Le pape François déclare soutenir l’unité de l’Église orthodoxe russe

lors d’une rencontre avec une délégation du patriarcat de Moscou conduite par le métropolite Hilarion de Volokolamsk…. Le point de vue de l’orthodoxie.

Le Pape a reçu le 30 mai une délégation du Patriarcat de Moscou, menée par le métropolite Hilarion. Le Saint-Siège vient de rendre public le discours du Pape. Appelant à persévérer sur le chemin de l’unité et de la confiance entre catholiques et orthodoxes, le Pape François a notamment exprimé le renoncement de l’Église catholique à l’uniatisme, c’est-à-dire à toute stratégie d’incorporation de communautés orthodoxes sous l’autorité de Rome, comme cela s’était pratiqué dans le passé.
Cyprien Viet - Cité du Vatican

Le Pape François a une nouvelle fois insisté sur la voie de l’unité, « l’unique route qui nous promet quelque chose de sûr, parce que la route de la division mous mène aux guerres et à la destruction ». Le Pape a martelé que l’Église catholique ne permettra jamais que naisse parmi ses fidèles « une attitude de division ». « À Moscou, en Russie, il y a un seul Patriarcat : le vôtre, a expliqué le Pape. Nous n’en aurons pas un autre ».

François s’est montré extrêmement ferme : « Quand un fidèle catholique, qu’il soit laïc, prêtre ou évêque, prend la bannière de l’uniatisme qui ne fonctionne plus, qui est finie, pour moi c’est aussi une douleur. Il faut respecter les Églises qui sont unies à Rome, mais l’uniatisme comme chemin d’unité, aujourd’hui, ne va pas », a expliqué l’évêque de Rome. François a aussi rappelé que « les Églises catholiques ne doivent pas s’immiscer dans les choses internes de l’Église orthodoxe russe, pas même dans les choses politiques. Ceci est mon attitude et l’attitude du Saint-Siège aujourd’hui. Ceux qui s’immiscent n’obéissent pas au Saint-Siège », a martelé le Pape.

Il a précisé que l’unité ne nécessite pas un « accord doctrinal » préalable, mais qu’elle se fait en « cheminant ensemble », « dans la charité, dans la prière », comme l’a démontré l’engouement populaire pour l’exposition des reliques de saint Nicolas en Russie l’an dernier.

Enfin, le Pape a invité à la prière les uns pour les autres, en expliquant qu’il garde sur sa commode une relique de saint Séraphin que lui avait offert le Patriarche Cyrille lors de leur rencontre à Cuba en 2016. « La nuit, avant d’aller au lit, et le matin, quand je me lève, je la vénère et je prie pour notre unité », a confié l’évêque de Rome.
Vatican news - 2 juin

En bref

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse