« Nazareth » à Notre-Dame de l’Ouÿe : pourquoi pas vous ?

Neuf mois pour se préparer à poser un choix libre. C’est le défi à relever que l’Année Nazareth propose à des jeunes dans le cadre de Notre-Dame de l’Ouÿe, la maison d’accueil du diocèse de Paris, en Essonne. Les inscriptions sont ouvertes ! • Par Alexia Vidot

JPEG - 265.5 ko
© Yannick Boschat

« Ayez le courage d’aller à contre-courant », « révoltez- vous contre cette culture du provisoire, du relatif », « n’ayez pas peur de faire des pas définitifs ! » Dès qu’il s’adresse aux jeunes, le pape François n’appelle à rien de moins qu’à la révolution. Avec, à la clé, la reconquête de la liberté vraie, donnée par Dieu aux hommes non pour « zapper », jouir de l’instant sans lendemain, mais pour s’engager résolument dans la vie. Dieu a un projet d’amour pour chacun, un chemin taillé sur mesure et orienté vers la joie profonde, mais encore faut-il se donner les moyens de bien le discerner et d’y répondre dans la durée. Pour aider la jeunesse parisienne, parfois démunie, à relever ce défi existentiel, le Vicariat enfance adolescence s’est inscrit dans le sillon creusé par d’autres diocèses et communautés nouvelles (voir encadrés). À partir du 18 septembre, une dizaine de jeunes – à mixité égale – arrivés à la fi n d’un cycle d’études ou d’une première expérience professionnelle (20-30 ans), inaugureront l’Année Nazareth. Un temps de césure à Notre-Dame de l’Ouÿe, l’ancienne abbaye en plein cœur de la forêt de Dourdan (Essonne), récemment rénovée et transformée en maison d’accueil pour les jeunes du diocèse de Paris.

Le P. Arnaud Gautier, vicaire épiscopal chargé de l’enfance et de l’adolescence, en décrit l’idée maîtresse qu’il a longuement mûrie et qu’il porte aujourd’hui : « Éduquer le jeune à sa liberté pour qu’il puisse construire un projet professionnel et personnel, et puisse s’y tenir ensuite. En d’autres termes, le préparer à vouloir vraiment ce qu’il va choisir. » Que nul ne se méprenne donc : Nazareth n’est pas réservée aux jeunes travaillés par la question de la vocation religieuse. « Ce n’est pas une propédeutique, mais un temps pour fonder, enraciner sa vie dans le Christ et, par là-même, être mieux armé pour trouver et vivre sa vocation, quelle qu’elle soit », confirme le P. Jean-Baptiste Arnaud, délégué épiscopal pour les jeunes adultes et, à ce titre, membre du comité de pilotage du projet Nazareth.

Or, pour poser un bon choix, la clé est de se connaître, de se trouver soi-même sous le regard de Dieu. « Cette belle découverte se fait à la lumière de la parole de Dieu éclairée par la Tradition, mais aussi de l’expérience chrétienne, donc à travers la vie communautaire, la rencontre avec les pauvres et la mission d’évangélisation », précise le P. Arnaud Gautier. Autrement dit, à Nazareth, le jeune ne se contentera pas de suivre quatre demi-journées de cours par semaine, aussi intéressants soient-ils, car traversés par le souffle du concile Vatican II et la pensée de saint Jean-Paul II. Il apprendra aussi à prier, à vivre la fraternité – dans sa complémentarité hommes-femmes – et le don de lui-même en travaillant de ses mains et en s’investissant dans le projet pastoral de la maison diocésaine. Ainsi sera-t-il en première ligne dans l’accueil pastoral des jeunes et de leurs responsables qui défileront tout au long de l’année. La fraternité de Notre-Dame de l’Ouÿe – une petite équipe diocésaine composée de laïcs mariés ou consacrés vivant sur place – ne sera là qu’en soutien.

« C’est un cadeau d’avoir ce temps privilégié d’une année pour devenir adulte au sens étymologique du terme adultima : plus grande plénitude. Pour “se révéler à soi-même” », s’enthousiasme Emmanuelle Riblier, psychologue. Parce qu’une telle étape de maturation ne se fait pas sans un accompagnement serré, comme elle, des laïcs et religieux aux expertises complémentaires, viendront prêter ponctuellement main forte à la petite fraternité dans son suivi quotidien. Et le P. Jean-Baptiste Arnaud de ramasser ainsi l’esprit de Nazareth : « Tous les moyens mis en oeuvre visent une fi n : servir la liberté des jeunes pour, qu’à leur retour dans le monde, ils puissent exercer leurs responsabilités et porter du fruit. »

Si vous êtes intéressé :
1. Demande du dossier d’inscription à nazareth@diocese-paris.net
2. Envoi du dossier, CV et lettre de motivation à aesnault@diocese-paris.net
3. Entretiens de motivation.

Infos : www.nazareth.notredamedelouye.fr

Témoignages

JPEG - 31.1 ko
© D. R.

Maud, 25 ans, a participé à Jeunesse Lumière, l’école fondée par le P. Daniel-Ange à Vabre, dans le Tarn.

« Après deux ans d’une vie étudiante menée au détriment de mon corps, de mon âme et de mon coeur, j’avais un choix à faire : avais-je envie de construire ma vie avec Dieu ou pas ? Je me suis donc donnée un an pour mieux le connaître et me décider ensuite. À la fin de Jeunesse Lumière qui est une école centrée sur la prière, l’évangélisation et la vie en communauté – la formation est importante aussi, mais toujours au service de la mission –, je me suis sentie comme une nouvelle baptisée. J’avais le sentiment d’avoir choisi cette foi que j’avais reçue enfant. J’ai compris combien il était essentiel d’apprendre à être disciple avant d’être missionnaire. »

www.jeunesse-lumiere.com

JPEG - 28.4 ko
© D. R.

Jean-Baptiste, 27 ans, est à CapMissio, l’école de mission diocésaine de Montpellier (Hérault) fondée par Mgr Pierre-Marie Carré et le P. René-Luc.

« Nous, les jeunes, on passe beaucoup d’années à faire des études, mais notre niveau en catéchèse, c’est souvent celui du CM2 ! Or, c’est important de se former pour savoir qui l’on est vraiment, quel est ce projet que Dieu a pour nous et quelle est cette espérance dont on est appelé à rendre compte. CapMissio permet justement de rattraper ce retard ! Plus que ça, cette année de césure est vraiment un tremplin dans la vie. Un temps de recul qui permet de mieux rebondir ensuite. Parce qu’elle est au service du diocèse de Montpellier, ancrée dans la vie d’une paroisse, l’école donne toutes les billes pour qu’à notre retour dans le “monde”, on puisse se mettre au service de l’Église là où l’on est. »

www.capmissio.com

Articles

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse