Prier en conscience la prière du "Je confesse à Dieu tout puissant"

Il peut être judicieux de se réapproprier des prières que, durant la célébration de l’Eucharistie, nous disons parfois avec un certain automatisme et une certaine rapidité, et, finalement, sans grande conscience.

Si nous sommes attentifs à cette prière du "Je confesse à Dieu", nous constatons que nous commençons par nous tourner vers Dieu et professons sa toute-puissance agissante à laquelle nous nous remettons. Puis nous reconnaissons les uns devant les autres que nous sommes pécheurs : ce n’est pas rien. "En pensée, en parole, par action et par omission" : ces quatre mots sont forts et souvent le quatrième n’est pas vraiment pris en compte. La référence est le commandement nouveau de Jésus : « Vous aimer les uns les autres ; comme je vous ai aimé, aimez-vous les uns les autres. À ceci, tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples : si vous avez de l’amour les uns pour les autres » (Jn 13,34-35).

Puis, nous supplions. Nous ne demandons pas, nous supplions l’aide de la Vierge Marie, des anges (pas un, deux ou trois, mais ‘les’ anges, donc tous) et de tous les saints (idem : pas un, deux ou trois, mais tous) : j’aime à dire que cela fait du monde mobilisé pour notre péché. Puis nous rajoutons ‘’et vous aussi mes frères’’ : quel appel d’engagement mutuel !

Ce que nous supplions est "de prier pour moi le Seigneur notre Dieu".

Nous voyons comment cette prière invite et manifeste une véritable communion de solidarité du Ciel et de la Terre dans le chemin de vie que nous parcourons. Cette prière nous invite à nous laisser façonner dans ce mode de fraternité évangélique qui est de nous porter les uns les autres, de nous soutenir pour avancer ensemble, plutôt que de nous juger, de nous condamner. Elle transforme notre manière de nous regarder les uns les autres pour nous établir, petit à petit, dans une communion féconde les uns pour les autres, les uns avec les autres.

P.Gilles Hétier.

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse