Redécouvrir saint Marcel, patron de Paris

Il y a cinquante ans était construite l’église St-Marcel (13e). Le cardinal André Vingt-Trois présidera, dimanche 18 décembre, la messe solennelle de son jubilé. Un évènement sur lequel le P. Franck Souron, curé, compte bien s’appuyer pour faire connaître ce co-patron oublié de Paris.

JPEG - 279.5 ko
Le P. Franck Souron devant l’exposition sur St-Marcel.
© Pauline Quillon

Quand il parle de saint Marcel, le P. Franck Souron est intarissable et ne compte plus ses heures : « Si c’est pour saint Marcel, ce n’est pas du temps perdu ! », lance-t-il dans l’anachronique presbytère du XIXe siècle caché derrière la moderne façade de l’église.

« Au début, les paroissiens ne comprenaient pas trop mon engouement. Et maintenant, ils voient que ça intéresse le diocèse, que les évêques et le cardinal viennent les voir. Ils apprécient beaucoup », témoigne le curé. Et pour que chacun puisse faire connaissance avec le co-patron de Paris, il a réalisé une plaquette sur sa vie avec l’aide du P. Jean-Christophe Vinot et du Service de communication du diocèse. Pourquoi un tel désir de le faire connaître ? « C’est la figure de l’évêque protecteur, qui conduit son peuple. D’origine modeste, il est présent au milieu de lui, s’intéresse à ses préoccupations quotidiennes, s’occupe des pauvres, chasse le mal. Sa vie, à travers ses miracles, est très centrée sur les sacrements, et en particulier sur l’eucharistie. C’est une figure très moderne de l’évêque comme pasteur. » Sa vie, racontée par saint Venance Fortunat, poète et évêque de Poitiers du VIe siècle, regorge de miracles qui attestent à quel point il jouissait d’une réputation d’homme chaste, juste et miséricordieux. « Il a libéré le corps d’une femme de mauvaise vie qui était tourmenté par un serpent après sa mort, voilà une œuvre de miséricorde. »

Quand le P. Souron est arrivé à la paroisse, il y a huit ans, tout le monde avait oublié que l’église recelait des reliques du saint qui avaient échappé à la grande destruction de la Révolution française dans Notre-Dame de Paris où il était vénéré par le peuple de Paris. « J’ai créé une chapelle pour le reliquaire. Elle a été inaugurée en 2010 par Mgr André Vingt-Trois », ajoute-t-il. Depuis cinq ans, il organise, avec St-Étienne-du-Mont (5e), une procession des reliques des deux co-patrons de Paris : saint Marcel et sainte Geneviève. Avec un succès grandissant.

« Ce sont nos pères dans la foi. Ce sont eux qui ont fait de nos diocèses ce qu’ils sont aujourd’hui. Nous ne pouvons aller de l’avant en oubliant notre passé, mais en gardant une mémoire vivante », estime le P. Souron. Selon lui, le fait que le patron principal de Paris, saint Denis, soit martyr, le second, saint Marcel, évêque et pasteur, et la troisième, sainte Geneviève, protectrice du peuple, façonne l’identité du diocèse et dessine un chemin spirituel pour nous aujourd’hui. D’autant que ces saints, un peu oubliés, à l’exception de sainte Geneviève, toujours populaire, « continuent d’exister ». La preuve, pour le curé, que saint Marcel continue d’être, pour Paris, ce pasteur plein de bonté : « Ici, un électricien a fait une chute de 10 mètres juste devant la chasse de saint Marcel. Il n’a rien eu de grave. Quoique musulman, il a reconnu lui-même que saint Marcel l’avait protégé ». • Pauline Quillon

Un triplé d’événements

L’ étrange édifice avec son église à l’étage a été construit en 1966 par les Chantiers du Cardinal sur les ruines d’une précédente, construite en 1856. « Le quartier était misérable jusqu’aux années 1960 », explique le curé. « Personne ne pouvait payer, alors le curé de l’époque a mis la main à la poche. » Le jubilé des 160 ans de la paroisse a été la première occasion pour commémorer le saint, le 24 janvier dernier. Deuxième anniversaire, les 1580 ans de sa mort, le 3 novembre 436. À cette occasion, Mgr Éric de Moulins-Beaufort, évêque auxiliaire, a présidé une messe solennelle, dimanche 13 novembre. Le troisième événement, dimanche 18 décembre, couronnera le tout, avec la présence du cardinal André Vingt-Trois qui présidera la messe de 10h30. • P. Q.

Articles

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse