que souhaiteriez-vous pour le monde à Noël ?

J’espère qu’il soit touché par la grâce et qu’il y ait beaucoup de gens qui aillent à la messe la veille de Noël, qui soient touchés par la beauté, par l’émotion de ce moment privilégié. Je souhaite que les gens aient tout d’un coup une envie de ça. Peut-être qu’après avoir vu des Hommes et des dieux, ils seront plus contents d’aller à Noël à l’église. A travers ce film qui remporte un succès hallucinant, on voit le besoin qu’ont les gens de ces choses-là : du silence, de la prière, dans un monde où il y a une telle fatigue nerveuse… • Propos recueillis par Ariane Rollier

[1Vendredi 24 décembre 2010 : spectacle de Noël suivi de la messe de minuit à 20h. www.alexis-gruss.com. Tél. : 01 45 01 71 26

Article de Paris Notre-Dame – 9 décembre 2010

S’abonner à Paris Notre-Dame

Formule intégrale : version papier et numérique

Formule 100 % numérique (iOs et Android)

Contact

Paris Notre-Dame
10 rue du Cloître Notre-Dame
75004 Paris
Tél : 01 78 91 92 04
parisnotredame.fr

Articles

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse