Lettre ouverte aux paroissiens...

Infos
10 mars

Sainte-Geneviève des Grandes-Carrières (Sainte-Geneviève) 174 rue Championnet 75018 Paris France

Des victimes, des souffrances, des actes horribles, des prédateurs…
Un film, un livre, une émission sur des religieuses violées, abusées, manipulées… et la récente démission de l’Archevêque de Lyon...

Le dimanche 24 février 2019, s’est clôturée au Vatican la rencontre des présidents des commissions épiscopales sur les abus sexuels sur mineurs dans l’Église.
Dès le début, le Pape François a analysé cette question comme le symptôme d’une dérive au sein de l’Église catholique.

Le 24 août dernier, il adressait une lettre « au Peuple de Dieu », dans laquelle il mettait en cause une manière déviante de concevoir l’autorité dans l’Église et, plus particulièrement, en pointant du doigt, les abus de pouvoir et de conscience, avec la pire des manipulations, l’emprise spirituelle, par la séduction intellectuelle, spirituelle…

« De grandes vedettes dans l’Église se sont révélées être des prédateurs…
Le Pape François dénonce une Église cléricale et nous demande de changer notre image du prêtre et le sortir du registre du sacré », confiait une religieuse professeure de Théologie Morale dans un entretien à La Croix en janvier dernier.

Le frère Roger de Taizé avait bien compris l’ambiguïté d’expressions telle que « père spirituel » ou « directeur de conscience ou spirituel », si couramment employées !

Le frère Roger écrivait : « Accueillir avec tous mes frères tant de jeunes à Taizé, c’est avant tout être pour eux des hommes d’écoute, jamais des maîtres spirituels !
Qui s’érigerait en maître pourrait bien entrer dans cette prétention spirituelle qui est la mort de l’âme. Oui, se refuser à capter quiconque pour soi-même. (…)
Souvent, nous ne connaissons pas grand’chose du contexte dans lequel se déroule l’existence de ceux qui se confient. De toute manière, leur répondre par des conseils ou par de catégoriques « il faut » mènerait sur des chemins de traverse. Les écouter, pour déblayer le terrain et préparer en eux les chemins du Christ. »

Frère ROGER, de Taizé (1915-2005), Aux côtés des plus pauvres,. Éditions Les Presses de Taizé, 2017, p. 143-144.

Dans cette épreuve et période de purification pour notre Église Communion dont nous sommes chacun, en tant que baptisés, une « pierre vivante » rassemblée par Jésus-Christ, n’oublions pas aussi les belles petites choses du quotidien vécues selon l’évangile et en fidélité.

Nos paroisses sont des lieux d’accueil, de fraternité : des jeunes couples s’y préparent au mariage, des personnes en précarité sont accueillies (comme cette année avec Hiver solidaire), des enfants et des adolescents y découvrent qui est Jésus Christ et sa Parole comme « bonne nouvelle », des personnes âgées s’y retrouvent et sont visitées, des équipes de bénévoles avec les prêtres font vivre nos communautés et discernent ensemble, comment être signe au quotidien à l’intérieur et l’extérieur de nos communautés paroissiales de ce Jésus « Bon Pasteur » dont nous sommes tous les disciples.

Que ce Carême nous permette de vivre de plus en plus unifiés entre ce que nous croyons et ce que nous vivons et faisons... Que nous sachions purifier en chacune de nos vies ce qui doit l’être avec la grâce du Christ libérateur !
« Je préfère une Église qui souffre, en difficulté, une Église pauvre, même blessée, mais qui soit dans la vérité, plutôt qu’une Église glorieuse, qui brille, puissante et qui est dans le mensonge… ». (Mgr Gobillard, Évêque Auxiliaire de Lyon)

Notre responsabilité de baptisés, c’est que les choses soient connues et nous avons le devoir et le désir profond de réagir afin de purifier l’Église, de la rendre plus belle.
Nous sommes tous en conversion et chacun est appelé personnellement et communautairement à cette conversion, qui permettra à notre Église Communion d’être plus vraie, unifiée….

Avant de communier le prêtre redit cette belle prière que nous pouvons faire nôtre :
« Seigneur Jésus Christ, que cette communion à ton Corps et ton Sang n’entraîne pour moi ni jugement ni condamnation, mais qu’elle soutienne mon esprit et mon corps et me donne la guérison. »

Et tous de répondre : « Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir ; mais dis seulement une parole et je serai guéri ! ».

C’est d’ailleurs le ferme conseil de Jésus à ses disciples : « Ne vous faites pas appeler "Maître", car vous n’avez qu’un seul Maître et vous êtes tous frères. N’appelez personne sur la terre votre "Père", car vous n’en avez qu’un seul, le Père céleste. Ne vous faites pas non plus appeler "Docteur", car vous n’avez qu’un seul Docteur, le Christ ». (Mt 23, 8-10)

Père Frédéric LANTHONIE,
Curé de la Paroisse Sainte-Geneviève des Grandes Carrières.

Premier Dimanche de Carême - 10 mars 2019.

PDF - 79.8 ko

Des réponses aux questions de détresse morale et spirituelle – Sitio est un site de l’Église catholique à Paris.
Sitio.guide est un site d’accompagnement humain et spirituel qui a pour but de soutenir les personnes en situation de détresses personnelles, morales et spirituelles, liées aux addictions, à la violence, au mal-être, à la solitude...

Pour le découvrir, cliquer ici.

Pour y accéder, cliquer ici.

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse