Le dialogue interreligieux est constructif dit François

À l’occasion du colloque qui a réuni le Conseil Pontifical pour le dialogue interreligieux et l’Institut Royal pour les Études interreligieuses d’Amman, qui a lieu les 3 et 4 mai 2016 au Vatican, le Pape a adressé un bref message aux participants.
« Le travail que vous faites est un travail de construction », alors que « nous vivons un temps dans lequel nous nous sommes habitués aux destructions que font les guerres ».
Tout le travail du dialogue, dit François, c’est de nous “ rapprocher ” pour nous “ aider à construire ”…Après les mots, l’étape suivante, c’est « la rencontre des cœurs et le début d’un dialogue d’amitié et qui se termine avec une poignée de main ». « Parole, cœur, mains. C’est très simple ! Un enfant saurait le faire, pourquoi ne le faisons pas nous ? » interpelle le Saint-Père.

À l’occasion du colloque qui a réuni le Conseil Pontifical pour le dialogue interreligieux et l’Institut Royal pour les Études interreligieuses d’Amman, qui a lieu les 3 et 4 mai 2016 au Vatican, le Pape a adressé un bref message aux participants.

« Le travail que vous faites est un travail de construction », alors que « nous vivons un temps dans lequel nous nous sommes habitués aux destructions que font les guerres ».

En présence du Prince jordanien El Hassan Bin Talal, fondateur de l’Institut royal, et figure très engagée dans le dialogue interreligieux, le Saint-Père a fait part de « son souvenir très heureux de sa visite en Jordanie » où il s’était rendu en mai 2014.
Le Pape a félicité ceux qui œuvrent pour le dialogue interreligieux. « Le travail que vous faites est un travail de construction », alors que « nous vivons un temps dans lequel nous nous sommes habitués aux destructions que font les guerres ». Tout le travail du dialogue, dit François, c’est de nous “ rapprocher ” pour nous “ aider à construire ”.

Le Pape insiste, « dans ce type de réunion, le mot le plus important est “ dialogue ” », qui permet de “ sortir de soi ” et “ d’écouter la parole de l’autre ”. Et “ deux paroles, deux pensées qui se rencontrent ”, c’est ça “ la première étape du chemin ”.
Après les mots, l’étape suivante, c’est « la rencontre des cœurs et le début d’un dialogue d’amitié et qui se termine avec une poignée de main ». « Parole, cœur, mains. C’est très simple ! Un enfant saurait le faire, pourquoi ne le faisons pas nous ? » interpelle le Saint-Père.

Car c’est par ces petits gestes que l’amitié et la société se construisent. « Nous avons tous un Père commun, nous sommes frères « rappelle enfin le Pape, remerciant les participants d’être convaincus qu’il est bon de suivre ce chemin du dialogue.
Source : News.va

En bref

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse