Les objets légués au diocèse se vendent aussi sur la Toile

Depuis juillet, le diocèse de Paris possède sa propre page sur le site internet cestbonesprit.com. Une autre façon de vendre le mobilier issu des legs qui lui sont faits.

La démarche est belle, féconde. Chaque année, des fidèles lèguent des objets ou du mobilier à l’Association diocésaine de Paris (ADP) et notamment aux paroisses. Par leur générosité, ils désirent participer à la vie de l’Église de Paris. La valeur de ces objets pourra ainsi permettre à des séminaristes de se former et de cheminer sur la voie de la prêtrise, de financer l’accueil d’une famille de réfugiés pendant un an, d’offrir à un jeune la possibilité de participer aux JMJ, etc. À une seule condition cependant : que ces objets se vendent. L’idée peut paraître d’une simplicité évidente. Or, dans les faits, elle ne l’est pas tant que cela. Certains objets, d’une valeur de plus de 500€, sont vendus aux enchères ; d’autres, lors de la traditionnelle brocante de la Maison Marie-Thérèse, résidence de prêtres âgés. Mais un certain nombre restent stockés dans l’attente d’être vendus.

Les objets sont expertisés

Partant de ce constat, l’unité Transmission de patrimoine du diocèse s’est rapprochée du site internet cestbonesprit.com, lancé par un paroissien parisien. Objectif : « Pouvoir toucher un large public et vendre davantage, et plus fréquemment », explique Kevin Tea, responsable Gestion des libéralités du service. Le site, créé en 2014, sorte de « vide-greniers solidaire », propose à des particuliers de reverser une partie de leur vente à une association, tout en offrant la possibilité aux associations de vendre elles-mêmes des produits. Il accepte la collaboration. « Notre but est d’aider des associations qui placent l’homme au cœur de leur action, explique ainsi Julien-Pierre Savin, l’un des cofondateurs du site. Et nous considérons que l’Église catholique aide l’homme à s’accomplir. » L’ADP rejoint alors la quarantaine d’associations déjà présentes. Et met en vente une vingtaine d’articles. « Chaque article a été expertisé en amont par un commissaire-priseur bénévole. C’est lui qui fixe le prix et détaille l’article », précise Jean Guibert, bénévole à qui a été confié le projet. Ancien militaire, il est chargé de prendre en photos les articles, de répondre aux questions des acquéreurs, et d’organiser la remise des objets. Il prépare actuellement celle du premier article vendu : un secrétaire à battant en placage de noyer.

Quelques chiffres

- 40. Une quarantaine d’associations ont leur page sur cestbonesprit.com. Parmi lesquelles : le diocèse de Rouen, les Apprentis d’Auteuil, Habitat et Humanisme...
- 50 000. C’est le montant, en euros, des dons à des associations généré par le site depuis sa création.
- 20. C’est le nombre d’articles mis en vente, pour l’instant, par le diocèse.
- 70. C’est, en moyenne, le nombre de dossiers acceptés – legs, donations et assurances-vie – chaque année par l’ADP.

Articles

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse