Le Baptême

« Baptisez-les au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit » : juste avant l’Ascension, Jésus demande à ses disciples de baptiser dans le monde entier. Mais qu’est-ce que le baptême ? A quoi sert-il ? Une célébration clé-en-main pour les enfants à partir de 3 ans pour mieux comprendre le baptême avec l’aide d’activités et de prières.

Sommaire

Découvrez toutes les séances de l’année !

Evangile
Comprendre pour transmettre
Proposition de célébration
Activités de la célébration

Evangile de Jésus Christ selon Saint Matthieu 28, 16-20

Téléchargez l’évangile séparément

16 Au temps de Pâques, les onze disciples s’en allèrent en Galilée, à la montagne où Jésus leur avait ordonné de se rendre.
17 Quand ils le virent, ils se prosternèrent, mais certains eurent des doutes.
18 Jésus s’approcha d’eux et leur adressa ces paroles : « Tout pouvoir m’a été donné au ciel et sur la terre.
19 Allez ! De toutes les nations faites des disciples : baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit,
20 apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai commandé. Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. »

Comprendre pour transmettre

Téléchargez l’ensemble de l’enseignement

Introduction

Ce texte est la finale de l’Evangile de Matthieu.
L’épisode se passe en Galilée, après la Résurrection. Matthieu nous donne les dernières paroles que le Christ a prononcées en rencontrant encore une fois ses disciples. C’est un envoi en mission.
Ce texte est d’une grande richesse. Regardons-le pas à pas.

Le texte pas à pas
« Au temps de Pâques, les onze disciples s’en allèrent en Galilée, à la montagne où Jésus leur avait ordonné de se rendre. » (Mt 28, 16)
Le texte précise que la scène se passe au temps de Pâques.
En effet, celle-ci se déroule après la Résurrection. Matthieu a relaté la venue de Marie Madeleine et de l’autre Marie au tombeau ; elles ont vu un ange leur annonçant la résurrection de Jésus le Crucifié. L’ange leur a demandé d’aller dire aux disciples « Il est ressuscité d’entre les morts, et voici qu’il vous précède en Galilée ; là vous le verrez. » (Mt 28, 7)
En quittant le tombeau, les femmes rencontrent le Christ qui leur confirme ce que l’ange leur a dit : « Soyez sans crainte, allez annoncer à mes frères qu’ils doivent se rendre en Galilée : c’est là qu’ils me verront. » (Mt 28, 10)

Donc, Jésus a ordonné que les disciples se rendent en Galilée, leur région d’origine.
La Galilée est le symbole du monde païen, carrefour des nations ; le Christ, en fixant ce lieu pour l’ultime rencontre et l’envoi des disciples, montre que la mission qui va leur être confiée concerne toutes les nations.
C’est sur la montagne que Jésus leur a demandé de se rendre.
Dans l’Ancien Testament, la montagne est le lieu de la révélation, le lieu de rencontre du Seigneur.
-  ‘La montagne de Dieu’ ou Horeb, dans le Sinaï est une terre sainte où Moïse fut appelé. (Ex 3, 1.5)
-  C’est sur la montagne que Dieu donne à Moïse les tables de la Loi et les commandements. (Ex 24, 12-18)
-  C’est sur la montagne que monte le prophète Elie pour entendre Dieu lui parler. (1R 19,8)
Dans le Nouveau Testament, pour Matthieu, ce sont les montagnes de Galilée qui sont privilégiées.
Jésus, le Fils de Dieu, y enseigne, guérit, prie son Père…
La vie de Jésus est encadrée par deux scènes sur la montagne :
-  Après son baptême, c’est sur une très haute montagne que le diable emmène Jésus et lui propose tous les royaumes du monde et leur gloire, lors de la troisième tentation. (Mt 4, 8)
-  C’est sur le mont Golgotha, que le Christ, en donnant sa vie, est vainqueur du mal et du péché.
L’envoi en mission à partir d’une montagne est une confirmation de ce qu’il est ; le Fils de Dieu venu nous montrer le visage du Père et nous sauver.
Entre ces deux scènes, nous voyons aussi Jésus sur telle ou telle montagne :
-  Il enseigne la foule avec le sermon sur la montagne. (Mt 5, 1-48)
-  Il gravit la montagne et fit de nombreuses guérisons. (Mt 15, 29…)
-  Il emmène Pierre, Jacques et Jean à l’écart sur une haute montage ou il fut transfiguré devant eux. (Mt 17,1)
Pour l’évangéliste Matthieu, l’important n’est pas tant de savoir sur quelle montagne de Galilée se passe tel ou tel évènement mais bien plus de nous révéler qui est le Christ – oui, c’est bien l’essentiel !

Notons que les disciples sont onze.
On se souvient que Judas a trahi son maître en le livrant (Mt 26, 47-50). Pris de remord et ne croyant pas au pardon de Dieu, il alla se pendre. (Mt 27, 5)
La reconstitution du groupe des douze se fera après l’Ascension, à l’initiative de Pierre, par l’élection de Matthias. (Ac 1, 15-26)
Remarquons que Matthieu utilise le terme de disciples et non celui d’Apôtres.
Le mot apôtre apparaît deux fois dans les évangiles pour désigner les Douze. Apôtre, du grec apostolos, signifie envoyé. L’apôtre représente celui qui l’envoie. Il n’est pas plus grand que celui qui l’envoie, dit Jésus dans l’Evangile de Jean (Jn 13, 16). L’apôtre est un émissaire, un ambassadeur. Il est envoyé pour être témoin de la résurrection.
Le mot disciple vient du latin discipulus qui désigne un étudiant ou un élève. Le disciple est celui qui se met volontairement à l’école d’un maître et partage ses vues. A l’origine, c’était le nom donné à ceux et celles qui suivaient Jésus et recevaient son enseignement ; après sa mort, on appela ainsi les premiers chrétiens. Aujourd’hui encore, les chrétiens pratiquants sont appelés les disciples du Christ.

« Quand ils le virent, ils se prosternèrent, mais certains eurent des doutes. » (Mt 28, 17)
La dernière fois que les disciples ont vu Jésus, c’est au moment de son arrestation, la veille de sa mort. Marc a rapporté : « Les disciples l’abandonnèrent et s’enfuirent tous. » (Mc 14, 50)
A présent, ils se prosternent devant Jésus qu’ils savent être le Christ, Fils de Dieu et ressuscité.
Certains, malgré leur présence pendant trois ans auprès de Jésus, ont des doutes. Le Christ miséricordieux dira aux pèlerins d’Emmaüs : « Comme votre cœur est lent à croire. » (Lc 24, 25)
La reconnaissance du Ressuscité montre comment le doute se transforme alors en joie de croire.

« Jésus s’approcha d’eux et leur adressa ces paroles : « Tout pouvoir m’a été donné au ciel et sur la terre. » (Mt 28, 18)
Jésus ressuscité s’approche et révèle aux disciples l’universalité de son autorité, sur la totalité de l’histoire humaine. Jésus est plus qu’une personne particulière, circonscrite dans les limites du temps et de l’espace ; il est le Seigneur du ciel et de la terre. Et ce pouvoir, Jésus ne l’a pas revendiqué, il ne l’a pas pris de lui-même ; c’est son Père du ciel qui le lui a donné et qu’il a reçu totalement.

« Allez ! De toutes les nations faites des disciples : baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. » (Mt 28, 19)
Jésus envoie par le pouvoir reçu de son Père et il ordonne aux disciples de faire des disciples et de les baptiser.
L’accent ne porte pas sur une mission de conquête géographique, mais sur une ouverture à tous les hommes, sans restriction (universalité). Leur mission est de faire des disciples, d’annoncer ce que Dieu a fait pour eux et pour nous.
Les disciples invitent d’autres à vivre comme eux-mêmes, de la vie même de Dieu par le baptême. Ils enracinent leurs liens mutuels dans une commune appartenance « au nom du Père, et du Fils et du Saint Esprit » : la Trinité.
Nombreux sont ceux qui font l’expérience que l’enseignement de Jésus transfigure leur existence et ils la partagent avec d’autres.
L’Evangile de Matthieu se termine sur une route qui s’ouvre vers l’infini ; la grande aventure de l’Eglise commence !

Reprenons ce que Christ a dit à ses disciples avant de les quitter : « Baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint Esprit. » et poursuivons notre réflexion.

Le NOM dans la Bible signifie la personne. Baptiser veut dire étymologiquement « plonger ».
Le baptême au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit nous plonge véritablement en Dieu Trinité.
L’expression : « Au nom de » écrite au singulier, et habituelle dans la Bible, signifie qu’il s’agit bien d’un seul Dieu ; et en même temps les trois personnes sont nommées et bien distinctes et agissantes.
(Pour en savoir plus, voir topo ‘Qu’est-ce que la Trinité ?’

« Apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai commandé. Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. » (Mt 28, 20)
Ce que Jésus commande d’observer sont commandements d’amour et chemin de vie. Ils viennent du Père par le Fils, pour que nous cheminions vers le Père avec le Fils, portés par l’Esprit.
En les suivant, nous sommes sûrs de suivre un chemin de Vie, dans l’Amour trinitaire.

A vue humaine, la mission confiée aux apôtres est au-delà de leurs forces ; mais ils ne sont pas seuls : « Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. » (Mt 28, 20)
En prenant le risque de la mission et en voyant les hommes accéder à la foi, nous pouvons découvrir, effectivement, que le Christ accompagne les disciples chaque jour, pas à pas.
Jésus a dit aussi à ses disciples « Moi, je suis la vigne, et vous, les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure, celui-là porte beaucoup de fruits car, en dehors de moi, vous ne pouvez rien faire. » (Jn 15, 5) Le Christ sait combien nous avons besoin de Lui et nous pouvons nous appuyer totalement sur le Seigneur, car ce qu’il dit est vrai.

Dieu qui s’est révélé à Moïse au buisson ardent, et Dieu qui s’est révélé dans l’Emmanuel, le Christ avec nous, est le même de toujours à toujours. Il est ‘’JE SUIS’, celui qui nous accompagne, qui ‘’est avec nous jusqu’à la fin du monde’’, présent dans la vie de l’Eglise et particulièrement dans les sacrements qui sont sa présence vivante pour chaque jour.
A nous aussi aujourd’hui de faire des disciples, de révéler au monde cette présence du Dieu-Trinité : un seul Dieu en trois personnes : le Père, le Fils et l’Esprit Saint. Chacune des trois est Dieu tout entier et existe en communion avec les deux autres dans une parfaite relation d’amour.
Toute notre vie de chrétien est un appel à devenir communion avec Dieu, à l’image de la Trinité.

Sources
-  ‘’ L’Evangile de Matthieu’’ Commentaires - Claude Tassin – Editions du Centurion - 1991,
-  ‘’L’intelligence des Ecritures’’ Marie-Noëlle Thabut – Editions Soceval – 1999,
-  ‘’Regarder Jésus Christ, pour lire la Parole de Dieu’’ Ségolène Benoit – Service de le Catéchèse du Diocèse de Paris - Le Sénevé / Cerp – 2010.

Téléchargez les 4 fiches techniques

PDF - 296.4 ko
PDF - 452.2 ko
PDF - 617.4 ko
PDF - 447.6 ko

Célébration clé-en-main

PDF - 472.8 ko
Téléchargez la célébration clé-en-main

Activités

Ateliers fabrication de croix

Dans chaque document, les modèles en couleurs se situent à la suite des modèles en noir et blanc.

PDF - 575.8 ko
PDF - 505.1 ko
PDF - 325.8 ko

Objet-mémoire

PDF - 1.4 Mo
Téléchargez le dépliant en couleur
PDF - 2.3 Mo
Téléchargez le dépliant en noir et blanc

Pour créer le dépliant, imprimez ces documents en recto-verso en retournant sur le petit côté.

Coloriages

PDF - 967.4 ko
PDF - 626.7 ko

Deux chants gestués

PDF - 543.5 ko

Vous pouvez les télécharger en noir et blanc (page 1) ou en couleur (page 2)

Atelier le signe de croix

PDF - 860 ko

Il existe une version fille et une version garçon.
Vous pouvez le télécharger en noir et blanc (pages 1 et 2) ou en couleur (page 2 et 3)

Carte de la Terre Sainte

PDF - 19.4 Mo

Séances et activités pour toute l’année

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse