L’Église
Catholique
À Paris

"Laisser venir ou espérer ?" : la chronique hebdo #3 de Mgr Jachiet

« La révélation chrétienne veut nous aider à ouvrir les yeux sur Dieu, sur la personne de Jésus Christ et sur notre condition, notre devenir. »

À écouter : « Laisser venir ou espérer ? »

« Non, la foi chrétienne ne cherche pas à effrayer pour récolter quelques adeptes tremblants. Elle ne cherche pas non plus à rassurer les angoissés par des messages anesthésiants. La révélation chrétienne veut nous aider à ouvrir les yeux sur Dieu, sur la personne de Jésus Christ et sur notre condition, notre devenir. »

Pourquoi la religion chrétienne parle-t-elle de la fin du monde et du retour du Christ à la fin des temps ? Certains objecteront : c’est tellement éloigné de nous, en dehors des réalités que nous devons affronter aujourd’hui ! Est-ce un moyen de nous effrayer pour que nous soyons poussés à croire ?

Non, la foi chrétienne ne cherche pas à effrayer pour récolter quelques adeptes tremblants. Elle ne cherche pas non plus à rassurer les angoissés par des messages anesthésiants. La révélation chrétienne veut nous aider à ouvrir les yeux sur Dieu, sur la personne de Jésus Christ et sur notre condition, notre devenir. Oui, elle parle de l’achèvement du temps et de l’histoire pour nous aider à grandir dans la foi en Dieu.
Pour nous permettre aussi d’être plus libres dans les choix que nous faisons aujourd’hui, en étant plus lucides.

Au fond il me semble que ceux qui ont peur, seraient plutôt ceux qui refusent de penser à la fin de ce monde en faisant comme s’il était éternel. Préférer ne pas penser aux réalités ultimes et à l’achèvement de ce monde en Dieu, peut révéler une inquiétude et une pauvreté. L’inquiétude serait de ne pas vouloir envisager ce que l’on ne maitrise pas : l’heure de la venue du Fils de l’homme comme celle de notre propre mort. En effet « vous ne savez ni le jour ni l’heure » nous dit Jésus. La pauvreté caractérise l’homme moderne qui évacue les questions métaphysiques pour ne s’intéresser qu’aux sciences physiques, qui anesthésie sa conscience de la mort et ne pense l’homme que dans sa condition présente.

Accepter de regarder le monde, l’histoire, notre existence comme des réalités temporelles qui un jour passeront, permet de mener sa vie différemment. Au lieu d’attendre ou de craindre le terme, on peut l’intégrer dans sa manière de vivre et anticiper au présent notre vocation à la vie éternelle.

Plutôt que de rêver ou de fuir dans le divertissement la réalité d’un monde qui marche vers sa fin, le chrétien est appeler à espérer. Espérer, c’est accueillir dans la foi les moyens de salut que Dieu nous donne aujourd’hui pour nous préparer à vivre dans l’éternité en sa présence.

Chroniques “Annoncer l’Évangile au quotidien” de Mgr Denis Jachiet

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse