Organiser une séance cinéma

Vous voulez visionner un film avec des adolescents, exceptionnellement ou régulièrement ? Vous trouverez ici quelques conseils et outils pour optimiser votre projection ! Comment s’organiser le jour J ?

Fiche technique pour organiser une séance cinéma

Les conditions pour une bonne projection
- Être bien installé, veillez à une bonne qualité de son et d’image et à une bonne installation physique des jeunes (sièges, obscurité dans la salle…).
- Inviter à une attitude morale de bienveillance. Il faut au moins d’abord prendre le film au sérieux.
- Accepter de se dépouiller de tous ses avoirs et émotions.

Quatre regards vous permettront de profiter du film : lorsqu’on regarde un film, il s’agit tout d’abord de se laisser embarquer, rêver ; ensuite, le spectateur est actif et va s’imprégner du film ; il est alors temps de se poster la question : que se passe-t-il à la surface de l’écran ? Vous pouvez aussi encourager tout le monde à mémoriser les premières secondes d’un film. Ces premières secondes nous diront en quelques images et sons ce qui va faire la pointe du film.

Une fois le visionnage terminé, c’est-à-dire après la fin du générique, on demande à chacun ou à ceux qui veulent de faire une phrase en commençant par « j’ai remarqué... ». Les remarques doivent être d’ordre factuel (couleur, rythme, bande son, etc.) et visuel. C’est le moment crucial où on essaie de faire une phrase, une remarque.

A partir de ces éléments formels, de l’expérience visuelle on pourra avoir un dialogue mais ne surtout pas commencer par « j’ai choisi de vous montrer ce film pour X raison » : faire d’abord résonner ce que eux ont perçu.

La boite à outils
Cette boite à outils doit aider l’animateur à être attentif d’une façon objective à tout ce qui pourra aider les jeunes à étayer leurs impressions.

Les outils internes :

  • Repérer les points de vue : plongée, contre plongée.
  • Repérer les points fixes et dynamiques.
  • La caméra : panoramique, travelling, zoom.
  • Les plans : un plan est une unité.
  • La longueur des plans. Un plan séquence peur durer plusieurs minutes.
  • Les enchainements ou montage : 1/3 du film
    • Montage « cut »
    • Le fondu
    • Images séparées par un « noir »
  • Les 6 côtés de l’écran : les 4 cotés + le fonds de l’écran + l’espace du spectateur.
  • Les cadrages : le plan général et l’insert (le super gros plan montrant juste un visage par exemple).
  • Les couleurs : de nombreux films ont des couleurs dominantes.
  • La bande son : bruit, paroles, musique
    • Son diégétique : son faisant partie de l’action, pouvant être entendu par les personnages du film.
    • son extra diégétique : qui est extérieur à la narration. Ne faisant pas partie de l’action.
  • Ce qui relève de la composition de l’image : courbes, volumes.

De nombreux films se terminent par une allusion au débat. Pourquoi ?
Comment le film construit le temps ?
Quelle est la place des flash back ou flash forward ?

Les outils externes
Il s’agit d’étudier le contexte dans lequel le film a été réalisé :

  • sur un plan historique
  • sur un plan économique
  • à partir de la vie du réalisateur
  • en étudiant la filmographie de l’époque

Ces conseils préliminaires ont été donné par le Père Brière lors de son intervention au Pôle Adolescence le 7 juin 2012.

Vous cherchez une idée de film ? Découvrez quelques suggestions !

Cinéma et Séries

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse