Le soleil comme une plaque d’argent mat

Abdelkader Benchamma

Du 4 juillet au 2 septembre 2013, la Galerie Saint-Séverin présente Le soleil comme une plaque d’argent mat, une œuvre d’Abdelkader Benchamma, sur une proposition de Daria de Beauvais.

Agrandir l'invitation.
- L’exposition est visible jour et nuit, 4 rue des Prêtres-Saint-Séverin, Paris 5e. M° Cluny-la Sorbonne, Saint-Michel.

- Vernissage en présence de l’artiste le 4 juillet 2013 de 19h à 21h.


Abdelkader Benchamma, Le soleil comme une plaque d’argent mat

JPEG - 6 ko
Abdelkader Benchamma, Représentation de matière sombre autour d’un point lumineux, 2011.
Courtesy Galerie du jour agnes b, Paris

Abdelkader Benchamma pratique le dessin. Un dessin proliférant, en noir et blanc, où la présence humaine est rare et désemparée, où les paysages semblent provenir d’un univers préalable au big bang. Son trait fin – feutre ou encre de chine – est en action perpétuelle et semble reprendre à son compte la volonté d’Henri Michaux : « Je voulais dessiner la conscience d’exister et l’écoulement du temps ».

L’ellipse pourrait être ce qui résume le mieux le travail d’Abdelkader Benchamma. Son œuvre dresse un ensemble d’instantanés, ne laissant au visiteur que le loisir d’imaginer ce qui vient de se passer, ou va advenir dès que le regard se sera détourné. Monolithes, tas informes, végétation envahissante créent un cadre formel de l’ordre de la dissimulation, très détaillé tout en permettant à l’esprit de s’évader.

JPEG - 16.4 ko
Abdelkader Benchamma, Blue Beam #2, 2012.
Courtesy galerie ChantiersBoîteNoire, Montpellier

Depuis 2012 l’artiste déploie la série « Blue Beam » (rayon bleu), qui s’inspire de théories conspirationnistes soutenant que phénomènes étranges, apparitions divines et autres miracles sont réalisés grâce à la technologie. Cette idée de « la panique par le merveilleux » selon ses propres mots, lui ont permis d’imaginer une installation inédite pour la Galerie Saint Séverin, dans laquelle le dessin passe de la deuxième à la troisième dimension.

Des gravures imprimées issues de la « Divine Comédie » (gravures de François Pannemaker datant de 1860, d’après des dessins de Gustave Doré) sont recouvertes par ses soins de dessins tout en transparence évoquant des présences fantomatiques. Ils sont placés de part et d’autres de panneaux en bois permettant de créer un premier plan, tandis qu’un grand dessin occupe l’espace au second plan. L’ensemble se présente à la fois comme un décor et comme le point de départ d’une divagation.

JPEG - 21.6 ko
Abdelkader Benchamma, Blue Beam / Les Anges, 2013.
Courtesy gallery Isabelle Van Den Eynde, Dubaï.

« Le Soleil comme une plaque d’argent mat » emprunte son titre au journaliste portugais Avelinos de Almeida, faisant le compte-rendu du « miracle de Fàtima » en 1917 : « On voit l’immense multitude se tourner vers le soleil, qui apparaît au zénith, dégagé de nuages. Il ressemble à une plaque d’argent mat, et il est possible de le fixer sans le moindre effort. Il ne brûle pas les yeux. Il n’aveugle pas. On dirait qu’il se produit une éclipse. »

Daria de Beauvais

Abdelkader Benchamma est né en 1975, il vit et travaille à Montpellier et Paris.
Il participe au projet collectif « Spectaculaire aléatoire » en juin 2013 à Fiac (Tarn). Il a également bénéficié d’expositions personnelles en 2013 à la galerie du jour agnès b (Hong Kong), à la galerie Isabelle Van Den Eynde (Dubaï) ou à la galerie Federico Luger (Milan). Son travail est présenté dans la nouvelle publication de Phaidon sur le dessin contemporain, « Vitamin 2D, New Perspectives in Drawing ».

JPEG - 19.7 ko
Abdelkader Benchamma, Blue Beam / La Construction du mythe (Les Décors), 2013.
Courtesy gallery Isabelle Van Den Eynde, Dubaï.





L’exposition est visible jour et nuit du 4 juillet au 2 septembre 2013 à la Galerie Saint-Séverin.

- Pour plus d’informations :

Galerie du jour
adngaleria
Gallery Isabelle Van Den Eynde
Galerie Federico Luger
Galerie ChantiersBoiteNoire

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse