Retour à l'accueil

En route pour les JMJ 2019

Pour tout savoir sur les JMJ de 2019, à Panama et à Panam’ du 24 au 27 janvier !

Ressources et enseignements

Les saints patrons des JMJ : saint Don Bosco

Les saints patrons des JMJ : saint Don Bosco

L’esprit salésien de Jean Bosco était caractérisé par sa vision humaniste et optimiste de l’éducation. Il a été canonisé par le Pape Pie XI en 1934, et proclamé "Père et Maître de la Jeunesse" par le Pape Jean-Paul II en 1998.

VIE

Né le 16 août 1815 aux Becchi, un hameau de petites fermes près de Castelnuovo d’Asti, au Piémont. Le Piémont était alors encore un royaume indépendant, dans une Italie qui n’était pas constituée comme État ; la capitale était Turin.

Ses parents, Juan Francisco Bosco et Margherita Occhiena, étaient de simples paysans qui vivaient de leur travail, des personnes de foi, qui avaient confiance en la divine Providence. A deux ans, il perd son père. Sa mère, plaçant sa confiance en Dieu, a courageusement fait face à la situation, à une époque où la faim s’empare de la population et beaucoup de gens mouraient sur les routes leurs bouches pleines de mauvaises herbes.
Maman Margherita fût la personne qui a le plus influencé Jean Bosco. Femme exigeante et a¬ectueuse, dotée d’une grande intuition pédagogique, elle éduquait son fils dans le travail, dans la connaissance de Dieu et dans la survie de sa présence amoureuse et prévoyante. Cette façon de faire confiant et entreprenant avant toute di culté, a été décisive pour la formation de Jean Bosco.
À l’âge de neuf ans, il a fait un rêve qui l’a marqué pour le reste de sa vie. Il le raconte lui-même : « Je me trouvais au milieu d’une troupe d’enfants qui se battaient, juraient, s’injuriaient. Aussitôt je voulus les en empêcher en usant de la force de mes poings. Je vis alors venir à moi une belle Dame qui m’a dit : « Ce n’est pas ainsi que tu y arriveras, mais par la douceur ». Tout à coup ce fut une bande de bêtes sauvages de toutes sortes. A la vue de la Dame, ils se transformèrent tous en brebis dociles. Je lui demandai alors qui elle était et elle me répondit : « Je suis celle que ta maman t’a appris à prier trois fois par jour ». Elle me montra son fils et me dit qu’il m’aiderait ». Tel est ce songe, que l’on a appelé le « songe des 9 ans » et dans lequel Jean Bosco a compris, au fil des ans, qu’il lui indiquait clairement sa mission. On peut remarquer la place primordiale de Marie. Et cette mission : s’occuper des jeunes pauvres et abandonnés.

L’ESPRIT SALÉSIEN VÉCU PAR DON BOSCO

Don Bosco considère Saint François de Sales comme un modèle de vie chrétienne et un enseignant de spiritualité. Il est inspiré par son caractère et son zèle apostolique, il se consacra aux jeunes pauvres et abandonnés des quartiers populaires de Turin, notamment aux jeunes ouvriers. On l’appelle « Don Bosco ».
L’esprit salésien vécu par Don Bosco se caractérise par une vision optimiste et humaniste de la tâche éducative. Chaque jeune, aussi brisé qu’il puisse paraître, est capable de grandir et de se construire en tant que personne. C’est à son éducateur de savoir comment trouver le point de départ pour atteindre son cœur et commencer le travail éducatif. Don Bosco, très semblable à la joie, y voit la manifestation du bonheur que l’Évangile de Jésus apporte. Ce ne sont pas les nombreuses prières qui font le chrétien, mais la joie qui rayonne parce qu’il porte en lui le trésor de l’Évangile. Pour Don Bosco, la “responsabilité” est une partie cruciale de la vie, pour laquelle il conseille à plusieurs reprises que pour « atteindre la sainteté » il faut commencer à bien faire les choses de chaque jour, en accomplissant les devoirs de chacun pour arriver être de bons chrétiens et honnêtes citoyens.
Dans la spiritualité de Don Bosco, la présence de Marie compte beaucoup. Il l’invoque souvent comme une aide des chrétiens, parce qu’il est convaincu de la présence maternelle de Marie dans toutes ses œuvres et, surtout, dans le travail éducatif en faveur des jeunes les plus nécessiteux. Il consacre le sanctuaire qu’il construit à Turin à Marie Auxiliatrice et lui confie l’institut religieux féminin qui porte son nom.
Le style éducatif de Don Bosco découle du traitement assidu et dialoguant de l’éducateur avec les jeunes. La coexistence quotidienne facilite la transmission des valeurs et l’éducation des enfants. L’éducation salésienne est basée sur l’amitié, un dialogue cordial et affectueux. Dans l’éducation salésienne, les punitions n’ont pas de sens, c’est à partir de l’affection que se corrige et s’éduque la personne dans son ensemble, affectant sa personnalité, son intégration dans la société et son ouverture à la transcendance. Pour Don Bosco, le sacrement de l’Eucharistie et de la réconciliation a une valeur pédagogique indispensable. Le but de l’éducation est « d’atteindre la sainteté », c’est-à-dire de devenir des chrétiens authentiques, des hommes et des femmes qui savent vivre l’Évangile chaque jour, avec responsabilité et joie, engagés dans la vie civile et ecclésiale.

DON BOSCO, ÉDUCATEUR ET FONDATEUR D’UNE FAMILLE RELIGIEUSE

En 1846, il demanda à sa mère de l’accompagner à Turin et de rester vivre avec lui pour être la mère de ces enfants orphelins de parents, d’a¬ection et d’éducation. Accepta, avec une grande disponibilité, et part avec son filspour s’installer dans la maison de Valdocco. Dans cette petite maison, Don Bosco commence à accueillir certains garçons enfants. Il leur o¬re un lit et une assiette, leur cherche du travail et, la nuit et les jours fériés, leur apprend à lire et a écrire et leur donne une formation religieuse. De plus, Margherita agit comme une mère : elle lave et coud des vêtements, leur donne de bons conseils ou les gronde si est nécessaire. La maison Pinardi est trop petite. Pour cette cause, il entreprend la tâche de construire une église à côté de maison. Il va le dédier a son modèle dans l’apostolat des jeunes, Saint François de Sales. Des années plus tard, il devra construire une église plus grande, un authentique sanctuaire marial dédié à Marie, l’aide des chrétiens. Depuis 1849, Don Bosco réunit les jeunes plus âgés, parmi lequel il découvre une éclosion de vocation sacerdotale, et les prépare en leur faisant partager la responsabilité éducative des oratoires. Beaucoup l’ont quitté, mais d’autres sont restés avec lui. Le 26 janvier 1854, il proposa à quatre d’entre eux de mener une expérience pastorale et éducative temporaire auprès des enfants, sous le patronage de Saint François de Sales, avec la possibilité de s’engager de façon plus stable. A partir de ce jour, les membres de ce groupe intime de collaborateurs sont appelés salésiens.

PÈRE ET MAÎTRE DE LA JEUNESSE

Don Bosco est resté actif jusqu’aux derniers moments de sa vie. Le mois d’avril de 1883 visite Paris ou il est reçu avec la réputation d’un saint ; aussi en avril 1886 il a passé un mois entier a Barcelone où il a prêché, a exécuté plusieurs guérisons, et reparti aussi avec une réputation en tant que saint.

Il mourra le 31 janvier 1888 à Turin, après être resté au lit pendant un mois, totalement épuisé. Il avait passé toute sa vie au service de jeunes travailleurs de Turin et du monde. Don Bosco à été déclaré saint par Pie XI en 1934. Au fil du temps, Don Bosco a été vénéré comme patron de la formation professionnelle et de jeunes apprentis, de la cinématographie, de Brasilia, de Patagonie... et a été déclaré Père et Enseignant de la Jeunesse pour Jean Paul II en 1988, á l’occasion du centenaire de sa mort.

MODÈLE POUR LA JEUNESSE

Son style de vie :
• Une vision optimiste et humaniste
• Enthousiaste et avec le sens des responsabilités
• Importance de l’amitié, du dialogue cordiale et a¬ectueux
• Proximité et les bons conseils
• L’étude et l’honnêteté
• Leader étudiant
• Amour pour l’éducation, les enfants et les jeunes
• La valeur pédagogique de l’Eucharistie et de la Réconciliation
• La dévotion à Marie comme aide aux chrétiens
• Avoir un projet de vie

Voir aussi