Le Christ est venu rassembler en lui-même toutes ses créatures

« À l’instar de l’air qui baigne toute chose, embrasse tout ce qui se trouve en son sein, fait se mouvoir, grandir et vivre les troupes des oiseaux et le corps de l’homme, et assure la croissance des arbres et du corps des animaux, le Christ est celui qui, d’une manière éminente, tient en a main toutes les créatures. Chacune, selon sa capacité, se réjouit et jubile, est glorifiée et devient parfaite en lui. »
Jean d’Apamée (Ve siècle)

Qui ne serait pas stupéfait et ne souffrirait pas de voir qu’au sujet de celui qui est venu pour libérer, sauver, enrichir et réconforter tous les hommes, et qui sera pour eux le vrai lieu du repos pour l’éternité, nous sommes dans la confusion, la division et l’agitation. Cette confusion et cette agitation à son sujet ne montrent-elles pas à l’évidence que nous ne l’avons ni trouvé, ni connu ?

Frères, implantons en nous son amour, sans appliquer nos pensées à son mystère en dehors de l’amour et de la foi. Dans la mesure où nous nous appliquons à le chercher, nos mouvements nous conduisent à l’amour et à la foi en lui. À moins de devenir parfait dans l’amour du Christ, on ne peut parvenir à le connaître, « Celui qui a mes commandements et qui les observe, dit-il, c’est celui-là qui m’aime, et celui qui m’aime, je l’aimerai et je me manifesterai à lui. » Comment pouvons-nous penser que son mystère s’est révélé à nous si nous n’avons pas encore observé parfaitement ses commandements et si nous ne nous sommes pas encore rendus parfaits dans son amour parfait ? Nous deviendrons parfaits grâce à l’amour de celui qui est vraiment saint et qui sanctifie, qui est la paix et qui pacifie, qui est la vie et qui vivifie.

À l’instar de l’air qui baigne toute chose, embrasse tout ce qui se trouve en son sein, fait se mouvoir, grandir et vivre les troupes des oiseaux et le corps de l’homme, et assure la croissance des arbres et du corps des animaux, le Christ est celui qui, d’une manière éminente, tient en a main toutes les créatures. Chacune, selon sa capacité, se réjouit et jubile, est glorifiée et devient parfaite en lui. La concorde et l’harmonie premières que Dieu Créateur avait mises dans ses créatures ont été brisées, rompues par la rébellion et l’erreur. Chacun s’était fait à sa guise sa propre loi, sa propre coutume, ses propres genre et règle de vie. C’est pourquoi le Christ est venu, a de nouveau rassemblé en lui-même toutes les créatures et en a fait un seul et véritable corps.

Jean d’Apamée (ve s.) Lettre à Thomasios
Extrait des Trésors spirituels des chrétiens d’Orient
et d’Occident de Martin de La Roncière

« Jean d’Apamée ou Jean le Solitaire était un moine syriaque. On ignore presque tout de sa vie ; mais on le connait par ses œuvres spirituelles d’une grande profondeur. »

Méditations et Prières

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse