Pour le carême : œcuménisme réceptif pour les anglicans

Pendant ce carême, l’église anglicane Saint-Georges à Paris a organisé une série de présentations de la spiritualité d’autres traditions chrétiennes. Qu’est l’œcuménisme réceptif ?

Pendant ce carême, l’église anglicane Saint-Georges à Paris a organisé une série de présentations de la spiritualité d’autres traditions chrétiennes. Après le P. Ivan Karageorgiev, de l’Église orthodoxe bulgare, qui a parlé du jeune chez les orthodoxes, le P. Nick Clarke, de la paroisse anglicane de Chantilly, a décrit la spiritualité évangélique, et la pasteure Jane Stranz a choisi la Fraternité des Veilleurs comme exemple de la spiritualité réformée. Finalement, le catholique Emmanuel Lacam, historien, a fait connaître la vie et l’œuvre de Pierre de Bérulle.
Jane Saint Sernin

Le principe essentiel de l’œcuménisme réceptif est que la responsabilité première n’est pas de demander : « Qu’il y a-t-il que les autres traditions doivent d’abord apprendre de nous ? » mais : « Qu’il y a-t-il que nous devons apprendre d’eux ? ». En principe, si nous tous, nous nous posons cette question avec sérieux et si nous agissions sur ces bases, nous devons à la fois aller tous vers un approfondissement de notre propre véritable identité et nous rapprocher de plus près les uns des autres.
(Université de Durham, Centre des études catholiques)

Le Père Michel Mallèvre a écrit : On va plus loin aujourd’hui, on parle maintenant d’ « œcuménisme réceptif » : plutôt que de toujours chercher « qu’est-ce qui manque à l’autre Église pour qu’elle soit vraiment l’Église de Jésus Christ telle que je la comprends ? », il faut se dire : « qu’est-ce que j’ai à apprendre de cette autre Église pour que je sois davantage l’Église de Jésus Christ ? »

En bref

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse