Parcours et vision de Mgr André Vingt-Trois : pour la famille

Sur le sujet de la famille, Mgr André Vingt-Trois a eu de nombreuses responsabilités à la Conférence des évêques de France et au Vatican.

Le cardinal Vingt-Trois a été président de la Commission épiscopale de la famille de la Conférence des évêques de France de 1998 à 2005, et il est consulteur du Conseil pontifical pour la famille depuis 1995.

« Je pense plus utile de vous faire part d’une conviction très profonde, qui est certes celle de l’Église mais qui est très largement partagée au-delà d’elle, à savoir que la famille est l’un des éléments constitutifs les plus importants de la construction et du développement du tissu social. » (7 décembre 2005)

Il réaffirme régulièrement le caractère unique et définitif du mariage.

« Notre annonce de la nature profonde de l’union de l’homme et de la femme et notre proposition du mariage indissoluble comme un chemin de vie et de bonheur, n’obéissent donc pas à des critères que nous aurions élaborés par nous-mêmes, même à la lumière de la révélation. » (4 octobre 2009)

Cela ne l’empêche pas pour autant de reconnaître et d’accompagner tous les couples. En 2008-2009, pour l’année « Famille et Jeunesse » du programme triennal « Paroisses en mission », l’archevêque publie le livre La famille, un bonheur à construire, des couples interrogent l’archevêque de Paris. A cette occasion, il rappelle que :

« Ce modèle de la famille est une espérance et pas une condamnation. Pour une femme seule, une famille recomposée ou des gens qui vivent toutes sortes de situations, le fait qu’il y ait des gens qui réussissent (par grâce sans être forcément meilleurs que les autres) à vivre fidèlement leur amour, c’est une ressource pour tous. » (11 janvier 2011)

Lors d’une conférence au Centre Saint-Louis de Rome en 2012, le cardinal Vingt-Trois revient de manière très concrète sur le rapport entre sexualité et société, sur la signification particulière du mariage dans la tradition catholique et sur le rôle de l’Église.

« C’est dans la mesure où l’engagement mutuel des deux conjoints n’est pas établi simplement sur la convergence de leurs désirs, mais sur le choix de leurs libertés de s’accorder l’un à l’autre, “de quitter son père et sa mère pour ne faire plus qu’un pour toujours” – comme le Christ l’interprétera dans le Nouveau Testament à propos de la question sur le divorce –, c’est dans la mesure où les conjoints font le choix d’une union stable, définitive qu’il devient possible de surmonter le potentiel de violence sociale que représente la différence sexuelle. » (19 novembre 2012)

En 2012, dans son livre Quelle société voulons-nous ?, il redonne de manière synthétique les principaux éléments de discernement sur la famille :

« En créant l’être humain « homme et femme », Dieu a suscité une relation de complémentarité à la fois biologique et sociale qui se retrouve dans toute la société. La différence sexuelle de l’homme et de la femme est fondatrice et structurante de tout le devenir humain. […] La famille, fondée sur l’union durable de l’homme et de la femme, doit être aidée économiquement et défendue socialement car, à travers les enfants qu’elle porte et qu’elle éduque, c’est l’avenir et la stabilité de la société qui sont en jeu. »

En 2014 et 2015, le Cardinal est président délégué du Synode pour la famille, ce qui l’amènera à commenter largement l’exhortation apostolique Amoris Lætitia du pape François, à l’issue de ce synode.

« Il nous faut aussi entrer dans la perspective fondamentale de la démarche du Pape. Il nous invite à considérer les réalités familiales d’un point de vue essentiellement pastoral, ce qui veut dire qu’il ne vise pas à établir un catalogue de règles générales que nous devrions et que nous pourrions appliquer en toutes circonstances. Il veut au contraire nous impliquer dans un véritable travail qui consiste à reprendre et méditer le message du Christ et de la tradition chrétienne sur la famille et à chercher comment ce message peut nous aider à accompagner les familles dans les défis auxquels elles sont confrontées. » (14 avril 2016)

En 2016, à l’occasion d’une rencontre diocésaine des équipes de préparation au mariage, il revient sur le projet général d’une exhortation apostolique comme Amoris Lætitia :

« Comment gérons-nous le différentiel entre la doctrine catholique, les exigences évangéliques, l’appel à la sainteté que le Christ adresse à tous les baptisés - qui ne sont pas, qui ne sont jamais discutables, et donc que l’on ne va pas mettre en discussion - et la situation réelle des personnes qui se présentent ? Si nous sommes entraînés, malgré nous, à vouloir calibrer cette situation réelle par rapport à la vérité doctrinale de la foi chrétienne, nous entrons dans un système impossible. Je veux dire qu’il est impossible parce que l’appel du Christ à la sainteté est un appel sans concession, sans nuance, mais c’est un appel qui s’adresse à des personnes, et donc cet appel n’est pas un instrument de jugement et de condamnation, mais c’est un instrument d’exhortation, un instrument de promesse, un instrument d’espérance » (15 octobre 2016)

Homélies, catéchèses ou interventions sur la famille :

Livres :

Photo : Le pape François et le cardinal André Vingt-Trois lors de la messe de conclusion du Synode extraordinaire sur la famille, 19 octobre 2010. © Osservatore Romano.

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse