Les policiers en mission de protection

Pour affronter la crise liée au Covid 19 et assurer la protection de leurs concitoyens, les forces de police ont dû changer radicalement leur façon de travailler afin de s’adapter à ce nouveau défi. Le P. Denis Chautard, aumônier de la Préfecture de Police de Paris nous livre ici sa réflexion.

Le P. Denis Chautard est prêtre de la Mission de France, aumônier catholique de la Préfecture de Police de Paris.
Le P. Denis Chautard est prêtre de la Mission de France, aumônier catholique de la Préfecture de Police de Paris.
© Laurence Faure

La Préfecture de Police de Paris compte 43 000 fonctionnaires dont 27 760 policiers qui ont des missions de sécurité et d’ordre public, de lutte contre la criminalité, la grande délinquance, la drogue, le terrorisme et les menaces extérieures et 8 600 sapeurs-pompiers.
Les policiers sont préparés à affronter ces ennemis de la paix et du « vivre ensemble » de notre société. Ils sont dépositaires de cette belle mission de « gardiens de la paix » !
Avec le coronavirus, ils sont confrontés à un tout autre ennemi : un ennemi invisible, inconnu, sournois qui s’attaque aux plus faibles et se propage rapidement et secrètement. Il a provoqué plus de 300 000 victimes dans le monde en trois mois (27 000 en France et 4 492 décès au 12 mai 2020 pour Paris et la petite couronne : départements qui relèvent de la Préfecture de Police de Paris). Les policiers n’ont pas été préparés à l’affronter. Ce Covid 19 provoque donc la peur et le stress. Il nécessite un changement radical des façons de travailler – sur la voie publique comme dans les commissariats. Il faut réorganiser les bureaux, établir des règles nouvelles pour la distanciation, pour la communication, pour la protection des personnels et de la population. Il nécessite d’être en permanence vigilant afin d’éviter les erreurs qui peuvent être à tout instant lourdes de conséquences.
Durant la période de confinement l’effectif des « actifs » présents sur le terrain a été divisé par deux. La moitié des personnels a bénéficié d’une ASA (Autorisation Spéciale d’Absence) et se trouvait donc en « réserve opérationnelle », pouvant être rappelés à tout moment, pendant que l’autre moitié était en service sur le terrain. Les personnels administratifs étaient confinés à domicile et en « télétravail ». Le conjoint d’un couple séparé bénéficiait également d’une autorisation d’absence lorsqu’il avait la garde des enfants.
Les jeunes policiers de province en co-location en région parisienne ont été confrontés à des difficultés lorsque l’un des co-locataires a été testé positif. Il a fallu l’isoler ou bien trouver des solutions d’hébergement pour les autres personnes. L’isolement a été la principale difficulté de ce confinement comme, par ailleurs, les difficultés du « vivre ensemble » entre les conjoints et avec les enfants. Les missions des policiers qui interviennent sur la voie publique ont été modifiées durant cette période : moins de vols, de violences urbaines, d’interventions sur accidents. Par contre les contrôles sur la voie publique ont été multipliés. Du fait de la peur d’être verbalisées, des personnes habituellement calmes ont eu des réactions imprévisibles : fuite ou bien agressivité ou même outrages envers les policiers.
Le nombre de « mains courantes » pour violences conjugales ou pour différents familiaux a été en forte hausse pendant que le nombre de plaintes pour vol ou cambriolage a sensiblement baissé.
Être policier, c’est un « engagement » : un engagement de toute sa personne pour aller « au contact ». Le policier est « en première ligne ». Il doit pratiquer la « bienveillance », communiquer et faire des rappels à la loi si nécessaire. L’usage de la force ne peut être utilisé qu’en réponse à des violences subies et doit être « proportionné ».
Les policiers chrétiens nous disent combien leur foi les soutient, combien elle nourrit leur engagement et leur permet de donner du sens à leurs missions dans les périodes d’épreuve. Prier, vivre en présence du Seigneur apporte force, paix et confiance. L’espérance d’un monde meilleur est aussi ce qui leur permet de tenir bon devant les drames humains auxquels ils sont régulièrement confrontés.

P. Denis Chautard

Contact

Paris Notre-Dame
10 rue du Cloître Notre-Dame
75004 Paris
Tél : 01 78 91 92 04
parisnotredame.fr

Articles

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse