Prier en présence du corps du défunt

Au delà d’une appréhension compréhensible, aller visiter un mort est souvent un moment plein d’humanité, un moment de grande intensité pour les familles.

Cela fait partie d’un juste cheminement dans le deuil et dans la perception de la réalité de la mort.
Toutes les situations ne s’y prêtent pas mais revoir un être aimé une dernière fois se révèle souvent, a posteriori, un acte positif même pour un enfant.
Une ultime proximité physique avec le défunt est, dans bien des cas, un facteur d’apaisement.

Il est donc bien de prévoir une visite du défunt.

Cette visite s’effectue selon les cas à la maison du défunt ou de sa famille, à la chambre mortuaire de l’hôpital (tout établissement hospitalier se doit de proposer gratuitement la garde du corps pendant 3 jours suivant le décés) ou à la chambre funéraire. Il est donc possible d’organiser une veille ou veillée auprès du défunt.
Cette visite peut également s’effectuer au moment de la fermeture du cercueil avant le départ (rite de l’adieu au visage).

Pour prier auprès du corps d’un défunt
à la maison ou à l’hôpital

Word - 453.8 ko
prier auprès du corps

avant la célébration à l’église ou au crématorium

Selon les cas, on aménage l’endroit où repose le défunt de manière à manifester la foi chrétienne. Par exemple, on dispose une croix, une icône, une bougie. On peut aussi déposer un chapelet dans les mains du défunt.

Il est souvent possible de trouver de l’aide, soit auprès de la paroisse (personnes chargées de l’accompagnement des familles en deuil), soit auprès de l’aumônerie de l’hôpital.

Prière auprès du corps du défunt
L’une des personnes présentes peut guider la prière de la manière suivante : celui qui préside se place devant le lit ou le cercueil et fait le signe de croix sur lui-même en disant d’une voix suffisamment forte pour être bien entendu de tous :
Au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit. Amen !
Dans l’Évangile de Jésus Christ selon saint Jean, Jésus dit :
« La volonté du Père qui m’a envoyé, c’est que je ne perde aucun de ceux qu’il m’a donnés, mais que je les ressuscite tous au dernier jour. »
Un lecteur (si possible quelqu’un d’autre que celui qui préside la prière) lit le psaume suivant :
Psaume 85
Écoute, Seigneur, réponds-moi,
car je suis pauvre et malheureux.
Veille sur moi qui suis fidèle, ô mon Dieu,
sauve ton serviteur qui s’appuie sur toi.

Prends pitié de moi, Seigneur,
toi que j’appelle chaque jour.
Seigneur, réjouis ton serviteur :
vers toi, j’élève mon âme !

Toi qui es bon et qui pardonnes,
plein d’amour pour tous ceux qui t’appellent,
écoute ma prière, Seigneur,
entends ma voix qui te supplie.

Je t’appelle au jour de ma détresse,
et toi, Seigneur, tu me réponds.
Aucun parmi les dieux n’est comme toi,
et rien n’égale tes œuvres.

Celui qui préside reprend la parole et introduit la prière du Notre Père en disant :
Avec confiance, disons la prière des enfants de Dieu :
Notre Père qui es aux cieux,
que ton nom soit sanctifié,
que ton règne vienne,
que ta volonté soit faite
sur la terre comme au ciel,
donne-nous aujourd’hui
notre pain de ce jour,
pardonne-nous nos offenses
comme nous pardonnons aussi
à ceux qui nous ont offensés,
et ne nous laisse pas
entrer en tentation,
mais délivre-nous du mal.
Puis celui qui préside dit : Prions.
Puis, après un bref silence, il ajoute : Seigneur, tu accueilles toute vraie prière et tu connais aussi les demandes de nos cœurs. Nous te prions pour N... qui nous a quittés : qu’il trouve auprès de Toi la paix et la joie avec tous ceux que tu appelles à entrer dans ton royaume. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.

Prière à la fermeture du cercueil ou au départ de la maison
L’une des personnes présentes peut guider la prière de la manière suivante : celui qui préside se place devant le lit ou le cercueil et fait le signe de croix sur lui-même en disant d’une voix suffisamment forte pour être bien entendu de tous :
Au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit. Amen !
Dans la Lettre aux Colossiens, saint Paul écrit :
« Vous êtes morts avec le Christ, et votre vie reste cachée avec lui en Dieu. Quand paraîtra le Christ, votre vie, alors, vous aussi, vous paraîtrez avec lui en pleine gloire. » (Col.3,3-4)
Un lecteur (si possible quelqu’un d’autre que celui qui préside la prière) lit le psaume suivant :
Psaume 26
Le Seigneur est ma lumière et mon salut :
de qui aurais-je crainte ?
Le Seigneur est le rempart de ma vie :
devant qui tremblerais-je ?

Oui, il me réserve un lieu sûr
au jour du malheur ;
il me cache au plus secret de sa tente,
il m’élève sur le roc.

J’irai célébrer dans sa tente
le sacrifice d’ovation ;
je chanterai, je fêterai le Seigneur.

Écoute, Seigneur, je t’appelle ! Pitié ! Réponds-moi !
Mon cœur m’a redit ta parole : “ Cherchez ma face. ”
C’est ta face, Seigneur, que je cherche :
ne me cache pas ta face.

Celui qui préside reprend la parole et introduit la prière du Notre Père en disant :
Avec confiance, disons la prière des enfants de Dieu :
Notre Père qui es aux cieux,
que ton nom soit sanctifié,
que ton règne vienne,
que ta volonté soit faite
sur la terre comme au ciel,
donne-nous aujourd’hui
notre pain de ce jour,
pardonne-nous nos offenses
comme nous pardonnons aussi
à ceux qui nous ont offensés,
et ne nous laisse pas
entrer en tentation,
mais délivre-nous du mal.

Celui qui préside reprend la parole et dit : Prions.
Puis, après un bref silence :
Seigneur, nous tournons vers toi notre regard, à l’heure où disparaît ce visage qui nous est cher : accorde-lui de te voir face à face et affermis notre espérance de le revoir auprès de toi pour toujours. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse