Pasteur, selon Son cœur

Mgr Philippe Marsset

Le P. Philippe Marsset a été nommé vicaire général du diocèse de Paris, le 3 septembre, par Mgr Michel Aupetit, archevêque de Paris. Un nouveau départ pour ce prêtre de terrain, passé du métier d’éducateur, à la mission éducative du pasteur.

JPEG - 57.8 ko
© Laurence Faure

Il ne s’y attendait pas. Le P. Philippe Marsset, nouveau vicaire général du diocèse, accueille pourtant avec sérénité cette mission qui, au départ, lui a procuré « surprise et gêne ». Tout simplement parce que le prêtre de 61 ans est un « curé heureux », larges épaules tournées vers qui vient à sa rencontre, bon sourire et poignée de main ferme. Dans la petite cour proprette du presbytère de N.-D. de Clignancourt (18e), on respire le calme. Et cela lui va bien. « Ma première peur, reconnaît-il, a été d’abandonner le terrain pastoral et ce qui fait l’âme de ma vie de prêtre : célébrer les sacrements au quotidien, accompagner les personnes... Mais rapidement, je me suis dit : tu resteras pasteur si tu veux le rester. » Et d’observer : « En charge, notamment, de la pastorale de la santé, du suivi des prêtres dans les trois premières années de ministère, et du vicariat du sud-ouest de Paris, je deviendrai plus proche de la vie des prêtres. C’est un autre service pastoral, plus en retrait. »

Le P. Marsset restera néanmoins curé de sa paroisse quelques mois. Dans la confiance. « Ce n’est pas parce que je m’en vais que tout va s’écrouler », lâche-t-il. Pour lui, cette transition est un bon moment pour mettre en place une collaboration plus proche entre laïcs et prêtres : « sans cléricaliser les laïcs et sans déresponsabiliser les prêtres ». Ce qu’il pense du cléricalisme dénoncé récemment par le pape François dans sa Lettre au peuple de Dieu ? « Souvent, un orgueil mal placé de la part d’un prêtre, et une maladie dont tout clerc mesure le danger. » Quand on lui demande une direction missionnaire pour les fidèles parisiens, dans le contexte tendu que connaît l’Église actuellement, il répond justement : « Je pense qu’il ne faut pas tant s’occuper de défendre l’institution par des argumentaires, que de continuer à défendre le plus vulnérable et de témoigner par la cohérence de nos actes. Notre mission, aujourd’hui, est d’être crédibles dans notre manière de vivre l’Évangile. »

Une parole éprouvée. Depuis son ordination en 1988 pour le diocèse de Paris par le cardinal Jean-Marie Lustiger, le P. Marsset a notamment été vicaire à St-François de Sales (17e) et à St-Lambert de Vaugirard (15e), puis curé de St-Pierre de Montrouge (14e) et enfin, de N.-D. de Clignancourt (18e). Il fut aussi responsable du Frat de Lourdes entre 1998 et 2002, et aumônier du CLER Amour et Famille durant neuf ans. « Mon fil rouge, finalement, a été la relation éducative », remarque-t-il. Ce Lyonnais d’origine, jeune éducateur à Nantes (Loire-Atlantique), ainsi qu’écoutant bénévole en prison avant d’entrer au séminaire d’Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine), sait de quoi il parle. « Depuis mon ordination, témoigne-t-il, Jésus a fait de moi un nouvel éducateur. Être éducateur ne signifie pas tant inculquer des règles que d’éveiller la dimension spirituelle qui sommeille au fond de chaque jeune. » Et de se souvenir : « Bien qu’issu d’une famille catholique, ce sont mes rencontres à Nantes qui m’ont permis de trouver l’amour de Dieu. Cet amour m’a saisi complètement. Il a déployé en moi une énergie spirituelle infinie... qui n’a aucune raison de disparaître au moment où je commence cette nouvelle mission. »

Laurence Faure


- Lire la biographie de Mgr Philippe Marsset.

Articles

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse