Mercredi des cendres

« Venir recevoir les cendres, c’est prendre notre place dans la file des pécheurs et nous engager avec eux dans le chemin de la conversion. » Consultez les horaires des célébrations des cendres dans les églises de Paris.

Infos

Quelle est la symbolique des cendres ?

Qu’est-ce que le mercredi des cendres ? D’où vient cette coutume ? Le père Olivier de Cagny, président de la Commission de la Pastorale liturgique et sacramentelle, répond à ces questions.

- Voir les horaires des célébrations dans les églises de Paris.

Carême 2015

Chers amis,
C’est maintenant le moment favorable, c’est maintenant le jour du Salut. Le Seigneur a envoyé son Fils dans le monde pour qu’il prenne sur lui notre péché et détruise le mal par le don qu’il fait de sa vie et par sa résurrection. Voilà le sens du Carême, ce temps de préparation à Pâques au cours duquel nous accompagnons dans les paroisses de Paris environ 400 adultes qui entrent dans la phase ultime de leur préparation au baptême, tandis que nous-mêmes, nous reprenons conscience de notre propre baptême ! Qu’est-ce que cela change vraiment dans notre vie ? Comme le dit saint Paul, nous sommes invités au nom du Christ, à nous laisser réconcilier avec Dieu (II Corinthiens 5). Nous le faisons dans l’espérance, la joie et la paix.
+ André cardinal VINGT-TROIS
Archevêque de Paris

Le Mercredi des cendres, premier jour du Carême, est marqué par l’imposition des cendres : le prêtre dépose un peu de cendres sur le front de chaque fidèle, en signe de la fragilité de l’homme, mais aussi de l’espérance en la miséricorde de Dieu.

Tout en le marquant, le prêtre dit au fidèle : “Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle”. L’Évangile de ce jour est un passage de saint Matthieu — chapitre 6, versets 1 à 6 et 16 à 18 — qui incite les fidèles à prier et agir, non pas de manière orgueilleuse et ostentatoire, mais dans le secret de leur cœur : « Quand tu fais l’aumône, que ta main gauche ignore ce que te donne ta main droite, afin que ton aumône reste dans le secret ; ton Père voit ce que tu fais en secret (...). Quand tu pries, retire-toi au fond de ta maison, ferme la porte, et prie ton Père qui est présent dans le secret (...). Quand tu jeûnes, parfume-toi la tête et lave-toi le visage ; ainsi ton jeûne ne sera pas connu des hommes, mais seulement du Père qui est présent dans le secret. »

- Méditation

« Venir recevoir les cendres, c’est prendre notre place dans la file des pécheurs et nous engager avec eux dans le chemin de la conversion. Nous n’avons pas trop de ces quarante jours pour nous laisser conduire à la racine du péché.
Nous ne sommes pas pécheurs simplement parce que nous avons accumulé des fautes ; nous sommes pécheurs parce que notre cœur s’est détourné de Dieu. Ce mouvement radical est la cause et l’explication des différentes fautes que nous pouvons commettre. Leur liste se renouvellera toujours, si nous n’acceptons pas d’attaquer le péché à sa racine, si nous n’acceptons pas la conversion radicale à la foi en Dieu.
S’il nous est possible de nous reconnaître pécheurs et d’entrer dans un chemin de conversion, c’est parce que la miséricorde divine nous permet de voir le mal en nous comme nous le voyons hors de nous. Ce que nous apercevons de la miséricorde de Dieu est cela même qui nous permet de reconnaître l’action du mauvais en ce monde parce que nous la voyons dans la lumière de la victoire du Christ. C’est parce que nous croyons que Dieu est un Dieu de tendresse et de miséricorde, parce que nous savons que le Christ a donné sa vie pour nous délivrer du péché, que nous pouvons oser regarder en face le péché de notre cœur.
On dit souvent que notre société a perdu le sens du péché. Peut-être faudrait-il expliquer un peu plus que la perte du sens du péché n’est que la conséquence de la perte du sens de la miséricorde. Si notre société est incapable d’identifier et de nommer le péché, c’est qu’elle a oublié être sous la main miséricordieuse d’un Père dont le souci permanent est d’accorder son pardon et de réconcilier les hommes avec lui.
Il ne sert à rien d’exhorter les gens à se reconnaître pécheurs si d’abord on ne leur annonce pas la bonne nouvelle du salut et si on ne leur donne pas la possibilité de faire face à la mort parce qu’ils sont déjà dans le Ressuscité. »
+ André cardinal Vingt-Trois, Cathédrale Notre-Dame de Paris - mercredi 1er mars 2006

- Les horaires

Pour connaître les horaires de votre quartier, entrez votre code postal et cliquez sur Rechercher.

Cet événement vous intéresse ? Vous souhaitez être tenu informé des événements du diocèse de Paris ?
Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse