Parcours et vision de Mgr André Vingt-Trois : le Collège des Bernardins

En 2001, sous l’impulsion du cardinal Jean-Marie Lustiger, le Collège des Bernardins, classé au titre des Monuments historiques en 1887, est racheté à la ville par le Diocèse de Paris, afin d’y entreprendre un projet culturel audacieux, qui lui redonne vie, dans la fidélité à son origine mais totalement tourné vers la modernité.

En 2008, après une rénovation complète qui dura 6 ans, le Collège des Bernardins renoue avec sa vocation initiale en devenant un lieu de recherche et de débat pour l’Église et la société, sur la question de l’homme et de son avenir. Pour la première fois de son histoire, il est ouvert à tous.

Quelques jours après son ouverture, le 12 septembre 2008, le cardinal Vingt-Trois y accueille le pape Benoît XVI. Il rappelle, dès l’introduction, combien ce projet était celui du cardinal Lustiger.

« Pour ouvrir notre rencontre, vous ne m’en voudrez pas d’évoquer ici le souvenir et la figure du regretté cardinal Jean-Marie Lustiger, mort il y a juste un an. Le projet du Collège des Bernardins est vraiment son œuvre. […] Sans l’intuition du cardinal Lustiger, sans sa détermination et son implication, je ne crois pas que cette œuvre aurait abouti. » (12 septembre 2008)

Il précise également sa vision pour ce lieu hors du commun :

« Le projet des Bernardins ne vise pas à reconstituer une œuvre du Moyen-âge. Nous ne sommes pas une entreprise de sauvegarde du patrimoine historique […]. Comment notre patrimoine philosophique et théologique, dont ce chef d’œuvre architectural est un beau symbole, peut-il aider aujourd’hui l’humanité de notre temps à formuler les questions fondamentales auxquelles elle ne peut échapper et comment pouvons-nous contribuer à l’élaboration des réponses à ces questions dans un dialogue permanent avec nos contemporains ? » (12 septembre 2008)

À d’autres occasions, il précise « combien le projet du Collège des Bernardins appartient à la mission de l’Eglise de Paris. Il n’est pas une fantaisie, éventuellement coûteuse, ni un appendice, pour ceux qui auraient le temps. Il symbolise ce qu’est la vie chrétienne en notre monde » (préface du livre Le collège des Bernardins, de Vincent Aucante).

Il joue un rôle de premier plan dans le choix des grandes orientations et des thèmes de réflexion du Collège. C’est en particulier lui qui aura l’audace d’engager chercheurs, théologiens, experts et artistes dans les réflexions qui touchent à l’avenir de l’homme confronté aux transformations numériques et climatiques.

Le Collège des Bernardins sera le lieu de rencontres, souvent historiques, entre le cardinal Vingt-Trois et d’autres personnalités :

- Le cinquantième anniversaire de Nostra Ætate donne lieu à la remise d’un texte sur la fraternité avec les chrétiens, par des personnalités représentant divers courants du judaïsme français, au cardinal André Vingt-Trois au Collège des Bernardins, le 23 novembre 2015.

- la rencontre “Quel message commun pour la protection de la création ?” à l’occasion de la COP21 réunit, le 7 décembre 2015, autour du Cardinal, Abdennour Bidar, philosophe et spécialiste de l’islam, Haïm Korsia, grand rabbin de France, Matthieu Ricard, moine bouddhiste tibétain.

- la rencontre à l’occasion de la venue en France du Dalaï Lama, le 14 septembre 2016, réunira, autour du Cardinal et du Dalaï Lama, Matthieu Ricard, le Pasteur François Clavairoly, le Métropolite Emmanuel, M. Anouar Kbibech, M. Haïm Korsia, le Révérend Olivier Wang-Genh sur le thème “Le dialogue interreligieux au service du respect et de la tolérance”.

Interventions au Collège des Bernardins

Photo : Accueil du pape Benoît XVI au Collège des Bernardins, 12 septembre 2008. © Jean-Michel Turpin

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse