Léon Adolphe Amette

(1908-1920)

Né le 6 septembre 1850 à Douville (Eure), mort le 29 août 1920 à Antony (chez les sœurs de Saint-Joseph de Cluny), inhumé à Notre-Dame de Paris.

Élevé à l’épiscopat puis installé sur le siège parisien en une époque fort anticléricale, il sut à Bayeux et à Paris unir fermeté et esprit de conciliation. Homme d’une grande amabilité, souriant, excellent orateur, d’une grande piété, il gagna l’estime et la confiance des plus pauvres et des travailleurs dont il comprenait les revendications.

Il montra beaucoup de preuves de sa charité, par exemple au moment des grandes inondations de 1910.

Il fut l’un des premiers promoteurs de l’“Union sacrée” pendant la guerre de 1914 et se dépensa sans compter pour le Secours National.

Il rendit de grands services à la France sur le plan diplomatique en servant d’intermédiaire entre le gouvernement français et le Vatican alors que les relations entre les deux états étaient officiellement rompues.

Il donna une large impulsion à la vie religieuse dans son diocèse en faisant construire des églises et chapelles, en développant les œuvres, en créant des comités paroissiaux.

A sa mort, Raymond Poincaré écrivit : « C’est un deuil pour la France ».

Chronologie des archevêques

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse