L’Église
Catholique
À Paris

Laetitia, consacrée pour témoigner

Laetitia sera consacrée dans l’ordre des Vierges le dimanche 23 juin 2013 par Mgr Jérôme Beau, évêque auxiliaire de Paris, à N.-D. des Victoires (2e). Une occasion de se pencher sur la spécificité de cette vocation à travers le parcours d’une jeune femme passionnée du Christ et de l’Église.

« Je crois en l’Église, une, sainte, catholique et apostolique. »

JPEG - 68.1 ko
Laetitia Calmeyn
Photo : Laurence Faure

C’est une histoire de Belges et ce n’est pas une blague. Celle, originale et belle, d’une jeune femme brune aux yeux clairs, née à Bruxelles, quatrième de six enfants. Elle a grandi en parlant flamand à l’école et français à la maison. Écurie familiale oblige, elle monte à cheval dès qu’elle peut dans les plaines entourant la ville de Drogenbos. Là-bas, c’est plat. La formule est célèbre, elle n’en tombe pas moins très à-propos : « Nos uniques montagnes sont nos cathédrales », dit en riant Laetitia... Alors certes, ce plat pays n’est pas si éloigné de Paris et les destinées sont multiples ; mais comment une jeune infirmière en soins palliatifs en vient-elle à de venir consacrée pour le diocèse de Paris ? Il y a eu un premier déclencheur. « À l’âge de 20 ans, raconte-t-elle, tout juste diplômée, j’ai été confrontée dans mon service à la dépénalisation de l’euthanasie. J’ai réalisé que je n’avais pas de langage pour rendre compte de la valeur infinie de cette vie qui nous est donnée. Je me suis donc inscrite à l’Institut d’Études théologiques de Bruxelles. »

« L’unité croît par l’amour »

La roue tourne. Au fil de ses années de théologie qui la passionnent au point d’en quitter sa blouse blanche, se révèle un pressentiment. Celui qu’elle avait eu un jour, petite, lors de sa première communion, que le Seigneur l’appelait. Son doctorat de théologie en poche, après être passée par l’Institut de théologie morale Jean-Paul II à Rome, en 2009, elle rejoint Paris et le Collège des Bernardins (5e) pour enseigner. C’est là que son appel se confirme. « Je suis tombée amoureuse d’un Christ parisien, dit-elle dans un sourire éclatant. Je n’avais pas besoin de chercher ailleurs la réponse à ma vocation : enseigner la théologie ici, dans ce diocèse où je me sentais comme à la maison. » Pour elle, c’est aussi concret que le métier d’infirmière : « Il s’agit d’être témoin de la présence du Ressuscité dans le cœur de l’homme et de le lui annoncer à travers la théologie. » Objectif : que chaque étudiant puisse connaître le Christ, l’aimer et le suivre, « dans sa vie et pour la vie ». Tout simplement. Et c’est cette joie de la transmission qui enracine Laetitia dans sa vocation ecclésiale et apostolique : vierge consacrée vivant dans le monde, ayant l’évêque pour référent et le monde entier pour communauté… « Ma communauté, c’est ceux qu’il m’est donné de rencontrer au quotidien, souligne cette apôtre dans l’âme. Donnée à l’Église pour tous les hommes, je me sens d’autant plus proche d’eux de par ma consécration ». Pour Laetitia, cet appel participe à l’unité de l’Église : « Son unité croît par l’amour. À nous d’en rendre témoignage. »

Ainsi, le 23 juin, à la basilique N.-D. des Victoires (2e), Laetitia, consacrée par Mgr Jérôme Beau, s’engagera à vivre dans la chasteté, à servir la sainteté de l’Église, unie au Christ, « témoin du salut de Dieu pour l’homme ». Après ? Certes, elle continuera de vivre dans son petit appartement du 1er arrondissement de Paris et d’enseigner. Mais quelque chose de fondamental aura changé : « L’assentiment du corps de l’Église, confirmant mon appel à vivre dans cet état de vie, de manière irrévocable. » • Laurence Faure

Zoom

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse