Quel avenir pour la Syrie ?

Le 11 avril prochain à 20h, St-Philippe-du-Roule (8e) accueille une conférence de Mgr Pascal Gollnisch, directeur de l’Œuvre d’Orient, intitulée "Chrétiens d’Orient, résister sur notre terre". Objectif de cette conférence : faire un point sur la situation des chrétiens arabes et replacer les évènements récents dans leur contexte historique. Les explications de Mgr Pascal Gollnisch.

Paris Notre-Dame – Lors de vos conférences, vous insistez sur le fait que les évènements récents s’inscrivent dans un contexte historique. Pourquoi ?

JPEG - 48.5 ko
Mgr Pascal Gollnisch est directeur de l’Œuvre d’Orient et vicaire général de l’Ordinariat des catholiques orientaux de France.
© Œuvre d’Orient

Mgr Pascal Gollnisch – Parce qu’il est important de replacer ce qui se passe au Proche-Orient dans son contexte historique. C’est nécessaire pour comprendre le bouleversement que vit le monde arabe, notamment depuis la fin du XIXe siècle. Les premiers occupants de cette région ont été les Turcs de l’empire Ottoman, au XVe siècle. À la fin du XIXe siècle, sous la conduite de Lawrence d’Arabie, a eu lieu le premier réveil arabe. La culture arabe s’est développée, en partie grâce aux imprimeries tenues par les chrétiens. Puis, dans le courant de l’histoire, le deuxième réveil arabe a été dirigé contre les puissances européennes, qui occupaient la région entre la Première et la Seconde guerre mondiale. Enfin, les puissances européennes ont été renversées par des insurrections militaires, en Irak, Syrie, Égypte, Lybie… Et depuis sept ou huit ans, nous vivons un troisième soulèvement, baptisé « printemps arabe », dirigé cette fois contre les militaires au pouvoir.

P. N.-D. – Vous allez également faire un point sur la situation en Irak. Quelle est-elle, deux ans après la défaite de Daesh dans la région ?

P. G. – L’Irak, contrairement à la Syrie, n’est plus un pays en guerre. Mais tout le pays est à reconstruire, car la deuxième intervention américaine, en 2003, a eu pour effet d’en détruire les infrastructures. Et le retrait des Américains, amorcé sous Barack Obama, a accentué cette destruction. L’Irak est aujourd’hui à une croisée des chemins. Les élections législatives de 2018 ont permis de constituer un parlement et un gouvernement, et la question est de savoir maintenant si ce gouvernement, dominé par les chiites – majoritaires en Irak –, va permettre l’unité du pays. Ce que veulent aujourd’hui les chrétiens, et ce qu’a exprimé le patriarche Louis Raphaël Sako, c’est que le pays avance sur le chemin de la pleine citoyenneté pour tous, quelle que soit son appartenance religieuse. Aujourd’hui, les chrétiens ne pèsent que 2% à 3% de la population irakienne, mais leur importance est inversement proportionnelle car s’articulent autour d’eux une grande partie des petites minorités, comme les yézidis… De plus, les chrétiens sont souvent plus éduqués que la moyenne et ce sont des gens de paix, qui parlent avec tout le monde, très attachés à leur pays. Ils peuvent donc aider à consolider l’unité nationale.

P. N.-D. – Vous ferez également un point sur la situation en Syrie. Quelle est-elle ?

P. G. – En Syrie, le gouvernement de Bachar el-Assad a repris possession d’une grande partie du territoire mais de nombreux problèmes demeurent, notamment celui des Kurdes, qui ont tendance à penser que les chrétiens, comme tout ce qui est arabophone, n’ont pas de raison d’être là et qu’ils doivent être chassés de la Mésopotamie syrienne. Il y a également la question de la présence turque dans le nord du pays, perçue comme une force d’occupation par les Arabes syriens. Et la question de l’économie, qui est entièrement à reconstruire. Quel est l’avenir pour ce pays ? Va-t-il permettre aux réfugiés, installés au Liban et en Jordanie, de rentrer ? Tout cela pose des incertitudes importantes sur la société syrienne qui, aujourd’hui encore plus qu’hier, a besoin de façon urgente de confiance et d’espérance. Nous pouvons y contribuer en soutenant les communautés chrétiennes dans leur action.

Propos recueillis par Priscilia de Selve

Contact et informations
oeuvre-orient.fr ;
20 rue du regard, 6e ;
01 45 48 54 46.

Articles

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse