Les Bernardins, « un lieu d’apprentissage intégral pour l’homme »

Le Collège des Bernardins aborde la rentrée 2020 avec, à sa tête, une équipe renouvelée. Nommé directeur général, Laurent Landete a pris ses fonctions début juillet. Rencontre.

Laurent Landete, directeur général du Collège des Bernardins.
Laurent Landete, directeur général du Collège des Bernardins.
© Priscilia de Selve

Paris Notre-Dame – Vous avez pris vos fonctions de directeur général du Collège des Bernardins le 1er juillet dernier. En quoi consiste cette mission ?

Laurent Landete – La lettre de mission que j’ai reçue de l’archevêque m’invite à me mettre au service des trois entités du Collège que sont la formation, la recherche ainsi que l’art et la culture. Se mettre au service, c’est d’abord faire grandir les autres. Mon rôle en tant que responsable est de faciliter le lien, de favoriser les rouages et la subsidiarité. Me mettre au service des serviteurs. Je souhaite particulièrement travailler à décloisonner ces trois pôles – formation, recherche, art et culture – qui historiquement, ont toujours un peu travaillé côte à côte.

P. N.-D. – Se mettre au service des serviteurs, cette formule fait écho aux fonctions que vous avez exercées précédemment. C’est ainsi que vous concevez le fonctionnement de l’Église ?

L. L. – Je pense que notre société – et l’Église au sein de cette société – a soif d’un renouvellement de nos modes de vie et de nos pratiques de fonctionnement. Les Bernardins peuvent être ce lieu expérimental où communient les états de vie – clercs, laïcs et consacrés –, les sensibilités et les intelligences. Par expérience, je sais que cela fonctionne ! Toute ma vie, j’ai essayé d’être un homme de dialogue. Et je pense que l’écoute et la consultation sont essentielles. Dans ma mission précédente (modérateur de la Communauté de l’Emmanuel, NDLR), j’avais mis en place tout un processus de consultation des personnes pour que, quelle que soit la mission, chacun se sente impliqué. Nous ne pouvons pas être les cordonniers les plus mal chaussés. On ne peut enseigner la doctrine sociale de l’Église, la nécessité du dialogue et de la charité, sans les vivre. J’aimerais que la société puisse dire, voyant le dialogue, l’écoute, la consultation en œuvre chez les chrétiens, voyez comme cela marche ! Mais tout cela ne peut reposer que sur deux éléments d’humus essentiels que sont la parole de Dieu, qui nous nourrit, et l’enseignement de l’Église. Ce sont les deux soubassements des trois entités au service desquels l’ensemble du Collège travaille.

P. N.-D. – Fort de cette ambition, comment voyez-vous la rentrée du Collège ?

L. L. – Je crois qu’il faut revenir aux sources. Le cardinal Jean-Marie Lustiger disait que la parole de Dieu devait entrer en dialogue avec toutes les entreprises de notre société. Je souhaite mettre cette ambition en œuvre. Nous devons manifester clairement que l’Église veut dialoguer, qu’elle est là pour se mettre au service des hommes et que ce service est alimenté par le Christ, qui est Parole et s’est fait chair. Dans ce lieu, nous formons des laïcs, des clercs et des consacrés. Il faut que tous puissent se nourrir de la recherche, du dialogue et de ces éléments culturels. Car si la formation est centrale, elle se nourrit de la recherche et du dialogue de l’intelligence et de l’art, pour annoncer l’Évangile. Le Collège est un lieu intégral d’apprentissage pour l’homme. Quand je suis arrivé ici, j’ai assisté à une remise de diplômes. Un séminariste et une mère de famille y ont reçu le même diplôme, avec la même mention. Ils ne porteront pas le même fruit, mais ils ont les mêmes racines. C’est sans doute ce qui me motive le plus : voir cette richesse de complémentarités et de communion pour la mission. Ce que nous vivons ici est unique. Moi qui suis passionné par les vergers, je sais que si un arbre ne développe pas son système racinaire, les fruits ne seront pas nombreux. Je pense que le Collège doit être comme un verger où chacun peut puiser et porter du fruit pour le monde.

Par Priscilia de Selve @Sarran39

Laurent Landete en trois dates

  • De 2009 à 2018, modérateur de la Communauté de l’Emmanuel.
  • En 2013, nommé consulteur au Conseil pontifical pour les laïcs au Vatican.
  • En 2018, nommé membre du dicastère pour les laïcs, la famille et la vie.
Contact

Paris Notre-Dame
10 rue du Cloître Notre-Dame
75004 Paris
Tél : 01 78 91 92 04
parisnotredame.fr

Articles

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse